15ème salon du livre pour la jeunesse d’Albi

salon du livre affiche

« Mystères et secrets » est le thème de cette édition 2014. Autant dire que ce salon nous réserve mille et une surprises.

 Un livre qui s’ouvre nous donne le frisson, dévoile peu à peu ses mystères, en cache quelques-uns jusqu’à la fin. Un livre se referme, des réflexions naissent, des émotions surgissent.

Les auteurs et illustrateurs invités seront là pour partager avec vous, un peu de leur réflexion et beaucoup de leur émotion.

ANNE-LAURE BONDOUX, auteur

Elle a commencé à écrire des histoires dès l’âge de 8ans. Devenue rédactrice chez Bayard presse, elle découvre la littérature jeunesse où ses livres ont un succès immédiat. Elle a publié environ 40 romans pour enfants, ados, jeunes adultes et y aborde, avec une écriture poignante et fine, des thèmes qui nous interpellent. Son livre phare : Le temps des miracles.  www.bondoux.net

ANNE LETUFFE

Elle a commencé toute petite à dessiner sur des papiers pour emballer les chocolats. Ça lui a donné pour toujours le goût… de dessiner des histoires. À travers son incroyable fantaisie poétique et délurée, elle entraîne les tout-petits (et les plus grands) dans un monde merveilleux plein de couleurs, de rires et de légèreté. Son livre phare : Le tout petit. minisites-charte.fr/sites/anne-letuffe

ELEONORE THUILLIER, illustratrice

Une école de stylisme l’a conduite d’abord vers la mode, mais elle revient vite à sa première passion : l’illustration d’albums. Elle travaille au crayon et à la peinture et offre aux tout- petits des formes tout en rondeur, des personnages attendrissants dont un drôle de petit loup au long nez que l’on a bien envie d’embrasser ! Son livre phare : le loup qui voulait changer de couleur.  http://eleillustrations.blogspot.fr/

DAVID SALA, auteur illustrateur

Il est aussi photographe et auteur de BD. Après 5 années à l’école Emile Cohl, il commence par réaliser des couvertures de romans, polars, S.F. et héroïc fantasy. Dans ses albums, la beauté du graphisme, les couleurs flamboyantes épousent le monde merveilleux des contes et nous offrent un tableau inoubliable à chaque page. Son livre phare: folles saisons.  http://www.davidsala.com/

JULIE EUGENE, auteur illustratrice

Originaire de Toulouse, diplômée de l’Ecole Emile Cohl de Lyon, elle vit et travaille à Albi, où elle organise des ateliers et rencontres scolaires. Elle a illustré plusieurs albums et nous invite à voyager dans son monde tendre et burlesque. Elle a réalisé pour DIKELITU l’affiche de ce 15° salon. Son livre phare : L’ABC des Chiens

MARIE-JOSÉ SÉGURA, auteur

Prévisionniste à Météo France, Marie-José Ségura est aussi auteur jeunesse. Cette passion est née en 2008 quand elle a voulu écrire et dessiner un album jeunesse. L’histoire l’a emportée dans un monde de Féérie. Un premier roman jeunesse a vu le jour : Le Monde des songes puis La Source aux étoiles et en 2013 Les poussières de feu. Leur univers est le Merveilleux et leurs héros sont des lutins, des elfes, des fées et des sorcières…et des humains. Son livre phare : les poussières de feu.  http://lemondedessonges.over-blog.com/

MELANIE RUTTEN, auteur illustratrice

Après des études de photographie, elle se lance en autodidacte vers l’écriture et l’illustration. Son projet « Mitsu » aux éditions MeMo est récompensé par de nombreux prix. Entre dessin et collage, crayons, feutres et papiers découpés, Mélanie construit un petit monde plein d’émotions et de charme où évoluent des animaux au cœur tendre. Son livre phare : l’ombre de chacunwww.melanierutten.com

FABIEN ARCA, auteur de théâtre

Après des études d’Arts du spectacle, il se tourne très rapidement vers l’écriture et la mise en scène. Il crée sa compagnie à Paris, Le Théâtre des Bâtisses, avec laquelle il monte ses propres textes : près d’une trentaine de pièces jouées en France. Fabien Arca est aussi comédien, formateur et animateur des stages (écriture et jeu). Son livre phare: moustique.

