Emilie, Domitille de Pressensé

20140407-172607.jpg

Et oui ! Je vais faire de jalouses c’est sûr car ce lundi matin j’ai rencontré Domitille de Pressensé.

Si vous êtes nées entre 1975 et 1990 vous avez forcément eu entre vos mimines de petites filles un album au moins de la série ÉMILIE. Peut-être même avez-vous appris à lire avec elle, son frère Stéphane, sa sœur Élise, son hérisson Arthur… Et puis les cousins, les copains, Sidonie et compagnie. Il y avait même un anglais prénommé Arthur. On se baignait dans des baquets, on enguirlandait les sapins à même la forêt pour ne pas les déraciner. J’avais un masque Émilie mais ça tout le monde s’en fiche.

Quand j’ai découvert Domitille ce matin -j’avoue que je ne l’avais jamais « googlisée » ou « facebookée »-, je me suis dit : « mais qu’est-ce qu’elle est jeune ! ». Rapide calcul dans ma tête (mon âge + ou moins 30 ans), ça nous menait déjà vers les 70… Mais point du tout ! Domitille était une toute jeune étudiante en arts nantaise lorsqu’elle a imaginé cette petite fille en rouge et elle avait à peine plus de 20 ans lorsque le premier album est paru chez Rouge et or en 1975 !

Il y a quelques années Domitille a racheté ses droits et a été contactée de plus en plus souvent par des jeunes mamans pour lesquelles Émilie restait un souvenir vivace. La série n’était alors plus éditée depuis longtemps. Ces messages ont encouragé Domitille à se remettre en quête d’un éditeur. Ce sera Casterman. Lors de la rencontre de ce lundi il était très émouvant de voir que le lien crée entre Domitille et son éditrice Mélanie, elle aussi bercée par Emilie dès le biberon…, était si fort. On comprend tout de suite que chez Casterman Émilie et sa maman vont être bichonnées.

Si le personnage a un peu évolué au fil des années, la série qui est republiée depuis 2008 chez Casterman reste très fidèle à l’originale. Disons que le bistouri s’est fait moderne mais léger. C’est avec l’aide de son fils Guillaume que Domitille s’est relancée avec sa petite fétiche. Le coup de patte du fiston est discret et apporte juste ce qu’il faut de moderne au personnage qui reste toujours éloigné des canons de beauté des podiums des défilés. Émilie reste « ronde » et toute en bonhommie et ça fait plaisir qu’on ne l’ai pas affinée…
En même temps pas question de trop transformer la petite sans risquer le courroux des fans de première heure.

On remarque tout juste un petit changement dans le texte légèrement colorisé en gris bleu. De temps en temps, des couleurs se font joyeuses pour attirer l’attention des jeunes lecteurs.

Émilie se décline désormais en romans pour les premières lectures, suivant les épisodes de la série animée. Le tout sous étroite surveillance de la « maman » ! L’esprit originel de la série est donc maintenu.

Ce qui est étrange, c’est que j’avais complètement oublié Émilie avant de la redécouvrir quand Casterman a repris la série. Contrairement à Martine par exemple, qui n’a eu de cesse d’être commercialisée, Émilie a longtemps disparu des librairies. Jusqu’à s’effacer de ma mémoire malgré l’importance qu’elle avait eu pour moi.

Pourtant, à l’instant même où j’ai revu sa bouille -et ce que j’ai toujours pris pour des moustaches de chat-, j’ai basculé violemment dans mes souvenirs d’enfance. C’était à la fois doux et douloureux de me revoir en sa compagnie en train de lire sur la table de la cuisine dans les années 80. À quoi donc ça tient tout ça ?

D’où vient ce sentiment de quasi violence lorsque l’on se retrouve jeté dans ses souvenirs les plus vieux ? Suis-je la seule à éprouver cela lorsque je retrouve des livres de mon enfance que j’avais oubliés ?

Une chose est sûre, j’ai été sincèrement émue d’aller me faire dédicacer MON Émilie comme une gamine que je ne suis plus (tout à fait!)

Merci Domitille pour toutes ces émotions.

Publicités

Une réflexion sur “Emilie, Domitille de Pressensé

  1. Gagné, j’suis grave jalouse ! Je les lisais toute petite et maintenant je fais les vide greniers pour retrouver ceux de mon enfance 😀
    On m’en a offert des tout récents mais j’avoue, je préfère largement les plus anciens… Normal, ils faisaient partie de ma première bibliothèque 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s