Kinderland

Non ceci ne sera pas un article faisant la promotion de la marque aux « douceurs » chocolatées que je trouve au combien plutôt faciles à avaler (le terme « déguster » ne s’y prêtant pas) mais dont je déteste les publicités surannées et culpabilisantes. Oui, j’ai toujours oublié de ramener le goûter favori de mes enfants à la sortie de l’école ! Non, je n’ai jamais de (BIP) Bueno dans mon placard au cas où à l’improviste les petits copains viennent jouer ! Oui, j’ai parfois envié frère et soeur de trouver de moins chouettes objets dans mon (BIP) surprise ! Passons…

Le « Kinder » dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est celui de Mawil. Cet enfant qu’il était dans une Allemagne qui a vécu tantôt l’Ouest, tantôt l’Est, la séparation, la Bizone, RDA, RFA, le mur de Berlin… puis sa chute, la Réunification.

Kinderland_1

1ère de couverture

« Kinderland » c’est donc une petite histoire de la Grande. Le récit se passe à Berlin-Est, en 1989. Mirco, jeune héros, est un petit allemand de l’Est plutôt commun. Elève discret, voire trouillard, peu sûr de lui, il est chahuté par les plus grands, ignoré par les filles. Quand il n’est pas à l’école, il est à l’église enfant de choeur, ou il défile dans la rue avec ses camarades pionniers. Et puis, Mirco fait la connaissance de Torsten, le rebelle. Bien que de nombreux points les opposent, tous les deux vont se lier d’amitié et décident de s’entraîner au ping-pong pour pouvoir battre les brutes du collège. Mirco est obsédé par ce défi, ce tournoi en oubliant les événements historiques qui s’emballent autour de lui. En effet, le mur s’ouvre peu à peu, la radio annonce « des allègements et libertés de sortie », des « franchissements de frontière spontanés ».

Mirco et Torsten, c’est un peu l’antagonisme que vit l’Allemagne à cette époque. L’un est peureux, sage, peut-être trop longtemps soumis ? L’autre est révolté, presque « explosif », qui aime désobéir, qui veut profiter. Et l’histoire de cette amitié, c’est celle de la réunification. Entre rapprochements, disputes, concertations, engueulades… tout se termine par une réconciliation, faisant obligatoirement Grandir nos deux jeunes héros.

Mawil, l’auteur, est naît en 1976 à Berlin-Est. Il nous propose ici une histoire façon docu-fiction, une tranche de vie (la sienne) avec en décor des événements historiques majeurs, modifiant le destin d’un pays, l’avenir de ses habitants irrémediablement. Un roman graphique très accessible qui nous permet de partager un peu de l’histoire de nos voisins allemands, en y révélant les enjeux et la complexité. Et surtout l’impact sur quelques générations. Très instructif … et en images !!

A conseiller à partir de la 4ème.

Kinderland, de Mawil. Gallimard, novembre 2014. 27€

Kinderland_2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s