Hunger Games

Comment saga ? Saga bien !

Hunger Games est une nouvelle saga qui plaît bien aux jeunes… mais pas que…

C’est l’histoire d’un monde imaginaire, Panem, où les règles sont régies par une dictature et les espaces divisés en 12 districts. Autant dire que l’égalité n’y existe pas et que c’est plutôt la loi de la débrouille qui y règne, pour assurer sa survie. Ajoutée à cela l’organisation d’un Jeu télévisé pour lequel on contraint chaque année à y participer, 12 garçons et 12 filles, vous l’aurez compris de chaque quartier. Le lecteur dès le 1ere tome va donc suivre les aventures de deux ados, Katniss et Peeta, originaires du district numéro 12. Ces derniers sont tirés au sort pour participer au « Jeu de la Faim », dont le principe est très simple : tuer ou se faire tuer…  Ils sont donc « déposés» dans une sorte d’arène artificielle qui s’étend sur plusieurs hectares, où tout peut devenir un quelconque danger. Il ne pourra en rester qu’un et cela grâce à leurs différentes compétences (art de se cacher, de chasser, de tirer à l’arc…), à leurs différentes connaissances (celles des plantes toxiques ou non, des animaux…) et grâce aussi aux téléspectateurs de Panem qui peuvent leurs envoyer des « cadeaux ». Notre héroïne – Katniss – s’en sortira bien-entendu mais cela ne semble pas si simple, car elle déjouera les règles des Hunger Games, et va donc défier le Capitole et passablement irriter le président Snow . D’où la suite…

Cette trilogie plaira à tout jeune lecteur, qui aime se retrouver dans ces mondes postapocalyptiques que l’on doit désigner désormais comme monde de la « dystopie » (comprenez le contraire d’utopie), néologisme éditorial. Qu’on se le dise !

S. Collins (l’auteur) s’engouffre donc dans ce créneau romanesque où les questions du Mal et du Bien sont plus que présentes, mais aussi de l’égalité et de la révolte, vers une forme de résistance contre le pouvoir établi ! Au-delà d’une histoire d’Amour, thème plus que récurrent dans ce genre de roman pour ados, c’est une réflexion, une forme d’éveil politique proposées aux jeunes lecteurs… Hunger Games, c’est aussi une critique directe de la télé-réalité, entre manipulations, simulations et faux-semblants. C’est assez troublant.

Au niveau polyexploitation, les jeunes seront encore bien servis puisque l’adaptation cinématographique sortira en France le 11 avril 2012.

On pourrait de nouveau trouver simpliste ces sagas romanesques, commercialement parlant. Mais Hunger Games fait partie de ces « pottermania » et « twilightmania » qui ne laissent pas indifférents et dont les livres n’ont pas le temps de prendre la poussière sur les étagères de CDI. Mince les ados lisent… !

Sandrine

Hunger Games, la trilogie. de Suzanne Collins, chez Pocket jeunesse.

Advertisements

3 réflexions sur “Hunger Games

  1. Elsa dit :

    Après la lecture des 1200 et quelques pages, je peux remercier Sandrine pour ce tuyau littéraire qui m’a tenu en haleine des dernières semaines. Le 1er tome est haletant, le 2è est un peu moins bon et le 3è repart sur les chapeaux de roue. Ça déménage (et ça saigne beaucoup aussi). La fin est un peu mièvre mais en même temps, il faut bien que ça s’arrête… On peut pas courir comme ça partout jusqu’à 80 ans. Je conseille à tous les passionnés de romans d’anticipation et aux médecins légistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s