Fashion illustrateurs

C’est l’été et en cette saison, les parents cherchent encore et toujours à faire lire leur progéniture! Les conseils de lectures fleurissent pour bouquiner à la plage, dans le creux d’un hamac, les pieds dans l’eau etc Mais que mettre dans les bagages des enfants…telle est la question!Et si au lieu de livres, on vous suggérait d’emmener quelques vêtements à l’effigie de petits héros nés de la plume d’illustrateurs jeunesse?Tiens quelle drôle d’idée…

Claude Ponti et Petit Bateau

illustration_partenariat4

Depuis juin, les poussins, personnages récurrents dans les albums de Claude Ponti,  se sont invités chez Petit Bateau.

petitspoussins

cycle_court  petit-bateau-ponti2

En effet, l’illustre-auteur a élaboré une série limitée collector de sous-vêtements enfantins où s’affichent ses poussins farceurs. Les produits se déclinent autour de l’espiègle Poussin Blaise fiché de son masque rouge grimaçant prêt à n’importe quelle bêtise. Il côtoie les autres personnages de Mille secrets de poussins édité à l’École des loisirs qui rassemble plusieurs de leurs aventures.

51QBgwXVIvL

Pour en savoir plus sur ce trublion à plumes et sur l’univers de Claude Ponti, lisez cette interview du poussin himself !

Petit Bateau propose également une application de jeux intéractifs sur IPad, disponible en téléchargement sur le site de la marque et sur l’Appstore : laplibato « Quoi de l’œuf ».

appli   aplibato

Elle comprend 4 mini-jeux autour de l’univers des poussins qui feront vivre aux bambins à partir de 3 ans des expériences sonores et tactiles. Rendez-vous en boutique où des tablettes sont à la disposition des enfants!

Cécile Hudrisier et Piwapee

logo-piwapee-couches-lavables

Piwapee est une société française spécialisée en hygiène infantile qui crée depuis 2007 des articles textiles innovants et durables autour du change de bébé, de l’apprentissage de la propreté et des activités bébé nageur (piscine et plage) lit-on sur le site.

Ainsi, ce sont 5 gammes de produits pour enfants de 0 à 3 ans qui sont proposées aux particuliers, magasins et professionnels de la petite enfance :

–          couches durables et accessoires pour le change

–          maillots – couches et bonnets de bain pour les activités bébé nageur

–          tee-shirts et combinaisons – couches traitées anti UV pour la plage et les activités d’extérieur

–          sous-vêtements dédiés à l’apprentissage de la propreté en coton Bio majoritaires

–          gamme de détergent pour nettoyer le linge de bébé tout en limitant l’impact sur la planète

Animation-introduction-categorie-grandir-Bio     radis

Comme elle l’avait déjà fait en 2011, Cécile Hudrisier a à nouveau concocté de fraîches illustrations pour la collection 2013 de Piwapee à destination des bébés nageurs. Éléphant, souris, ourson, koala ou encore sirène accompagneront les petits à la pataugeoire ou près des vagues !

88670862_o

Collection 2013

Ça alors, les illustrateurs se lancent dans le prêt-à-porter! Et vous, vous en connaissez d’autres qui ont tenté l’aventure vestimentaire, histoire qu’on se rhabille pour la rentrée?!

Publicités

3 réflexions sur “Fashion illustrateurs

  1. Marie dit :

    J’ai failli m’acheter le maillot de corps Ponti… Mais bon il faisait vraiment trop bébé et à part moi je n’ai encore personne à habiller 🙂

  2. claire dit :

    Tout cela donne raison à BF à propos de la « poly-exploitation »… Et ça a l’air de trouver du succès auprès de certaines fashion victims : nous !!

    • Merci Claire de relancer le débat en évoquant le phénomène de la polyexploitation que traite effectivement Bertrand Ferrier dans « Tout n’est pas littérature ! La Littérarité à l’épreuve des livres pour la jeunesse » et dans « Les Livres pour la jeunesse, entre édition et littérature ».
      Car si cette tendance permet parfois de faire connaître la littérature à certaines familles, elle reste un plan marketing dénoncé notamment dans l’émission de Véronique Soulé « Ecoute, il y a un éléphant dans le jardin » du 26 juin 2013 (que je vous invite à (ré)écouter: http://aligrefm.org/programmes/les-emissions/ecoute-il-y-a-un-elephant-dans-le/emission-du-26-mars-2013.html )
      où elle évoque cette tentation des produits dérivés à laquelle a cédé Claude Ponti. Elle pointe du doigt les dérives éventuelles de ces contrats passés avec les marques en citant Nicolas Montigneaux et son ouvrage « Les marques parlent aux enfants »:
      « Le personnage imaginaire est le meilleur moyen d’établir une relation satisfaisante et durable avec leurs jeunes consommateurs. Il s’avère être le meilleur moyen d’établir une relation satisfaisante et durable avec les jeunes consommateurs. Il joue un rôle d’intermédiaire et rend la marque plus proche en transposant l’identité de marque sous une forme intelligible et sensible. Le personnage intéresse l’enfant car il lui propose une relation qui prend en compte ses sentiments et ses aspirations profondes ».
      Que de lectures pour nuancer et analyser le discours de ces licences auprès des enfants qui constituent ni plus ni moins que de jeunes consommateurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s