MARYVONNE RIPPERT, auteur

À 10 ans, elle rêve d’être écrivain, et le réalisera plus tard, après des années de journalisme. Elle a écrit pour les jeunes et les ados une vingtaine d’ouvrages, romans et polars. Elle goûte à l’écriture collective avec la série Blue Cerise et s’associe au groupe musical Les Chics Types pour réaliser Alabama Blues, un livre avec bande son. Son livre phare: le grimoire de la princesse.   www.rippert.blogspot.fr

DAVIDE CALI, auteur illustrateur

D’origine italienne, il écrit en français et en italien. Il a commencé par faire de la BD, de la photo, de la musique, et très vite, il a eu envie d’écrire des histoires aux enfants. Entre poésie, tendresse et humour, il nous livre un imaginaire débordant et sensible. Il a signé plus de 60 livres, albums et BD traduits à travers le monde. Son livre phare: l’amour c’est mathématiques.  http://www.facebook.com/pages/Davide-Cali/164285603678359

BRIGITTE COPPIN, auteur

Depuis son enfance, elle aime les mots, l’Histoire et la mer. Elle a publié près de 90 romans, récits et documentaires où elle fait revivre le Moyen âge, réveille demoiselles, chevaliers et châteaux forts, embarque ses lecteurs dans des aventures de pirates. Elle nous offre aussi des histoires d’Albi, où elle vit depuis 2006. Son livre phare : Les yeux du Jaguarwww.brigitte-coppin.fr

LOREN BES, illustrateur

À 30 ans à peine, cet artiste créatif né à Lescure d’Albigeois a déjà signé une dizaine d’albums. À l’aquarelle et au trait, il déploie avec légèreté un univers coloré peuplé d’elfes, de lutins, de longues silhouettes courbes et de museaux pointus, toujours tendres et cocasses. Son livre phare : le monde imaginaire de Martin.

BEATRICE FONTANEL, auteur

Écrivain, poète, iconographe, elle est l’auteur de près de 80 ouvrages pour petits et grands chez Palette Sarbacane, Gallimard, Actes Sud Junior… où elle exprime librement ses multiples talents. Apprentissage de la vie, sensibilité artistique, découverte de la nature et de l’Histoire sont ses grands domaines privilégiés. Son livre phare: les petits oiseaux.

HENRI MEUNIER, auteur illustrateur

Après des études d’arts plastiques et 6 ans de travail social, il publie en 2001 son premier album jeunesse, « Le Paradis », aux éditions du Rouergue. Au détour de l’écriture, Meunier découvre l’illustration et publie également en solo. À 2 ou à 4 mains, ses albums sont tous empreints d’humour, d’inventivité graphique et de poésie. Son livre phare : cent grillons et autres contes pas piqués des hannetons. www.henrimeunier.com

 PIERRE DELYE, auteur conteur

Aimait-il déjà les contes quand il était petit ? Aujourd’hui, il les écrit et les raconte à sa façon, vivante et amusée ! Il a publié une dizaine d’albums et nous ouvre cet univers merveilleux avec un vrai talent de farceur. Il dit lui-même : « Ne plus avoir d’idées me rendrait aussi inutile qu’un vieux pneu »! Son livre phare : les musiciens de la nouvelle Brême. www.clair-de-lune.net/delye

 OPHÉLIE TEXIER, auteur illustrateur

Après des études de graphisme à l’École de Communication Visuelle, son talent fécond s’affirme auprès de Grégoire Solotareff. Depuis 1997, elle a publié près d’une centaine d’albums où elle crée un univers dédié aux tout-petits, centré sur la vie quotidienne et la famille, et peuplé de personnages irrésistibles. Son livre phare: Crocolou aime rêver.

