Morpugo : un cadeau

Seul sur la mer immense de Michael Morpurgo

Il s’agit d’un roman à deux voix. Nous ferons donc aussi un article à deux voix.

seul_sur_la-mer-immense_m

Elsa. Antony, le 02/03/2013

Je me demande encore pourquoi j’ai attendu si longtemps avant de vous parler de mon coup-de-coeur-absolu-de-tous-les-temps-amour-éternel-sans-divorce.

Déjà, il y a la mer. Dans le titre. Sur la couverture, bleue. Et une ouverture en trou de serrure. Et puis on l’ouvre. Et on s’embarque…

La première partie du livre s’inspire d’un épisode authentiquement historique de l’Angleterre : celui de la déportation de milliers de jeunes anglais vers les terres nouvelles d’Australie à partir des années 1930.

Arthur Hobhouse nous fait le récit de son histoire, depuis son enfance dans les années 1940, jusqu’à la fin. Jeune orphelin anglais, il n’a pas vraiment le choix que de quitter sa terre et sa sœur Kitty pour des contrées éloignées où la main d’œuvre manque : l’Australie (voir le document pdf rédigé en 2001 par le Département de la Santé du Royaume Uni à ce sujet). En compagnie de nombreux enfants de son âge, il devient l’esclave d’un agriculteur tyrannique et violent. Le travail est pénible, les moments agréables sont rares et la liberté inexistante. La seule source d’espoir provient d’une clé qu’Arthur porte en pendentif et que sa sœur lui a donné avant qu’ils ne soient séparés. Le jeune homme pense que sa clé finira par lui porter bonheur et ne la quitte jamais, même s’il n’est pas sûr, après toutes ces années, de l’existence de Kitty. Ne l’aurait-il pas imaginée?

Le voyage d'Arthur 1947 (présent dans l'édition anglaise).

Le voyage d’Arthur 1947
(présent dans l’édition anglaise).

Enfin, Arthur et son ami Marty finissent par avoir l’opportunité de fuir et sont recueillis par tante Megs, une dame qui vit seule dans sa ferme et s’occupe des animaux blessés. Les années passées dans cette arche de Noé sont enfin des années de sérénité et d’épanouissement pour Arthur et Marty. Devenus de jeunes hommes, tante Megs leur montre le chemin de l’indépendance. Et ce chemin les conduira pour toujours vers l’océan.

Allie est la fille d’Arthur. Navigatrice experte et dotée d’une ténacité exemplaire, elle nous raconte le projet de sa vie : traverser les océans, de l’Australie à l’Angleterre. Elle souhaite retrouver Kitty, cette tante dont elle ne sait pas si l’existence est réelle, et connaître le secret de cette clé porte-bonheur que son père lui a laissée.

Parce que l’on touche le fond plus d’une fois dans ce roman, les joies les plus simples des personnages deviennent des expériences extraordinaires. Malgré la cruauté, la mort, la maladie ou l’absence ce roman est un formidable récit d’espérance et d’optimisme. Il nous rappelle ce qui est essentiel dans la vie : la transmission, la recherche de l’Autre et la quête de liberté.

Je le conseille à tous les bons lecteurs à partir de 12 ans. Pour les adultes aussi, vous verrez, c’est formidable.

Hélène. Albi, le 8/03/2013 (je choisis cette date pour publier parce que c’est la journée de la femme et qu’Allie est une sacrée femme !)

Oui, pour nous adultes, c’est formidable. Seul sur la mer immense est le premier Morpurgo que je lis. Je l’ai reçu en cadeau. Elsa m’a transmis CE livre, SON livre en le dédicaçant ainsi: « Pour tes 40 ans, je t’offre le plus beau des cadeaux : un voyage dans l’imaginaire inoubliable… »

J’ai mis quelques mois pour le lire. Non, que la lecture soit laborieuse. Au contraire. Ce voyage, je ne souhaitais pas qu’il s’achève trop vite. Deux vies s’y racontent : je me suis interdite de les lire en quelques jours. C’est la première fois que je ressens cette impression : l’envie d’apprécier le temps qui s’écoule dans un roman et surtout que mon temps de lecture se prolonge comme dans le temps de la narration.

C’est un livre sur la transmission. Transmission de l’histoire familiale, transmission d’une passion et surtout transmission d’un rêve, d’un projet de vie.

Elsa vous a parlé de la première partie du roman: celle d’Athur le père.

À mon tour, de raconter un peu d’Allie, la  fille, narratrice de la seconde partie du roman.

Petite, son père lui fabrique un voilier jaune du nom de Kitty , pour …. le bain. Insubmersible dans la baignoire, Arthur décide de construire le même pour… l’océan. Sa fille se révèle, très jeune, être une navigatrice de talent. C’est pourquoi, ils se font la promesse de partir ensemble jusqu’en Angleterre à bord du voilier pour retrouver Kitty, voir si elle a vraiment existé et découvrir le secret de la clé. Hélas, Allie fera le voyage en mer, seule. Ou presque : un bel albatros la suit tout au long de son périple (ou presque). Oui, derrière ces « presque », il y a beaucoup d’émotions (et j’avoue de larmes).

Ce voyage avec Allie est passionnant, émouvant, fatigant, dangereux, plein d’espoir et de bonheur. L’océan offre tout cela. Pour moi, il est un véritable personnage de ce roman. Allie, quand à elle, est un personnage – une femme – d’exception. Elle ne renonce jamais et va au bout de ses projets et de ses rêves.

Ce roman est une épopée qui nous parle de LA vie. Il y a tout dans ces 295 pages : la nature belle et dangereuse, le lien privilégié de l’homme et l’animal, l’amitié indéfectible, l’amour filial, les traversées et voyages nécessaires.

Ce livre est arrivé à un moment de ma vie, où j’avais besoin , moi aussi, de faire le grand voyage vers l’histoire paternelle.

Merci M. Morpugo mais surtout merci Elsa.

Publicités

4 réflexions sur “Morpugo : un cadeau

  1. Karinedetours dit :

    Ca me met l’eau à la bouche effectivement, j’aime déjà le thème qui me parle. Merci les filles !

  2. J’ai eu du mal à « rentrer dedans » : trop de misérabilisme, ce côté « tout qui accable ce jeune enfant » puis j’ai insisté pour finir en larmes très émue et rabattre les oreilles à qui voulait m’entendre que ce livre était formidable. Les horreurs que l’on croise quotidiennement (guerres, crimes, téléréalité qui met en avant les malheurs de tous) font oublier momentanément que des enfants ont réellement vécu ce genre de drames : mais cette histoire est tellement touchante. Un vrai cadeau en effet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s