Promenade à la librairie par temps de crise

Ce matin je me suis dit qu’il fallait alimenter la rubrique Coups de gueule car on a beaucoup de Coups de coeur comme si on vivait dans le monde des Bisounours. Mais voilà, c’est la crise. Des mois, des années que l’on entend ça. Jusqu’alors je n’y avais pas prêté attention. Et puis, après une fin d’année plus que morose, un début d’année frileux à tout point de vue je finis par moi aussi me rendre à l’évidence. Certes, quand il fait – 15 dehors, personne ne se dit :  « Tiens, si je sortais m’acheter un livre ? » Pendant ce temps les libraires s’occupent comme ils peuvent, la plupart en faisant des retours colossaux chez les distributeurs.

Cet article a pour propos de vous faire découvrir les nouveautés mais aussi de faire réfléchir à notre situation bancale de libraires et aux stratégies que j’essaie de mettre en place pour réagir face à cette sinistrose.

Petit tour du rayon de la librairie FANTASIO où je travaille depuis 6 ans…

La première image ci-dessus montre quelques titres que je qualifierais de vintage à défaut de vieilleries. Proposés par Gautier-Languereau, à 1€70, ils sont le succès de ce début d’année. Tous les ans on nous fait le coup des petits prix en janvier car en décembre on s’est ruinés, et là, ça marche. Mais alors je dirais même que ça dépasse l’entendement. Bon, soit, c’est bien beau ce succès mais à 1,70 € le livre c’est pas ce qui remplit les caisses… (cf. Indignez-vous ! ou Matin Brun, deux exemples de livres le moins cher possible qui pendant des mois font la une). Pensez-donc, pour ce prix on a même pas un « mini Père-Castor » à 2 € et on ferait passer les Lutin poche pour des voleurs à 5,5 € le titre. Donc, me voilà décidée à jouer sur la tendance « pas cher ». Si les gens veulent du pas cher je vais leur donner du pas cher, mais aussi du bien si possible. J’ai décidé de mettre en avant non pas les Lutin poche de l’Ecole des Loisirs mais leurs petits frères moins chers : la collection Petite bibliothèque (pour info, 5 €). Parce que : compacts, bonne prise en main et super solides. Aussi parce que je les trouve plus jolis. Et juste au-dessus des Livres en argent de Gautier Languereau j’ai installé ceci :

Ensuite, faisons un petit tour du côté  du rayon album (qui en ce moment est formidablement assorti et vous savez comme j’aime ça). Non pas que j’aime le beige de façon immodérée mais quand même une jolie table harmonieuse ça vous requinque :

Sur cette image, on aperçoit les albums que j’aime en ce moment (sinon ils ne seraient pas sur la table mais sur une étagère) :

Le roi Jules et les dragons, une histoire d’aventures entre copains avec des épées en bois, un dragon, une cabane et la nuit qui arrive. On y voit un bel hommage à Max et les maximonstres de Sendak.  Juste à côté un album publié chez Didier Jeunesse qui reste l’un de mes éditeurs préférés, il s’intitule La drôle de maladie de p’tit bonhomme. Celui-ci est tombé malade en rencontrant une jeune fille dans la forêt… Il a les jambes qui yoyottent, la voix qui tremblotte… Trop mignon.

Là, dans le bac (beige lui aussi), j’ai la manie de regrouper les albums que j’aime particulièrement mais que je n’ai qu’en toute petite quantité parce que ça va intéresser au mieux une personne. Mais je veux absolument les montrer alors j’ai trouvé ce stratagème et les clients savent qu’il faut venir y fouiner. Dedans, c’est selon mon humeur, du vieux, du neuf.  Sur cette photo on voit un super album Papa Ours part en voyage, que tout le monde peut lire même si son papa ne part pas travailler loin. Ensuite, il y a Ma première nuit pour les premières nuits loin de chez papa-maman, le dessin y est délicat à souhait. Et pour finir La bibli des deux ânes, pas nouveau mais beige et clin d’oeil pour Isa au passage.

Et là, c’est mon chouchou du moment !!!