HERVÉ JUBERT, auteur

Cela fait plus de 15 ans qu’il s’est lancé dans l’écriture pour ados et jeunes adultes, où il mêle avec grand talent le fantastique, le thriller et l’anticipation. Il a publié une trentaine d’ouvrages parmi lesquels une série de polars historiques intitulée Blanche, ainsi que les aventures de Vagabonde et bien d’autres titres qui nous entraînent de mystères en secrets. Son livre phare : magie secrète.                                                                                                                         http://www.hervejubert.fr

NANE et JEAN-LUC VEZINET, auteurs et conteurs

Ces conteurs férus de légendes et de mythologie sont devenus auteurs. Ensemble, ils créent des spectacles, animent des ateliers et publient, chez Circonflexe, Gallimard et Oskar, des recueils de contes mais aussi des documentaires, avec toujours cette curiosité et ce souci de médiation qui leur tiennent à cœur. Leur livre phare : Jean Jaurès contre la barbarie.

La femme noire qui refusa de se soumettre – Rosa Parks

rosa parks

Pour ce livre, je laisse ma voix et ma plume (ou plutôt mon clavier) à Enzo  (11 ans) qui écrit là, son premier article.

La femme noire qui refusa de se soumettre est un roman historique. Il raconte le passé de Rosa Parks qui a réellement vécu aux Etats Unis  au début du XX eme siècle. Il raconte donc aussi le passé des États Unis.

Rosa Parks, une jeune fille noire n’aime pas les blancs. En effet, certains blancs faisaient régner la terreur. C’est pourquoi, Rosa a appris à s’en méfier depuis qu’elle est toute jeune.  Ainsi, un jour, dans un bus jaune, elle n’a pas obéi aux lois des blancs. Elle a refusé de s’y soumettre. Alors, des policiers sont venus l’arrêter devant tout le monde.

CRITIQUE

J’ai aimé ce livre parce qu’on suit la vie de Rosa depuis qu’elle est petite et on comprend alors pourquoi elle n’a pas voulu laisser sa place aux blancs.  Le mot Klu klux Klan m’a surpris.  J’ai donc voulu en savoir plus.  J’ai appris qu’ils étaient cruels avec la population noire.

Il ne faut pas rabaisser les gens. Tout le monde est capable de grandes choses.

J’ai aimé l’aspect historique. Le fait que ce soit une histoire vraie m’a plu.

CARTE D’UN PERSONNAGE: ROSA PARKS

Rosa Parks est une petite fille qui est né en 1913 dans le Sud des Etats-Unis. Elle est noire. Sa santé est fragile. Elle est très intelligente parce qu’elle a appris à lire très tôt.

Ce personnage vit un conflit avec la société. En effet, elle vit dans une société raciste. À son époque, aux Etats Unis, les blancs étaient racistes et torturaient les noirs. Elle vit mal cette situation car les blancs sont narquois. C’est un personnage intéressant parce qu’elle a des problèmes avec le pays dans lequel elle vit. Grâce à son éducation, elle décide de ne pas se résigner.

IMAGE : JE GARDE EN TÊTE L’ IMAGE D’UNE PARTIE QUE J’AI AIMÉE

enzo

J’ai choisi cette partie de l’histoire parce que le grand père attendait le Ku Klux Klan avec son fusil. Cela montre comment l’éducation de Rosa l’a amenée à se révolter contre les lois injustes.

L’HABILETÉ DE L’AUTEUR

Ce qui est intéressant c’est que l’auteur utilise le sourire de Rosa comme narrateur. De plus, les illustrations de Carole Gourrat sont très réalistes.

Je conclus l’article d’Enzo en ajoutant qu’il y a un dossier documentaire à la suite du roman et en  vous offrant la dédicace de l’auteur, Eric Simard. (Oui, je sais cela devient vraiment une habitude !)

dédicace

Eric Simard, Carole Gourrat, La femme noire qui refusa de se soumettre – Rosa parks, Oskar Jeunesse, collection histoire et société, 2008, 38 pages.

