D’un seul souffle, d’une seule voix

Quelques titres lus dans cette collection et j’y retrouve (presque à chaque fois) un rythme haletant, une espèce de fougue, des récits qui emportent, qui marquent. On a l’impression que la « plume » des auteurs (oui c’est une image vieillotte, mais je trouve que ça se prête moins au clavier…) ne se re-pose jamais. Du début à la fin, l’histoire est lancée, balancée jusqu’au dénouement, salvateur ou non. Le lecteur est entraîné obligatoirement, se retrouve parfois en pleine suffocation, cherche vite à finir, à savoir, à découvrir, à se rassurer. Des sujets qui touchent les adolescents. De courts récits qui leur parlent. Même si ce n’est pas toujours gai. De rapides lectures. Une collection bien pensée. Un seul cri, un seul souffle, une seule voix !

DSCN3918

Dans Tout foutre en l’air d’Antoine DOLE*, là encore, le cadre est posé. C’est un récit construit comme un appel lancé, un SOS. Une jeune héroïne, une rencontre virtuelle, un inconnu, un conflit générationnel, un mal-être poignant et puis la fugue. Une adolescente qui nous touche, qui a une telle envie de liberté alors qu’elle oscille entre incompréhension, autorité et vexation. Elle s’emballe, veut Tout Foutre en l’Air. Du coup, elle nous inquiète. C’est une lecture sans reprises, d’une seule traite. La narration à la première personne du singulier accentue l’identification et cette impression d’empressement. Les phrases sont courtes, directes proposées parfois de façon détachée sur la ligne, voire sur plusieurs lignes. En fin de compte, je l’ai dévoré !

C’est une collection à destination des « grands » adolescents, à partir de 14-15 ans (certains sujets demandent un peu de recul, de discernement). C’est un petit prix – 9 euros – vraiment approprié aux jeunes budgets.

Nous avions déjà lu et aimé : « La piscine était vide » de Gilles ABIER mais de nombreux autres titres de cette collection méritent toute attention. Nous avons en attente « Cassée » de Frédérique DEGHELT.

(*En lien, parce que c’est ça aussi qui fait la LIJE, une interview d’Antoine Dole comme un cri (aussi), un ras le bol … une dénonciation … et surtout une révélation, l’amour de son métier : http://jeunesse.actualitte.com/humeur/tribunes-de-la-charte-la-parole-aux-auteurs-jeunesse-antoine-dole-1040.htm)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s