A samedi ! Un roman graphique de St-Valentin… ça tombe bien !

a-samedi

« À samedi ! » est un roman graphique publié par Rue du Monde, ça change des albums. On s’est dit à l’OL, « tiens, tiens », une petite nouveauté, que de curiosité. Ce qui donne, du coup, un post à 4 mains et 6 yeux (vous verrez pourquoi…).

« À samedi ! » commence un mercredi, ça vous étonne ? Il faut dire que la notion de temps prime dans cette histoire. Quatre « petits » jours qui font grandir l’intrigue, font basculer les destins, règlent les problèmes, tournent les pages qui ont duré peu ou plusieurs années, réduisent à néant quelques espoirs amoureux ou – a contrario – renforcent les amitiés, les découvertes…

De nombreux personnages se croisent de mercredi à samedi : Damien, Mélodie, Mounir, Malo, Bettina, Kevin, Fatoumata, Jérémy, Malika, Myriam… Soit des collégiens, jeunes, amoureux, libres, insouciants, indécis ou niais. Soit des adultes, soucieux, parents, marqués par les contrariétés, les souvenirs, les regrets et aussi niais. Y a pas de raison !

« À samedi ! » parle aussi beaucoup d’Amour, celui qui embellit, qui fait rêver, planer. Celui qui fait lire des livres et découvrir la poésie, la belle littérature, la beauté des mots, le théâtre. L’Amour qui aveugle, qui peine, qui assomme. L’Amour incompris…. « À samedi ! », c’est aussi le monde d’aujourd’hui. La saleté des propos racistes et l’envie d’y résister, la vie de familles monoparentales, le droit d’intégration, les « délires » juvéniles, et surtout la Formidable mixité culturelle et sociale qui baigne cette génération Y. Un roman plus que contemporain !

Émilie :  » Moi, j’ai découvert ce roman graphique dans le cadre du prix littéraire Al’terre ado. Depuis le temps que le comité de sélection espérait pouvoir intégrer un roman graphique, c’est chose faite cette année avec ce titre signé Hubert Ben Kemoun au texte et Zaü à l’image en trois couleurs, noir, rouge, gris.  A samedi, c’est un roman chorale où les personnages se croisent tous au même endroit : la ville. Cette ville qui dévoile du mercredi au samedi comment l’amour transforme les personnalités, peu importe l’âge, le sexe, les origines…Intergénérationnel et multiculturel, plongez-vous dans ce livre à la langue libérée ».

Sandrine :  » Toujours vigilante par rapport aux parutions de « Rue du monde », j’ai remarqué ce roman graphique bien vite. Une nouvelle acquisition pour le CDI. Après avoir dépassé le cheminement narratif (pas toujours évident), on se plonge ensuite au coeur de la vie de ces jeunes collégiens, indécis, parfois irréfléchis mais aussi tellement ancrés dans leur société et le présent. Profitants ! Le dessin de Zaü est expressif, le texte d’Hubert Ben Kemoun percutant. En tant que prescripteur, je réfléchis par contre à la longueur des textes, un frein pour certains. L’originalité des dessins (pour des ados-lecteurs habitués aux BD colorées) doit être aussi à dépasser. Mais c’est ce qui est appréciable, cette diversité ! »

Juliette (jeune lectrice) : « Un livre très bien mais qui est difficile à commencer, par rapport au texte. Ensuite, on se laisse aller. »

À samedi. Hubert Ben Kemoun ; Zaü. Rue du monde, 2015. 19€ – À partir de 13-14 ans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Tout ce que je lis ou que je regarde me parle de toi et moi. C’est en pensant à nous que les auteurs ont écrit leurs bouquins ou leurs poésies. Alors voilà, je peux me mettre à tes genoux pour te le dire, mais il faut que ce soit toi qui me relèves, sinon, je m’enfoncerai davantage sous la terre. Je t’aime. Comme le ciel aime l’océan, je t’aime. »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s