La vie en noir et blanc

Parce que les premiers livres qu’on offre à découvrir aux tout-petits sont des ouvrages en noir et blanc (car on rappelle que leur vision en développement perçoit au début les contrastes), voici une petite sélection de parutions récentes.

Mon livre-mobile en noir et blanc, Sunny Kim, Albin Michel Jeunesse, 2016

Ce livre-mobile est idéal pour stimuler le nouveau-né. On déploie le livre accordéon autour de bébé: les parties mobiles attisent la curiosité et la capacité de concentration, les images en noir et blanc développent la vision, le recto présentant des formes géométriques et le verso des animaux éveillent au monde qui l’entoure. Léger, à un prix abordable (8€50), c’est un livre qu’on pourra montrer souvent à son petit car on peut facilement prolonger la complicité en y associant des comptines à l’image du titre suivant…

A noter, dans la même série: Mon livre-mobile de toutes les couleurs

 

Petit chat et ses amis, Surya Sajnani, Casterman, 2017

Chat, chien, raton-laveur, lapin, chouette et abeille se succèdent sur le recto de ce livre accordéon, en tissu cette fois. Avant que le bébé puisse manipuler l’objet par lui-même, il est intéressant de le proposer à regarder lorsque le tout-petit est sur son tapis d’éveil, à plat dos tantôt sur son côté gauche, tantôt sur son côté droit et en position à plat ventre, face à lui.

Pour créer du lien avec son enfant, rien de mieux que de lui « lire » le livre lorsqu’il est dans vos bras, sur vos genoux, en vous plaçant à ses côtés sur le tapis d’éveil… Mais on peut se trouver désarçonné(e) de lire un livre à un si petit, un livre en tissu sans texte qui plus est… Quelques pistes pour vous approprier l’ouvrage et donner vie aux pages: imiter le cri de l’animal, prénommer l’animal/accoler un adjectif, un verbe ou une couleur à l’animal en créant une rime pour jouer avec les sonorités de la langue etc. Prenons l’exemple de notre abeille: bzzzz bzzz bzz, elle bourdonne/elle vrombit, salut Mireille, la vieille abeille qui veille/sommeille/balaie, petite abeille vermeille! On peut également chanter une comptine, exécuter un jeu de doigt, réciter un poème, un haïku, une fable, un couplet de chanson, un texte bref qui vous plaît en somme et associé à l’animal. De même qu’un peu plus tard, vous pourrez poursuivre la démonstration du livre par la lecture d’un album ayant l’animal comme personnage principal.

« Voici une ruche,

Mais les abeilles, 

Où sont-elles?

Elles sont cachées au fond de la ruche, 

Et elles vont sortir une à une:

1,2,3,4,5! »

A noter, dans la même série: Petit ours et ses amis (autour des animaux sauvages)

Safari, Surya Sajnani, Casterman, 2017

Safari, c’est un imagier cache-cache conçu pour initier les petites mains aux puzzles explique l’éditeur. Page de gauche, une devinette et page de droite, l’animal représenté. Le « puzzle » consiste plutôt en un système de trois glissières permettant de (dé)former la silhouette animale. Pour les petits yeux les plus alertes, des paires de petites bêtes se sont cachées derrière les glissières: papillons, abeilles, coccinelles et escargots. Ce tout-carton costaud est parfait pour apprendre à manipuler l’objet-livre et travailler la motricité fine.

A noter, dans la même série: Animaux (autour des animaux domestiques)

Si comme moi vous avez aimé le coup de crayon de Surya Sajnani, qui a crée Petit chat et ses amis et Safari, allez fureter du côté de la Wee Gallery qu’elle a fondé avec son mari enseignant à la naissance de leur premier enfant. Vous y découvrirez ses publications en anglais, des jouets, des cartes, des couvertures, des oreillers, des mobiles, des céramiques, tout pour enrichir l’univers de bébé…en noir et blanc bien-sûr!

Le chat, Céline Lamour-Crochet, Editions Mouck, 2016

Enfin, pour clore cette sélection, un petit récit tout simple mais efficace. Avec les quatre lettres du mot « chat », Céline Lamour-Crochet fait un calligramme et même d’autres dessins qui racontent une histoire. Super original et créatif! Les éditions Mouck étoffe ainsi leur catalogue avec une collection destinée aux 0-4 ans baptisée « Petit Ly »; des parutions à suivre!

