Kate Beaton

Régulièrement je m’entiche d’un nouvel illustrateur.

Cette fois-ci c’est une « trice » qui s’appelle Kate Beaton (un clic, please pour découvrir son très chouette univers !)

Afficher l'image d'origine

Photo issue du twitter de la demoiselle (@beatonna), avouez qu’elle a l’air sympa !

Wikipédia me dit qu’elle est canadienne et qu’elle a remporté tout plein de prix littéraires chez elle, en Amérique du nord ; pour une BD qui s’appelle Diantre ! un manant, publiée par Cambourakis. Et dont je n’ai jamais entendu parler (pas taper, je la commande derechef).

J’en profite pour remercier les éditions Cambourakis de sillonner le monde et de nous défricher le vaste terrain de la littérature pour ne nous en proposer que le meilleur des lointains ailleurs.

Voyons voir de quoi parlent les albums de cette fameuse Kate :

Ne soyons pas esclaves des clichés ni de nos gosses !

la-princesse-et-le-poney-couv
C’est ce que semble nous dire Miss Beaton. A base d’humour décapant, l’auteure vient titiller des clichés parfois tenaces. Pour preuve, ainsi débute La princesse et le poney, l’histoire d’une petite fille viking :

« Au royaume des guerriers, le plus petit de tous les guerriers s’appelait princesse Pomme de pin. »

Le ton est donné, on peut donc être princesse et guerrière au même titre que les autres même quand on est une petite fille et qu’on porte un sweat à paillettes « la plus jolie »…

Comme elle a du caractère, pour son anniversaire elle s’arrange pour que tout le monde sache qu’elle souhaite « un cheval puissant, un vrai cheval de guerrier ».

Mais ses parents « tombèrent un peu à côté »…

index

Ben quoi, il n’est pas parfait ce poney ? Tout doux et tout rond ? L’oeil qui part en vadrouille ? Bon, je ne vais pas vous raconter comment se passe la bataille sur le dos de ce valeureux combattant car ce serait tout gâcher. Mais sachez que notre princesse est entourée d’une belle brochette.

la-princesse-et-le-poney-02

Coup de cœur absolu et définitif pour cet album qui bouillonne de bons sentiments, d’humour au 35e degré, qui sent le pet de poney et le pull douillet. J’ai adoré l’histoire, le ton, les illustrations pimpantes et modernes, les couleurs funky et tendres à la fois. Les détails qui tuent : le poney qui pète et les paillettes sur le sweat. Note 20/20*.

On peut même commander le drôle de poney sur internet pour les plus décidés !

beat-ponyplush-34

 

004382039

Dans la même veine, Cambourakis a également publié Le roi bébé. Un affreux bébé qui n’en fait qu’à sa tête et fait tourner ses parents en bourrique à longueur de journées et de nuits. Un vrai tyran qui réduit ses pauvres parents en esclavage. A offrir en cadeau de naissance à des amis qui ont de l’humour à la place du « Guide des parents » ou autre bricole du genre en BD dite humoristique (on doit pas avoir le même humour !)

14 €.

* pour ceux qui suivent : on ne note pas les livres sur ce blog mais dans mon élan de grand enthousiasme je n’ai pas pu m’en empêcher.

Publicités

2 réflexions sur “Kate Beaton

  1. sandrinemz dit :

    J’aime bien quand tu aimes Gaëlle :-). Comme ça, je découvre encore des nouveautés. Ca fait du bien, cette insatiable curiosité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s