Un album… un spectacle

En ce début d’année 2016, place à une nouvelle rubrique sur le blog…pour aborder la littérature jeunesse d’une façon… spectaculaire… Baptisée L’ouvre-spectacles, l’objectif sera ainsi de mettre ponctuellement en lumière des ouvrages ayant été adaptés sur scène: théâtre, danse, chanson ou tout autre forme du spectacle vivant.

Pour cette première chronique, il s’agit d’un album s’adressant aux petits: Un ours, of course.

Un ours, of course: côté livre

un ours of courseUn ours, of course, Alice Zeniter, Lawrence Williams, Julie Colombet (ill.), Actes sud Junior, 2015, 19€

Un ours solitaire décide de tomber amoureux et de se marier. Mais ce n’est pas simple, pas simple du tout. Car il lui faut tout d’abord assumer son identité d’ours. Et « un ours, c’est méchant, un ours c’est dangereux, ça tue les petits enfants et ça les mange en pot-au-feu ! ». Un livre-CD drôle, tendre et subtil autour de la question de l’identité.

Ce conte musical est à découvrir également pour les illustrations doucement velues de Julie Colombet! Petit aperçu du livre CD avec l’animation ci-dessous…

 

Un ours of course: côté spectacle

Écrit pour deux comédiens et trois musiciens, ce spectacle drôle et touchant interroge les difficultés liées à l’identité et à l’intégration. Porté par une musique folk et de nombreux instruments, Un Ours, of course fait le choix d’une mise en scène simple, donnant toute sa place à l’imaginaire des enfants et au jeu des acteurs et des musiciens.

c'est un ours of course

© Morgane Baux, qui a fait scénographie, fabrication et accessoires sur le spectacle 

La Compagnie de L’Entente cordiale est fondée à l’été 2013 par l’auteure et metteuse en scène Alice Zeniter. Après des années de travail en tant que dramaturge sur de nombreuses pièces classiques, Alice décide de créer un outil qui lui permettra de travailler différemment, et notamment de créer des œuvres originales et d’interroger l’écriture théâtrale contemporaine. Un ours, of course est son premier texte pour enfants.

La raison d’être de l’Entente Cordiale, c’est de se demander s’il est encore permis de raconter des histoires. C’est de se demander s’il est avouable quand on crée d’avoir la beauté pour horizon (peut-être). C’est d’essayer de nouvelles manières de mêler l’improvisation à l’écriture, l’écriture à la musique et le travail de l’acteur au travail de l’auteur. C’est de construire et de détruire par bribes répétées notre rapport à la fiction pour essayer de trouver ce qui reste.

A propos d’Un ours, of course, Alice Zeniter explique dans sa note d’intention que:

« Tout en utilisant les ingrédients canoniques du conte – monde de la forêt coupé des humains, animaux parlants et chantants – et la magie qui les accompagne, ce spectacle refuse le parti pris de la naïveté, d’une infantilisation merveilleuse. (…) (Le narrateur) utilise pour cela un langage recherché. Je n’ai jamais oublié à quel point le dessin animé de Robin des Bois (Walt Disney) m’avait ouvert l’oreille à l’aspect poétique de la langue en multipliant les allitérations au vocabulaire difficile: “pusillanime python”, “exaspérant aspic”. Tous ces mots je les entends encore résonner. Je voudrais faire la même chose avec l’ours, ne pas réduire le langage à ce qu’on imagine être le niveau moyen de compréhension d’un enfant mais l’agrandir au contraire, y ramener des sonorités étranges, les faire rimer. « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s