Le prince au petit pois, Sylvie Chausse et Anne Letuffe

prince au petit pois

Le prince au petit pois est un album destiné aux enfants de plus de 4 ans. Mais les jeux de mots et le vocabulaire utilisés nécessitent une importante médiation de l’adulte. Cette médiation a d’autant plus d’intérêt que le texte révèle tout son charme lorsqu’il est oralisé : les assonances en « oi » apportant une certaine musicalité au texte.

Cet album est une adaptation libre et très originale du conte d’Andersen La princesse au petit pois. L’héroïne,  la  Princesse Toinon, veut se marier. À son grand bonheur, elle obtient l’accord de la reine. Mais, pour cela elle doit trouver le prince au petit pois. Une véritable énigme qui laisse Toinon bien perplexe. Doit-elle partir à la recherche du prince au petit pois ? Au petit poids ? Ou au petit pouah ? Au fil des pages, nous suivons sa quête sur les routes du royaume de France.

Le premier contact avec l’album se fait par la première de couverture.  Sa composition graphique est très riche : il y a des graphismes simples, des fragments de tissus effilochés et froissés ,  des photographies et  des papiers découpés . Tous ces matériaux surchargent la couverture mais lui apportent aussi un attrait visuel indéniable .  Bref, ce joyeux bazar  visuel  annonce l’humour du texte. Ce désordre apparent n’en est pas un.  Ici, chaque image isolée fait sens et renvoie à une thématique de l’histoire. Chacune d’elle éclaire l’autre. Chaque image de la couverture raconte une histoire et se retrouve tel un fil conducteur dans les pages de l’album. Ainsi, au fil des pages, le petit pois pousse pour signifier que la princesse grandit au gré de ses expériences.

Arrêtons nous sur le personnage centrale :  la princesse Toinon. Tout en elle, évoque la rondeur : son visage, sans les oreilles de lapin, est celui d’une toute petite fille au sourire malicieux . Sa robe à pois, multicolore suggère la joie. Elle est effilochée, froissée et fabriquée dans un tissus grossier et lourd : nous sommes très loin du stéréotype de la princesse. Le ton est donné : la parodie des contes de fée n’est pas loin. En outre, Toinon est une princesse résolument moderne puisque c’est elle qui part sur les routes de France pour trouver son prince charmant.

Tout au long de l’album, le narrateur joue sur les assonances en « oi ».  Particularité qui apporte au texte un rythme et des sonorités plaisantes et même très amusantes. En outre, le texte propose un vocabulaire  assez désuet : pour servir cette prégnance du son « oi », le narrateur  offre des mots peu rencontrés (courtois, guingois, chatoie, festoie, beffroi, palefroi, effroi, …). Mais quel bonheur de retrouver ces mots et de les partager :  les enfants raffolent de ce genre de nouveauté.

Un lexique suranné mais truculent, des images colorées et foisonnantes , des associations iconiques déroutantes mais amusantes, font de cet album, un véritable lieu de détente. Beaucoup de joie éclate de ces pages et l’humour est présent dans chaque détail. On ne se lasse pas de le relire car à chaque fois, on surprend un nouvel élément qui fait sens…

Un joli conte qui se joue des mots et des situations.  Mais se terminera-t-il comme tous les contes de fées ?

Petit pois sur le gâteau, cette petite dédicace de l’illustratrice, Anne Letuffe.  (Oui, je sais ça devient une habitude !)

IMG_1767

Sylvie Chausse, Anne Letuffe, Le prince au petit pois, éditions l’Atelier du poisson soluble , 2007.

Juste une erreur, Hubert Ben Kemoun

juste une erreur

La couverture semble parfaite pour un roman d’été et pourtant la lecture de la quatrième de couverture nie le ton léger auquel on pourrait croire juste en se focalisant sur la photo et les couleurs très « girly ».

Ce roman, je l’ai offert à ma fille de 11 ans, lors du salon du livre d’Albi. Je me rappelle que Monsieur Ben Kemoun nous avait mises en garde. Il avait expliqué à Amélie que le sujet était difficile, qu’elle pouvait commencer à le lire ou faire le choix de le garder pour un peu plus tard. Elle a fait le second choix. J’ai donc ouvert ce livre qui pourtant lui était dédicacé. Petite intrusion d’une maman dans « ce qu’elle pourra lire plus tard ».