A noter, dans la même série: Le chien

Nouveautés contées

Parce que ces trois nouveaux titres donnent des idées d’activités pour aborder sous d’autres angles encore les contes de fées…
a-linterieur-des-mechants-cltilde-perrin
A l’intérieur des méchants, Clotilde Perrin, Seuil Jeunesse, 2016
D’abord, A l’intérieur des méchants…Clotilde Perrin a choisi trois des méchants les plus effrayants des contes de fées et nous livrent leurs moindres secrets. Loup, ogre et sorcière sont ainsi décortiqués grâce aux différents volets à soulever et on retrouve également pour chaque personnage l’un des contes où il sévit.
Idée d’activité: Au tour des enfants de dresser la fiche d’identité de leur personnage de conte favori en présentant ses points forts et ses points faibles, en imaginant son plat préféré, son passe-temps ou encore son objet fétiche tout en n’oubliant pas de le dessiner sous toutes les coutures, de la tête aux pieds jusqu’aux entrailles.
int_loup-ok_opt-31
reclamez-des-contes-delphine-jacquot
Réclamez des contes, Delphine Jacquot, Les Fourmis rouges, 2016
Ensuite, Réclamez des contes…Delphine Jacquot a sélectionné seize contes bien connus qu’elle a revisité sous forme de « réclame », autrement dit de publicité à l’ancienne. Chaque personnage promeut un produit donnant une nouvelle tonalité à l’histoire…
Idée d’activité: Au tour des enfants de créer leur affiche publicitaire et le slogan associé vantant un conte, un personnage, un objet magique etc. On peut faire aussi le lien avec cet autre album où la publicité s’invite entre les pages du récit:
petit-chapubron-rouge
Le petit chaPUBron rouge, Alain Serres, Clotilde Perrin, Rue du monde, 2010
reclamez-dp6-1024x702
contes-au-carre-loi%cc%88c-gaume
Contes au carré, Loïc Gaume, Thierry Magnier, 2016
Enfin, Contes au carré… Loïc Gaume illustre au trait noir et avec quelques aplats de couleurs une quarantaine de contes sous la forme de quatre vignettes composées de pictogrammes et de courts textes.
Idée d’activité: Les éditions Thierry Magnier ont conçu un dossier pédagogique où l’on pourra découvrir les caractéristiques du pictogramme, travailler la relation entre le texte et l’illustration, la chronologie du récit.
contes-au-carrecc81-4-blog

Jouons au quizz façon « béret »

Afin d’achever ce cycle autour des contes de fées de façon ludique, on peut mettre en place un quizz géant en adaptant le jeu du Béret. Pour cela, il vous faut un béret, un ballon, une balle, un chiffon ou un foulard et 2 équipes.

Comme l’explique Wikipédia, les joueurs de chaque équipe sont numérotés de 1 à x (x étant le nombre de joueurs de chaque équipe). Les deux équipes se placent face à face, sur deux lignes parallèles distantes (sans être classés par ordre de leur numéro) dans un carré plus ou moins grand, variable en fonction de l’âge et du nombre de participants.

L’adulte appelle un numéro. La saisie du « béret » et la course vers les camps se font avec une main derrière le dos. Les joueurs annoncés doivent récupérer, de leur main libre, le béret placé au centre du carré et le ramener derrière un camp sans se faire toucher par leur adversaire.

Là, on modifie les règles traditionnelles à notre sauce: le joueur qui a saisi le béret obtient le droit de répondre à la question du quizz. S’il a la bonne réponse, son équipe marque un point. S’il ne sait pas ou se trompe, son adversaire à la possibilité de donner une réponse. S’il a la bonne réponse, c’est son équipe qui marque un point, s’il se trompe, le joueur ayant saisi le premier le béret va se concerter avec son équipe pour fournir une autre réponse. Si la réponse est correcte, l’équipe marque un point, si elle est fausse, c’est l’équipe adverse qui se concerte etc.

La partie se joue aux points. On peut bien-sûr mettre en place plusieurs manches, chaque manche s’arrête lorsque chaque joueur/numéro a été appelé une fois.

Quelques exemples de questions:

Qu’arrive-t-il à Pinocchio lorsqu’il ment ? 

De quels matériaux sont constituées les maisons des 3 petits cochons ? 

Quel fruit empoisonne Blanche Neige ? 

Qui a écrit la Petite sirène ? 

Quel animal rencontre le Petit chaperon rouge dans la forêt ? 

Citer  2 contes où une fée apparaît.

Citer 2 objets magiques.

Par quelle phrase commence traditionnellement un conte de fée? 