Au cochon d’Emile de Stéphane Henrich, l’histoire d’un boucher taiseux qui voit un jour débarquer un cochon dans sa vie. Et au moment de lui zigouiller la tête (tiens c’est marrant ça fait actuel avec le débat hallal/pas hallal), et bien toute son humanité remonte à la surface du couteau. C’est un album à l’humour grinçant comme j’aime.

Quelqu’un m’a dit que … ce sont les élections. Et comme les enfants sont aussi capables de penser j’ai fait un petit coin actualités dans lequel j’ai ressorti ce que je qualifierais de vieilleries (soit plus d’un mois, pour nous libraires). Il s’agit d’un super documentaire Pour ! ou Contre ! qui donne vraiment à réfléchir et engage à ne pas avoir d’idées toutes faites et zéro argument. Plein de sujets à débattre en famille ou tout seul dans son coin. Sur la droite j’ai installé une collection publiée par Oskar (qu’on aime fort sur ce blog) sur les proverbes du monde pour réfléchir. J’adore cette belle collection intelligente et divertissante à la fois et ça m’énerve que personne ne l’achète. Oui, j’avoue, je mets en présentation des livres dont je sais qu’ils ne seront pas achetés ! Mais c’est mon esprit de contradiction. Donc, on y revient, c’est pas avec ça qu’on va « faire du chiffre ». Je vous choque ? Je vous rappelle qu’on n’est pas à la bibliothèque, là !

Pour « faire du chiffre », si c’est encore possible, je n’y vais pas avec le dos de la cuiller et je fais de grosses piles de livres que les tout-petits adorent, les moyens, les grands avec et dont on a déjà parlé au tout début quand ce blog n’était pas encore célèbre :

Vous aurez reconnus, les fameux P’tits imagiers sonores de Gallimard Jeunesse illustrés de façon chamallowesque par Marion Billet.

Au passage je signale un très beau documentaire qui s’appelle Animalia publié par Milan, ça se voit mal sur la photo mais c’est en relief avec de belles découpes. Une merveille aux illustrations à l’ancienne.

Ceci n’est qu’un aperçu de la librairie puisque je n’ai pas consacré mon petit reportage aux romans. Mais ça viendra car je voudrais prochainement vous parler de ce qui me semble être la grosse tendance à venir : le renouveau des romans pour les 8-12 ans. Voilà quelques semaines que je note que les éditeurs s’agitent sur ce créneau et je crois bien que c’est l’effervescence à ce niveau. Le grand retour des textes avec des illustrations, de l’humour et de la couleur partout (à tel point qu’on bascule dans la BD comme dans la nouvelle série Adèle publiée par Tourbillon). Dans le sillage de Le journal d’un dégonflé chez Seuil ou Monsieur Schnock chez Bayard, les nouveaux héros ce sont Léon chez Milan, Big Nate chez Gallimard Jeunesse et une ribambelle de garnements à venir…

On en reparlera. D’ici là, allez chez vos libraires.

Je termine sur une photo prise dans mon quartier que je ne peux m’empêcher de partager et je remercie les artistes qui font vivre les murs près  de chez moi où il faut toujours avoir de quoi prendre des photos tellement c’est vivant et drôle :

Publicités

20 réflexions sur “Promenade à la librairie par temps de crise

  1. Elsa dit :

    Merci Gaëlle! et bravo pour ce travail remarquable! Les villeurbannais ne savent pas la chance qu’ils ont.

    • Gaëlle dit :

      Les filles vous me faites rougir ! Merci beaucoup pour vos commentaires élogieux, ça me motive pour écrire la suite sur les romans 8-12 ans… Cet aprem, nouveau reportage photo à la librairie !

  2. Hélène M dit :

    Wahou….Et l’air de rien, tu viens de me donner une référence à lire aux lutins que j’emmène en classe de découverte d’ici 3 semaines…Certains vont vivre leur première nuit loin de chez eux… Voilà pourquoi je ne peux me passer des bons conseils d’une bonne libraire.

    • Gaëlle dit :

      La référence exacte est Ma première nuit ailleurs, de Chiaki et Ko Okada publié au Seuil Jeunesse. Bonne lecture et bonne classe découverte Hélène !