Je ne suis, d’ailleurs,  pas tout à fait d’accord avec ce « plus tard »: oui le sujet est dur mais il est surtout édifiant. À une époque où tout est fait pour que nos jeunes filles croient qu’ un physique parfait permet, à lui seul, de réussir ; à une époque où passer à la télé coûte que coûte semble être le nouveau graal ; ce roman (qui n’est certes pas une nouveauté) montre les dangers de l’apparence et des paillettes et oppose à cela un personnage sincère et droit qui a l’intelligence de mettre l’amitié au dessus de toute gloire éphémère.

Tout commence dans un univers plutôt rose et léger. Deux collégiennes que tout oppose sont pourtant des amies « à la vie à la mort ». L’une, Mélanie est séduisante et séductrice. Une véritable lolita comme les façonnent les magazines. Toujours à la pointe de la mode, elle aime attirer le regard. Son amie d’enfance, Mélitine, a un prénom aussi singulier que son personnage. Elle ne brille pas par son physique et sa plastique mais par sa spontanéité et ses traits d’esprit. Élève brillante, elle grandit dans un foyer sécurisant où l’on est peu enclin à se laisser éblouir par ce qui brille. Leur amitié étonne mais elle est là, solide. Enfin, c’est ce que chacune croit. Jusqu’au jour d’un mauvais casting. Évidemment l’une s’y rend en mettant en avant ses plus beaux atouts. Évidemment l’autre s’y rend pour accompagner et soutenir l’envie de réussite de son amie. Évidemment, il y a de la concurrence : Mélanie n’est pas la seule belle. Évidemment celle retenue fera des envieuses. Mais au delà de l’évidence, il y aura une « outsider »: une concurrente qui s’ignore.

Dès lors, le roman rose bascule du côté obscur. Les véritables personnalités se dévoilent et la tension entre les personnages se développe  jusqu’au point de non retour.

J’ai aimé ce livre car  il décrit avec finesse et détails la psychologie des personnages empêtrés dans cette histoire noire.

En effet , les chapitres alternent les différents points de vue afin que le lecteur touche au plus près les pensées et les sentiments de Mélanie, de Mélitine, de Sonia et de Christophe. Oui, il y a un homme dans cette sombre histoire. Un homme amoureux et manipulé. En revanche, la plupart des personnages féminins sont égocentrés et cruels. Heureusement, face à ces manipulatrices s’impose  l’authenticité d’une jeune fille qui ne se bat pas contre les autres mais pour les autres. Une jeune fille pour qui l’amitié ne se vend pas contre l’illusion de la réussite.

C’est un roman à lire ou faire lire  à nos jeunes adolescents. Un roman qui appelle à la discussion.

Cerise sur le gâteau : voici la dédicace de Monsieur Ben Kemoun qui, en quelques mots, dit beaucoup de ce roman.

IMG_1657

Et un second cadeau. Cette jolie citation qui m’a beaucoup interpellée et me plait assez:

 » J’ai toujours pensé que des parents règleraient nombres de problèmes avec leurs enfants s’ils savaient leur montrer à quel point simplement et gaiement, ils s’aiment, se désirent, se cherchent et se trouvent. » page 58.

Hubert Ben Kemoun, Juste une erreur, édition du Seuil, 2011, 135 pages.

Arthur Ténor au pays des Grogrogneux !

Dans le cadre du salon du livre d’Albi, Arthur Ténor viendra dans notre école le vendredi 5 avril 2013. Pour l’accueillir bien armés (non d’harpons ou autres bifaces !), nous organisons des comités de lecture autour de ses livres. Nous nous sommes intéressés aussi à sa vie et à l’une de ses séries phare : Les Duracuire.

Sa biographie :

bio ténor

bio ténor2

Arthur Ténor est né en 1959 en Auvergne. C’est un ancien instituteur. Il est écrivain pour la jeunesse depuis 1998. Il a écrit 90 livres. Il affectionne les récits historiques et fantastiques.

