Trouville-Palace, Malika Ferdjoukh

Je referme les pages de ce livre et je me dis « déjà ? ». Il n’y aucun doute je vais relire Malika Ferdjoukh. Pourquoi ? Quelques mots suffisent : émotion, originalité, humour, intelligence, j’aime que l’on écrive ainsi aux jeunes lecteurs.

Maurice doit passer quelques jours chez sa grand-tante Willa à Trouville car il a la scarlatine et sa mère doit partir pour des raisons professionnelles : on se dit ok, elle va lui en faire baver avec ses airs de vieille fille désuète et à la fin ils vont s’aimer, oui c’est ça mais ce n’est pas aussi simpliste. Willa et Maurice ont deux caractères bien trempés, c’est à celui qui ne cèdera pas, celui qui décoincera l’autre à coup de répliques impitoyables et sincères. Car au fond ni l’un ni l’autre ne sont de mauvais bougres. Et puis apparait l’énigmatique Mina, jeune fille qui intrigue Maurice au détour d’un couloir de l’ancien hôtel fantômatique. Là encore on est surpris par le dénouement de l’histoire et on est saisi par l’émotion de ce texte sans rien de trop. Je ne peux m’empêcher de penser à un petit air de Fée Carabine, ce ton insolent comme pour mieux décrire les sentiments….

Demain je le propose à mes élèves sans aucune hésitation.                                                                             Cricri

Publicités

5 réflexions sur “Trouville-Palace, Malika Ferdjoukh

      • Gaëlle dit :

        Coucou Cricri, « madame »,

        puisque tu as aimé « Trouville Palace » je te conseille de lire le encore plus mieux « Minuit cinq », ambiance Dickens, princesse, neige, Prague, collier en diamants, brigands et tatouage, je le conseille à tire-larigot en cette période de Noël.
        C’est un de mes préférés, peut-être parce qu’il n’y a pas de fantastique dedans et que tout y est bien rationnel. C’est ce qui m’a gênée à la fin de « Trouville palace ». Mais ça c’est de ma faute parce que j’ai beaucoup de mal avec ce qui ne s’explique pas ! En même temps je dis ça mais dans les Quatre soeurs j’ai pleuré comme une madeleine alors qu’il y avait des fantômes sur la plage… Pas pleuré de peur, hein ! D’émotion.
        Enfin, bon, avec ce 3e article, Malika Ferdjoukh va comprendre qu’on fait une fixette sur elle mais que c’est bon d’avoir des auteurs pour la jeunesse comme elle !

  1. Fabienne dit :

    j’ai pas encore lu « Trouville Palace » mais j’y cours, par contre j’ai moi aussi beaucoup aimé « Minuit cinq », de beaux personnages, de la poésie, du suspense…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s