La conquête de l’Ouest

Ce swestern-girloir, je viens de finir Western girl d’Anne Percin et j’ai pris beaucoup de plaisir à me lover sur mon canapé pour le déguster alors que le ciel nous abreuvait encore de sa prodigalité. J’avais déjà adoré Comment (bien) rater ses vacances. Et je crois que je vais suivre le filon de cette auteure car elle parvient à me faire, moi jardinière quadragénaire et accessoirement mère de trois lutins, me projeter dans ses personnages et ressentir leurs émois d’ado et que son humour me fait hurler de rire.

Bon, cet ouvrage n’est pas aussi hilarant que ne l’était Comment …, qui m’a fait me mordre la lèvre inférieure de peur que mes enfants ne paniquent à la vue de leur mère gloussant et pleurant tout à la fois derrière un livre. Premièrement parce que ce n’est pas très convenable : un peu comme avoir un orgasme en public, surtout quand le public ce sont ses propres enfants. Deuxièmement, parce qu’ils demandent toujours pourquoi je pleure de rire et que ce n’est pas drôle quand il faut leur expliquer pourquoi des phrases comme « Et ensuite… Boum. Non, pas exactement boum. Plutôt schpof. Les aubergines avaient explosé. » me font pouffer. J’y retrouve le même plaisir jubilatoire que lorsque je lisais Wodehouse.

Même si l’humour est plus discret dans cet opus, une chose reste et elle m’enchante : ce sont toutes ces références musicales. Moi qui ai une culture musicale ténue je fais de belles découvertes, sans sentiment d’imposture à la pensée de subtiliser les écouteurs d’un ado à la crinière improbable ou d’une cowgirl frenchie, mais plutôt comme si s’affichaient sur l’écran les titres de la BO du film, ce qui me semble une idée géniale !

Anne Percin réussit l’exploit d’écrire l’histoire d’une jeune fille passionnée de chevaux et de country sans mièvrerie. Elle nous parle aussi de tolérance et de découverte de l’autre.

A découvrir et à faire découvrir !

Ed. du Rouergue, collection doAdo. 12,60€

Publicités

2 réflexions sur “La conquête de l’Ouest

  1. sandrinemz dit :

    Récit terminé cette semaine. Je suis moins enthousiaste que toi, Lydie, tellement emballée – c’est vrai – par les aventures de Maxime : Comment (bien) rater ses vacances & Co, du même auteur. Mais ce roman a, en tout cas, l’avantage de nous emmener et de nous faire découvrir un univers peu ou pas souvent traité en littérature pour la jeunesse : les ranchs, la country, le western ! Et puis, on se surprendrait à porter des santiags et à faire du rodéo… pour dire. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s