Plan B pour l’été, Hélène Vignal.

J’ai lu ce roman pour une bonne et une mauvaise raison.  La mauvaise c’est que je l’ai reçu en service de presse, la bonne c’est que j’avais adoré Gros dodo de la même auteure. J’ai donc été tiraillée dès le début entre deux sentiments et cette sensation s’est poursuivie tout du long. 

C’est donc l’histoire de Louise qui a prévu d’aller camper avec sa mère et son meilleur ami homo. Jusque là tout va bien. Malheureusement la mère de Louise doit rentrer chez elle pour remplacer une collègue et Louise se voit contrainte de passer ses vacances chez sa grand mère sans Théo. La grand mère n’est pas causante, la gamine fait la gueule, le copain homo aime le fluo. Et oui, incroyable mais vrai, le fluo revient à la mode cet été, autant dire  que ce roman est vraiment de saison. Il y a donc tous les ingrédients pour nous amuser pendant l’été : une mamie revêche, une  gosse  décidée à secouer sa grand mère, un camping, un homo qui fait de grands moulinets avec les bras.

À partir de là, ce personnage apparemment si attachant de Théo qu’on attend autant que Louise depuis la page 1, ne fait que s’enfoncer dans les clichés. En même temps avec le camping, on tombe facilement à l’eau. Pourquoi faut il que ce petit gars « pousse des cris aigus », « crie des youhous sonores », porte un « pantalon vert anis et un gilet rose fuchsia » ? Y avait il besoin que Jamie la grand mère ait des visions ? Qu’elle se fasse la malle avec un dresseur d’ours du cirque de Benodet ? Pour moi trop c’est trop, je suis bien contente pour la mamie qu’elle  s’éclate  à la soirée moules frites et qu’elle prédise l’avenir mais ce roman m’a vraiment déçue. Si l’on y trouve quelques belles trouvailles dans le langage, la plupart du temps le langage archi relâche de ces deux ados m’a assommée. J’y vois là un signe que l’auteur a voulu en faire un roman d’aujourd’hui avec ses codes et sa mode (fluo). Tous les ingrédients estivaux sont réunis pourtant je n’ai pas été sensible mais plutôt agacée par ce trop plein de bons sentiments, d’amusement, de rabibochage inter générationnel. Je suis pourtant certaine que ce livre fonctionnera cet été puisqu’il semble calibré pour. Je doute toutefois qu’on le lise encore l’été prochain.

Publicités

Une réflexion sur “Plan B pour l’été, Hélène Vignal.

  1. Hélène M dit :

    Je n’aime pas lorsqu’on dit du mal des Hélène mais là ça a l’air mérité ! Parce qu’après tout je n’aime pas non plus lorsque la littérature ado se fourvoie dans la caricature.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s