    • Gaëlle dit :

      Merci Sylvie ! Dans une autre vie je voudrais être libraire aussi mais avec des clients. Ou alors documentaliste mais je suis pas assez intelligente (euh, diplômée pardon).

  3. On échange de poste, je prend ton poste de libraire et tu deviens responsable du centre de documentation de l’Ecole d’architecture de Bretagne… J’en rêve ! Malheureusement ce serait un cadeau empoisonné pour toi.

  4. Gaëlle nous manquait..quel retour magistral……bravo.
    Je rebondis sur la morosité de ces temps de crise en évoquant la lecture des élèves: tout bon pédagogue et amateur de lecture prône le support individuel (c’est à dire pas de photocopies mais de vrais livres) pour la lecture suivie et l’analyse texte/image mais cela reste un vrai casse-tête quand on voit le prix des albums et autres romans… Même si l’Occe nous propose des ouvrages à des prix imbattables et si des collections commencent à se constituer dans certaines circonscriptions….les enseignants doivent faire preuve d’ imagination pour que chaque enfant ait de vraies pages à feuilleter…..
    Voilà c’était mon indignation du jour….

  5. j’aime beaucoup mon métier de bibliothécaire, mais j’aurais aussi rêvé d’ouvrir une librairie jeunesse ; après la lecture de ce superbe article, j’en ai encore plus envie. Tu aimes ton métier, et ça se voit, et en même temps tu n’es pas « dupe du système » … Il y a quelques temps, j’ai rencontré sur Nevers, à Gens de la lune, une autre libraire passionnée comme toi, et aussi passionnante. Merci à vous.

    • Gaëlle dit :

      malheureusement libraire c’est tout sauf un métier d’avenir ! et j’envisage de faire des piles de Disney si les chiffres restent aussi désespérants. Pas taper ! comme dirait Sandrine.

  6. Tiens je viens d’acheter le Si j’étais… de la première photo. Mes enfants ont aimé (3 et 6 ans), sans plus. Ca a un côté vieillot qui peut passer pour de l’originalité de nos jours… 🙂 Beau travail en tous cas!

  7. Sylvies dit :

    A EDL on me fait passer un lien sur un article interessant lu par JLF, directeur de la maison, rien de moins… Et voilà-t-y pas que j’y trouve « ma Gaëlle », avec, en vrac, sa verve et son humour ravageur, et son intelligence… Eh, mais c’est ma libraire, dites-donc ! Et je suis heureuse de voir sa passion partagée et son « vrai  » travail de libraire reconnu. On est lundi, et j’ai sacrément mal aux cervicales, la semaine commençait mal… Et puis voilà la petite blonde de Fantasio qui fait de la crise et des élections du rire léger. je me détends… Mes cervicales aussi. Vive Fantasio, vive Gens de la Lune aussi, c’est vrai que c’est aussi une librairie de passionnés ! Ouf, ça fait du bien, d’un coup, là…
    Gaëlle, il fait absolument que tu montres sur ce blog tes bottines jaunes, copie conforme des bottines d’Anaïs Vaugelade !!!

    • Gaëlle dit :

      Ma Sylvie ! Quelle joie de lire ce message, d’autant que j’ai la grippe et que j’ai abandonné mes rayonnages pour quelques jours. Je suis ravie de savoir que ce billet d’humeur est arrivé jusqu’à l’EDL et je me demande bien comment tout cela est possible. C’est drôle car tu m’as toujours encouragée à écrire et me voilà lue par les élites alors que je suis alitée.

      Pour ceux qui ne connaissent pas Sylvie, elle est commerciale pour l’Ecole des Loisirs et plus que ça encore… et elle adore mes bottines jaunes.

      Je ne manquerai pas de photographier les « bottines d’Anaïs » présentes dans je ne sais plus quel album pour tout-petits, mais seulement si elles sont assorties à la couverture du bouquin, évidemment.

  8. Marie M. dit :

    Bravo pour ce superbe article. Bien écrit, drôle et facile à lire… On comprend mieux ce magnifique métier de libraire, qui contrairement à ce que l’on pense, n’est pas si facile tous les jours. J’adore ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s