Onlikoinou

Onlikoinou, c’est un nouveau rendez-vous littéraire sur les ondes de l’Autre Radio, une émission pour parler de toutes les littératures de jeunesse, des plus petits aux jeunes adultes.

lautreradio

Vous y trouverez l’actualité du livre et des éditeurs, des interviews d’auteurs et d’illustrateurs, des chroniques, des lectures de textes et d’albums…le tout animé par Véronique Martin, bibliothécaire, et Simon Roguet, libraire à M’Lire, à Laval en Mayenne. C’est le 1er dimanche du mois à 11h ou disponible en podcast.

onlikoinou

Pour la première émission, diffusée dimanche 5 février dernier, l’invité spécial était le romancier Vincent Villeminot, venu évoquer sa riche actualité 2017 dont le succès d’U4 chez Nathan Syros. On a beaucoup aimé la lecture en direct des livres suivants, parce que, finalement, quoi de mieux que de lire un livre pour le découvrir :

potage-papotage

 Potage papotage de Mathis chez Thierry Magnier

buffalo-belle 

Buffalo Belle d’Olivier Douzou au Rouergue

bou-et-les-3-zours-elsa-valentin

 Bou et les trois Zours d’Elsa Valentin et Ilya Green à l’Atelier du Poisson soluble

un album qu’on cite souvent sur le blog ici ou voire là encore

 

 

Créons une carte à jouer contée

Pour cette séance, on va solliciter la créativité des enfants en leur proposant de confectionner une carte à jouer autour d’un conte de fée qu’ils auront choisi (on peut aussi mettre en place un tirage au sort pour avoir une plus grande variété de contes à présenter).

Vous distribuez des fiches au format A5 avec au recto une silhouette comme celle-ci par exemple:

silhouetteLes enfants n’ont plus qu’à habiller la silhouette qui prendra les attributs de leur personnage préféré, qu’il soit humain ou animal; c’est plus facile pour les plus jeunes, pas toujours à l’aise avec le dessin, question timing, cela permet de faire une carte complète en une séance d’une heure environ et chaque enfant part avec les mêmes conditions matérielles. Les plus rapides pourront aussi dessiner le décor du conte (forêt, château, compagnons etc).

Au verso, les enfants doivent nommer les éléments suivants:

  • nom du personnage (l’enfant peut évidemment choisir le héros du conte mais aussi un personnage secondaire)
  • titre du conte
  • lieu(x)
  • objet(s) magique(s)
  • amis ou famille
  • ennemis
  • etc

Une fois les cartes complétées, on propose aux enfants de raconter leur conte à l’aide de leur carte. Suivant l’âge des enfants, ils peuvent reprendre les catégories de la carte à jouer ou bien raconter à leur façon le conte. Vous aurez alors de bien belles surprises!

 

Jouons au jeu du chapeau

Pour mettre en place le « Jeu du chapeau » sur le thème des personnages de contes de fées, il vous faut:

4tqnntyz3kqydselsfyrdavrwck

-Un chapeau

-Des équipes de deux à cinq personnes

-Des feuilles de papier (= 45 petits bouts de papier pour 45 personnages de contes de fées pour une partie de 45 mn à 1h environ)

-Des stylos

-Un chrono/minuteur/sablier

– Le but du jeu en 3 manches: décrire le personnage, faire deviner le personnage en 1 seul mot, mimer le personnage

1. Deux possibilités pour débuter la partie: en formule « libre », vous pouvez proposer aux enfants de se saisir chacun d’un ou de plusieurs petits bouts de papier et d’écrire le nom d’un personnage de conte; en formule « cadrée », vous avez au préalable préparé une série de petits bouts de papier où sont inscrits les noms de personnages de conte que vous avez abordé avec la classe au fil des séances. En tout cas, cela doit rester confidentiel.

2. Pliez les papiers et mettez-les ensuite tous dans le chapeau.

3. Durant la première étape, un joueur de chaque équipe doit faire deviner le mot sans prononcer le mot, en le décrivant. Chaque joueur a un temps limité (de 30 secondes à 1 minute, à vous de définir le laps de temps selon l’âge de votre groupe) pour faire découvrir un maximum de mots à son équipe. Chaque mot découvert rapporte un point.

4. Retenez attentivement chaque mot trouvé par chaque joueur, cela vous servira pour la seconde étape du jeu.

5. Une fois tous les mots trouvés, remettez-les pliés dans le chapeau.

6. La seconde partie du jeu consiste toujours à faire découvrir les mots aux autres joueurs de son équipe, dans un temps limité. Toutefois, cette fois, vous n’avez le droit qu’à un seul mot pour que les joueurs devinent de quel mot il s’agit. On donnera évidemment un mot en rapport avec le terme à trouver (par exemple pour « arbre », on peut dire « feuille »).

