Le temps d’un Paris-Lyon !

IMG_20180829_130634

Paco vit dans une ville mexicaine, proche de la frontière avec les Etats-Unis. Quand Paco sort de l’école, il joue – avec les autres enfants de son âge, de son quartier – à la « guerre ».  Paco se prend pour Zapata et rêve de revolucion, alors que ses parents triment au boulot, dans des usines américaines, de celles qui exploitent les ouvriers et que tout le monde survit dans des bidonvilles. Et puis un jour, Paco tombe sur un sombrero aux pouvoirs extraordinaires. Paco ainsi chapeauté, devient alors le défenseur des pauvres et des opprimés, « Captain Mexico », développant le moindre de ses pouvoirs pour se dresser face à son ennemi juré, « Big Boss », super héros des USA, missionné pour rétablir l’ordre au Mexique et brimer toutes possibilités de rébellion. C’est la Révolution !

img_20180829_130646-e1538491653715.jpg

Quel bonheur de retrouver, le temps d’un Paris-Lyon (oui, oui c’est rapide et captivant), l’écriture grinçante et ironisante de G. Guéraud. Utilisation de stéréotypes affirmée, pour dénoncer des injustices et parler d’un sujet sérieux, celui de la frontière mexico-américaine, de la délocalisation des multinationales, de l’exploitation ouvrière et de la misère. Le ton peut paraître enfantin (super-héros rigolos, pouvoirs complétement fantasques, traits grossiers des personnages…), mais c’est un récit engagé. Les références historiques (Zapata & Co) permettent aussi de découvrir l’histoire du Mexique au début du XXème siècle, permettant à l’occasion de proposer un peu de culture générale, voire révolutionnaire (jamais inutile…). La fin semblerait un peu prévisible, mais rappelle des évidences. Les clins d’oeil imagés du « Big Boss », de l’entreprise « Tiny Toys », du général Mapache, de Donald Trompette… ne prêtent pas qu’à sourire et font réfléchir. Les descriptions et l’ambiance, très cinématographiques, empruntées au genre western, fonctionnent à merveille (j’imagine même très bien, G. Guéraud dans le rôle de Paco d’ailleurs… au cas où il y aurait une adaptation pour « La dernière séance »). Bref pour moi, un Gégé, s’il me le permet, dans toute sa splendeur ! Petits lecteurs, même plus grands, on se régale.

« Captain Mexico ». Guillaume Guéraud. Du Rouergue, 2018. Coll. « Dacodac ». 8,80 € – à partir de 8-9 ans.

« Carmen , la grosse épicière moustachue, sortit sur le perron de sa boutique. Elle avait de vrais poils de moustache. Pas comme celle que Carlos s’était dessinée sous le nez. Elle surveilla ses caisses de fruits et légumes.

– Attention, garnements, votre révolution va renverser mes étalages !

– Mais non, clama Paco. On a juste renversé le dictateur Huerta ! »

p. 11

Publicités

Une réflexion sur “Le temps d’un Paris-Lyon !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s