L’Héritage de Christopher Paolini

 

 

Alors que la parution tant attendue du 4ème tome  du  cycle  l’Héritage  de  Christopher Paolini, est prévue en France courant 2012, je me suis plongée avec délices dans les aventures captivantes du jeune Dragonnier Eragon et de son attachante dragonne bleue: Saphira. En effet, le succès international de cette saga s’explique par le remarquable talent de conteur de Christopher Paolini, âgé seulement de quinze ans, alors qu’il écrivait le premier tome: Eragon (traduit en français par un de nos professeurs Monsieur Bertrand Ferrier). Les trois premiers tomes s’intitulent: Eragon, L’Aîné et Brisingr.

Eragon est un jeune fermier âgé de quinze ans qui mène une vie simple en compagnie de son oncle Garrow et de son cousin Roran dans le village de Carvahall, situé dans le royaume de l’Alagaësia. Un jour, alors qu’il chasse sur la Crête, le jeune garçon découvre une étrange pierre bleue. Il s’agit en fait d’un œuf de dragon. Il va assister à la naissance de sa dragonne Saphira et son destin va être bouleversé. Pour échapper aux soldats de l’Empire, Eragon devra fuir son village. Il débutera ainsi son apprentissage de Dragonnier et ses leçons  de magie avec ses deux maîtres: Brom le conteur et  l’elfe Oromis, dans le but de sauver le royaume de l’Alagaësia de l’emprise du très puissant Roi Galbatorix. Réussira-t-il dans sa quête contre les forces du Mal?

A la lecture du résumé, on constate quelques similitudes avec Le Seigneur des Anneaux de Tolkien. A cet effet, il m’a semblé intéressant d’établir des rapprochements avec  la trilogie de Tolkien. D’ailleurs, on sait que Christopher Paolini a été influencé par l’œuvre de Tolkien. Dans L’Héritage, comme dans les récits médiévaux, le lecteur est plongé d’emblée dans un univers de fantasy, où les évènements surnaturels ne provoquent aucune surprise chez le lecteur. Les aventures ont pour cadre « un certain Moyen-Âge », un Moyen-Âge réinventé pour les besoins de la fiction. Comme J.R.R Tolkien, Paolini crée un monde imaginaire avec sa cartographie, ses  peuples, ses langues, ses traditions.

 Comme Grands-Pas qui devient le roi Aragorn dans Le Seigneur des Anneaux, Eragon est un jeune orphelin qui va s’élever du rang de fermier à celui de Dragonnier. A l’image du magicien Gandalf et de l’elfe Elrond qui par leur sagesse, vont participer à la transformation d’Aragorn, Brom et Oromis vont être à la fois des guides spirituels et un substitut paternel pour le jeune Eragon. On peut comparer Eragon à Yvain Le Chevalier au Lion, Lancelot du Lac ou Aragorn,  car il  incarne le héros  courtois  au service  de  Dame Nasuada.

Comme La Lothlérien,  le royaume d’Ellesméra, est un monde semblable à Avalon, où les héros se ressourcent parmi les arbres et perdent la notion du temps.  Certes, la magie et autres élixirs elfiques contribuent à cette perte des repères spatiaux temporels et au sentiment de bien-être. De plus, la mystérieuse Reine Islanzadi avec son corbeau blanc Blagden, peut être comparée à Galadriel.  En effet, toutes deux pratiquent la magie blanche et comblent le héros de dons, afin de l’aider dans sa quête. Elles évoquent les fées courtoises adjuvantes du Moyen-Âge. Elles se distinguent donc de l’elfe Arya, qui est une héroïne au même titre que les personnages masculins, puisqu’elle combat aux côtés de ses derniers. Contrairement à Arwen dans Le Seigneur des Anneaux qui accepte de devenir mortelle pour épouser Aragorn, Arya se dévoue corps et âme à sa quête et repousse les avances du jeune Eragon.  

Enfin, les jeunes lecteurs apprécieront dans cette œuvre la complicité entre la grande dragonne bleue Saphira et « son Petit Homme ». L’impressionnante dragonne fait figure de  gros chat, lorsqu’elle est avec son Dragonnier. Le Chat-Garou de l’herboriste Angela,  qui ronronne dès qu’il est à ses côtés, séduira aussi  jeunes et moins jeunes. Je  vous recommande  donc fortement ce classique de la littérature de jeunesse et de la fantasy et j’attends avec impatience le quatrième tome pour savoir comment se termine cette fabuleuse aventure.                                                                                                                                                                                                                               

 Aude

Publicités

Une réflexion sur “L’Héritage de Christopher Paolini

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s