7. Comptez les points de la même manière que la première étape, un point par mot trouvé.

8. Une fois tous les mots trouvés, remettez-les une dernière fois pliés dans le chapeau.

9. La dernière phase du jeu consiste cette fois à mimer le mot en question et le faire découvrir à vos camarades. Cette étape est de loin la plus drôle, n’ayez pas peur du ridicule! Vous disposez toujours d’un temps limité pour faire deviner les termes.

Voici quelques personnages merveilleux phare qu’on pourrait faire reconnaître aux enfants:

La Reine des neiges

Riquet à la houppe

Sinbad le marin

Raiponce

Tom Pouce

Shéhérazade

Les trois petits cochons

Le Chat botté

Hansel et Gretel

Aladin

La princesse

au petit pois

La Belle et la bête

Pinocchio

La petite poule rousse

Le génie de la lampe

La Petite sirène

Baba Yaga

La chèvre de

Monsieur Seguin

Le Petit chaperon rouge

Poucette

Ali baba

Cendrillon

La Petite fille

aux allumettes

Le Roi Grenouille

La Belle au bois dormant

Barbe bleue

Le Petit bonhomme de pain d’épices

Blanche-Neige

Le petit soldat de plomb

La Fée

Les sept nains

L’Ogre

Mère-grand

Le Prince charmant

Boucle d’or

Le chasseur

Le grand méchant loup

Les trois ours

(de Boucle d’or)

Les Cygnes sauvages

Peau d’âne

Le Vilain petit canard

Les Musiciens de Brême

Le Petit poucet

Jack

(et le haricot magique)

La bergère et le ramoneur

Jouons au téléphone arabe conté

On continue à présenter nos séances autour des contes merveilleux avec des enfants d’élémentaire. Aujourd’hui, on souhaite mettre en avant la dimension orale du conte…

« Conter, raconter, transmettre un conte ». Les contes, comme leur nom l’indique, se racontent. Ou plutôt, ils se racontaient autrefois, quand il n’y avait ni télévision ni radio, quand tout le monde ne savait pas lire et qu’il n’y avait pas de livres partout, comme maintenant. Alors, le soir pour s’occuper, se divertir et se parler, les gens se retrouvaient lors de veillées et se racontaient des histoires autour du feu ou sous les étoiles dans les pays chauds… un peu comme on se raconte aujourd’hui des blagues lors de repas de famille. Le conte transmet donc une histoire de bouche à oreille à l’origine.

A cette époque, dans tous les pays du monde, les gens qui se racontaient des histoires les avaient déjà entendues quand ils étaient enfants, racontées par leur père ou leur mère, leur voisin(e), leur grand-mère ou grand-père ou un colporteur de passage dans le village. Ce n’étaient pas des histoires écrites. Alors celui qui racontait, racontait à sa façon à lui. Il y mettait toujours un peu de lui-même, il racontait avec ses mots à lui, il rajoutait ou enlevait certains détails. C’est pourquoi l’histoire était la même, mais aussi toujours différente de celle de ses parents  ou de celle de la région d’à côté. Et toutes les façons de raconter l’histoire, toutes les versions existaient en même temps. Par exemple, une version en Bretagne, en Provence, en Corse etc. Les contes ont ainsi été transmis de génération en génération.

Après ce temps d’introduction et d’échange avec le groupe, montrer qu’un conte peut être raconté de différentes manières: à votre avis, de quelles façons différentes le conte peut être dit ?

=> faire le tour du monde avec un conte. Depuis des siècles, à travers les pays et les langues du monde entier

=> mettre au style direct en se mettant dans la peau des personnages (dans l’esprit, plus que dans le costume), style indirect qui vient naturellement

=> travailler l’interprétation, en déplacement, devant le miroir, jeu théâtral…

=> travailler autour du sens : les symboles peuvent agrémenter le conte, le compléter. Choix de tel ou tel animal/objets/lieux, symbolisant des choses différentes selon les pays…

=> prendre le contre-pied : si le gentil n’était pas si gentil et le méchant pas si méchant…

=> donner un rythme au texte : le dire en utilisant un métronome et jouer avec les rythmes possibles, rompre le rythme et le reprendre (idée de « groove »), placer de la musique, rap, slam, rimes, chant etc

Si les contes traditionnels ont été inventés oralement par le peuple, certains contes ont aussi été écrits par des auteurs précis. Ces auteurs sont:

Soit ceux qui ont mis par écrit des contes qui se racontaient oralement. Ils en ont fixé la forme. Par exemple, les frères Grimm. Ils ont été recueillir de nombreux contes dans des villages en Allemagne, parfois dans des coins très reculés et ils les ont retranscrits par écrit. Par exemple : Blanche Neige, Raiponce… Le conte est devenu très connu grâce à leur version/leur texte. Il  y a aussi Charles Perrault, celui qui a rendu célèbre le Petit Poucet ou Cendrillon ; c’était au XVIIème siècle ! On peut alors lire un extrait significatif de la langue de ce siècle!

