Les fiancés de l’hiver

Les fiancés de l’hiver est le 1er tome de la saga La Passe-Miroir de Christelle Dabos. Cette française est la lauréate du concours du  1er roman jeunesse organisé en 2012 par l’éditeur Gallimard, la revue Télérama et la radio RTL. Leur accroche : dénicher le nouvel Harry Potter !

Ne vous laissez donc pas impressionner par le nombre de pages conséquent et osez pénétrer dans l’univers singulier d’Ophélie, à la fois merveilleux et brut…

passe miroir

Première de couverture

Après un énigmatique prologue, on apprend qu’Ophélie lit le passé des objets et traverse les miroirs… Surtout, on évoque son mariage imminent avec Thorn… Ce pourrait être le début d’un roman d’amour… Sauf que la jeune fille subit des fiançailles arrangées avec un être rustre qui l’oblige à quitter sa famille précipitamment. Le pire c’est qu’elle arrive clandestinement à la Citacielle – forteresse volante capitale du Pôle – et qu’on lui fait comprendre que personne ne doit connaître sa véritable identité, sous aucun prétexte. Quel secret entoure cette union que ni Ophélie ni Thorn ne souhaitent ?

Charmé dès les premières pages, on est bien-sûr tenté de dévoiler quelques-unes des caractéristiques de cette habile horlogerie fantasy.

Christelle Dabos brosse le portrait de ses personnages à la lumière de leurs défauts à l’instar d’Ophélie. Si d’aucun ne semble la prendre au sérieux, affublée d’une maladresse chronique et de toilettes élimées, encombrée de ses lunettes grises de myope et de sa vieille écharpe boulochée, elle va pourtant devenir une héroïne malgré elle.

 Elle vit sur une Terre éclatée dont la géographie nous est inconnue, composée de différentes arches, véritables mottes de terre perdues dans le ciel. L’architecture complexe, foisonnante et mystérieuse répond aux codes de la Belle époque même si les mœurs des habitants apparaissent exotiques. C’est isolée au cœur d’une arche au fonctionnement tout à fait différent de la sienne qu’Ophélie va devoir rester en vie !

mode 19e

Ambiance Belle époque

Pour prolonger la rêverie dans le monde d’Ophélie, il vous faut découvrir le travail de Laurent Gapaillard qui a illustré la première de couverture. Sa technique d’orfèvre (qui a également séduit le cinéma et le jeu vidéo) préfigure l’écriture ciselée mais fluide de Christelle Dabos dont le choix méticuleux du vocabulaire participe de ce monde désuet et pourtant si addictif !  Allez fureter sur le site officiel de la Passe-Miroir où l’on prend plaisir à lire l’enthousiasme de la jeune femme face à la sortie remarquée de son 1er roman… et n’hésitez pas à lui télégraphier 😉

Publicités

Une réflexion sur “Les fiancés de l’hiver

  1. Gaëlle dit :

    Normalement je déteste le fantastique sous toutes ses coutures… Là, il y a un truc qui m’échappe car j’ai adoré cet univers. J’allais en faire un article mais tu as été plus réactive que moi ! J’ai vraiment envie de savoir la suite des aventures de ces personnages singuliers. Moi accro ? À peine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s