Il aime l’aventure, les missions dangereuses et… la peinture. Cela ne lui ferait pas peur de peindre des ours dans les grottes !

Quand il était enfant, Arthur rêvait d’être grand. Aujourd’hui qu’il est grand, il rêve de redevenir enfant. Il collectionne les fées Clochette et les souliers de lutin. Il aime les contes de fées.

Notre carnet de lecture sur La grotte des Montagnagriffes de la série des Duracuire

duracuire

Cartes des personnages

IMG_1076

Kikwibi par Aurélien

Kikwibi est la fille de la bande des Duracuire. Elle met des os dans ses cheveux oranges. Elle est moqueuse quand elle dit aux garçons : « cervelle d’asticot ». La jeune fille est exigeante quand elle demande aux garçons de la porter. Elle fait sa chef avec Mempapeur et Bibiscotto. Elle est vilaine parfois. Kikwibi fait souvent des commentaires amusants mais quelque fois elle est boudeuse.

Mèmpapeur par Pierre-Lou

Mèmpapeur par Pierre-Lou

Mèmpapeur est sûrement le plus courageux de la bande. Il a 8 pommes et habite dans la tribu des Grogrogneux. Nous aimons bien ce personnage car il n’a peur de rien. Si on avait son courage, nous n’aurions pas peur du noir.

Bibiscotto par Jérémy

Bibiscotto par Jérémy

Bibiscotto a les cheveux bruns. Il est costaud. C’est le plus fort de la bande des Duracuire. Le jeune garçon a 8 ans (ou plutôt 8 pommes !) Il fait partie de la tribu des Grogrogneux. On aime bien ce personnage parce qu’il peint sur les parois des cavernes. En fait c’est lui, le plus courageux. Il est drôle aussi.

Les phrases et les mots amusants

Le cri-qui-tue

Vos cervelles d’asticot

Mettre les mains dans le plus gros caca de mammouth

 Critiques

Nous aimons ce livre car il est amusant. Dès le début, nous avons beaucoup apprécié cette histoire et ses illustrations bien choisies. En plus, le vocabulaire est intéressant : nous avons appris des nouveaux mots. Les personnages sont drôles et font des blagues, nous nous sommes vite attachés à eux. En plus, nous adorons leurs prénoms qui sont très originaux. C’est un livre où il y a beaucoup d’actions et plein d’humour. Nous aimons beaucoup quand Kikwibi se moque des garçons.

Nous avons remarqué qu’Arthur Ténor faisait souvent des bandes avec une fille et deux garçons (la bande des Duracuire, la bande des Aventuriers du mystère, la bande des Chevaliers en herbe) et à chaque fois, la fille est plus maligne que les garçons. Et ça, ça nous plait (même les garçons de la classe sont d’accord!)!

Les illustrations sont humoristiques et elles reflètent bien l’histoire.

Habileté de l’auteur

L’auteur réussit à nous faire découvrir la Préhistoire. Il réussit à nous intéresser à la vie des hommes préhistoriques. On apprend comment ils peignaient sur les parois des grottes par exemple. Avec ce livre, on a l’impression de voyager dans la Préhistoire.

grotte

empreintes

grotte2

empreinte2

Depuis que nous avons lu ce livre, nous aimons bien dessiner des silhouettes d’animaux préhistoriques ou faire des empreintes de nos mains. Nous n’utilisons pas de  la boue rouge mais plus simplement notre peinture ! Parce que nous ne sommes quand même pas des hommes préhistoriques (et en plus, nous n’avons pas de tige de roseau!).

Et si nous avions été l’auteur de ce roman…

Si nous avions été l’auteur, nous aurions changé le prénom de Bibiscotto. C’est lui qui aurait du s’appeler Mèmpapeur parce que dans l’histoire c’est celui qui s’aventure le plus.

Nous aurions aussi fait la bande des Duracuire avec 2 filles et 2 garçons parce qu’il est dommage qu’il n’y ait qu’une fille avec de bonnes idées. Avec deux filles, il y aurait plus d’idées intelligentes !

Les CP/CE1 d’AMBIALET