Soit ceux qui ont inventé les histoires de ces contes. Par exemple, Pierre Gripari : La sorcière de la rue Broca ou Marcel Aymé : Les contes bleus/rouges du chat perché ou Hans Christian Andersen. Lui, a inventé ses propres contes en s’inspirant du folklore et des légendes de son pays, le Danemark. Par exemple : La Petite sirène, Le vilain petit canard, La petite fille aux allumettes, La reine des neiges…

Parfois aussi, on ne se rappelle plus d’où vient le conte et qui l’a écrit, il est donc anonyme…Par exemple : La Petite poule rousse, Boucle d’or, Les trois petits cochons etc.

Maintenant, à votre tour de transmettre un conte de bouche à oreille…mais dans une version spéciale que je vais vous laisser découvrir…et on en reparle après le jeu. C’est une sorte de téléphone arabe.

– Petit atelier autour de la mémorisation : Raconter une version courte et la faire circuler par le « téléphone arabe »

41XpLnhb1QL

D’après Il était une fois …contes en haïkus, Agnès Domergue, Cécile Hudrisier, Thierry Magnier

Rappeler avant tout les règles du « Téléphone arabe ». Cela consiste à faire circuler rapidement de bouche à oreille à travers une file de joueurs, une phrase énoncée par le premier d’entre eux puis récitée à voix haute par le dernier. L’intérêt du jeu est de comparer la version finale de la phrase à sa version initiale (éventuelles erreurs d’articulation, de prononciation, confusions entre des mots et des sons etc).

Les joueurs se placent côte à côte. Le premier énonce la phrase et la chuchote au deuxième qui la chuchote au troisième et ainsi de suite jusqu’au dernier qui annonce à voix haute ce qu’il a entendu. Chaque joueur dit la phrase à son voisin sans se faire entendre des autres, on ne répète pas la phrase si on n’a pas bien compris. La victoire est collective.

Etant donné qu’il y a 20 haïkus dans ce recueil, constituer 4 équipes jouant avec 5 contes et intervertir les jeux de contes au fil de la partie. On peut comptabiliser par équipe le nombre de haïkus transmis correctement, le nombre d’erreurs etc et déclarer une équipe vainqueur.

conteenhaïku

A l’issue du jeu, rassembler les enfants, les questionner : qu’est-ce que c’étaient ces phrases ? Définir le haïku : c’est un poème très court, 3 lignes pas +, tout droit venu du Japon.

A la lueur d’un rêve

coudre et se brûler les mains

plumes d’orties

Vous aurez sans doute devinez qu’est dépeint ici le conte d’Andersen Les Cygnes sauvages

Enfin, lire l’intégralité du livre qui a inspiré le jeu; cela permet de dévoiler les illustrations et de mettre le titre du conte exact sur le haïku. Proposer aux enfants de deviner de quels contes il s’agit!

– Lecture finale :

bou-et-les-3-zours-elsa-valentin

Bou et les 3  zours, Elsa Valentin, Ilya Green, L’Atelier du poisson soluble

En conclusion, on peut lire cette relecture de Boucle d’or et discuter de ce texte inventé, surprenant qui joue avec la langue et s’amuse avec les sons et les sens des mots : argot, langage soutenu, patois, babillage enfantin, mots-valise (= deux mots mélangés ensemble, par ex. impassiquiétude, panitrouille, sursauprise, moelleudoux, bricassa), néologismes, vocabulaire tiré de langues étrangères comme l’italien, l’anglais, le cap verdien.

– Autre atelier possible : 

« La langue paralysée » : oups, ma langue ne bouge plus ! Sans elle, je ne parviens plus à prononcer certaines lettres : les consonnes (occasion de distinguer consonnes et voyelles). Essayer de réciter sans prononcer les consonnes. Ce petit jeu permet d’imiter différentes dictions et d’en inventer. Varier le jeu : zézaiement, chuchotement, accents etc