A comme Aujourd’hui

Voilà je suis heureuse de marquer mon retour dans l’OL avec ce roman, « A comme Aujourd’hui ». Non pas que je n’ai rien lu pendant un an – ce n’est pas sensé rassurer… – mais juste qu’une autre vie, studieuse, m’avait monopolisée et demandée une autre énergie et un autre temps. Alors j’en profite pour dire merci aux copines d’avoir continué à oeuvrer et à faire vivre ce blog qui nous passionne toutes.

Voilà « A comme Aujourd’hui » c’est un peu ce que l’on a l’impression de vivre parfois : plein de vies en même temps. OU c’est la chanson de La Grande Sophie qui revient comme une musique de fond. Vous savez « Quelqu’un d’autre ». OU c’est parfois une pensée non maitrisée : « tiens, si je vivais une autre vie » ! Sauf que dans le cas de A, ce n’est ni une impression, ni une chanson ou une pensée. C’est Sa vie.

Chaque jour, et donc à chaque chapitre, il change de corps. Il devient un autre. Cet autre n’est jamais très « éloigné », se trouvant souvent dans le même périmètre géographique que le précédent et en tout cas à peu près du même âge. C’est dans le corps d’adolescents que A se retrouve chaque nouveau matin, filles ou garçons. Et là, il doit suivre le cours des choses, s’adapter à son « personnage » présent. Faire semblant de rien, habiter un corps sans intervenir, interagir. Il doit être obéissant A, le plus discret possible et le plus modulable. Sauf que A, un matin, se réveille dans la peau de Justin. Ce dernier a une petite amie, Rhiannon et A décide de ne plus faire semblant. Même si le risque est de se faire découvrir…

A comme aujourd'hui

« A comme Aujourd’hui » n’est pas une nouveauté. Désolée ! Mais c’est le roman qui m’a le plus plu, au cours de l’été dernier. L’idée est originale. C’est bien écrit et comme nombre de romans édités par Les Grandes Personnes, malgré le format et le nombre de pages, ça se laisse lire tranquillement. Ça emporte. Et puis c’est aussi une réflexion sur la vie. Pourquoi moi et pas un autre ? Ainsi, A « traverse » nombre de corps et de personnalités aux problématiques différentes. Il y a déjà la question de genre, c’est vrai. Mais il y a les adolescents lambdas, les jumeaux, les dépressifs, les toxicomanes, les gays, les amoureux, les studieux, les respectueux… qu’il nous fait voir au plus près, de l’intérieur, en toute intimité. Autant d’identités, ça fait réfléchir. Et puis, il y a lui aussi : A, qui ne veut plus être ce qu’il est. Et pourtant…

Bref, un retour dans l’OL à la fin d’une année, à la veille d’une toute nouvelle qui pointe fortement le bout de son nez. C’est l’époque des résolutions… Être (ou pas) quelqu’un d’autre ?!

extrait – p. 12 « Cela fait des années que je rencontre des gens sans jamais rien apprendre d’important sur eux, et ici, ce matin, avec cette fille, je sens poindre une envie de faire véritablement connaissance. C’est peut-être un moment de faiblesse de ma part, ou, au contraire, une preuve de courage. Quoi qu’il en soit, je décide de saisir l’occasion. Je décide de creuser davantage. »

A comme Aujourd’hui, David LEVITHAN, Les Grandes Personnes, 2013. 978-2-36193-173-5

Publicités

3 réflexions sur “A comme Aujourd’hui

  1. Gaëlle dit :

    Voilà un livre qui m’a laissée bien perplexe ! C’était le gros coup de coeur de mes collègues, pourtant je suis, apparemment passée complètement à côté… C’est dommage que je ne me souvienne plus pourquoi aujourd’hui pour l’expliquer ici. Je me rappelle qu’un petit kekchoz me dérangeait mais quoi ? J’aime l’idée de départ, se réveiller tous les matins dans un autre corps mais quand j’ai eu fini ce roman je me suis demandée pourquoi je n’avais pas accroché. Ensuite, il m’est arrivé de le conseiller malgré tout et d’avoir de bons arguments ; comme quoi, je l’aime quand même. Même si je ne suis pas convaincue. Bref, dur dur d’avoir un avis pour moi à propos de ce bouquin…

  2. sandrinemz dit :

    Ce n’est pas grave Gaëlle. C’est l’intérêt aussi de ce blog, confronter des points de vue… Je me dis que c’est peut-être une fin un peu « hâtive » que tu n’as pas aimé. Va savoir ! 😉

    • Gaëlle dit :

      Maintenant que tu le dis j’ai bien eu un problème avec la fin expéditive. Et puis on ne sait pas trop comment ça se termine finalement. Et je n’aime pas qu’on me laisse imaginer ! C’est comme si l’auteur ne savait pas finir son bouquin et qu’on devait de débrouiller pour finir à sa place.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s