Il arrive, il arrive !

Voilà, s’il vous reste encore quelques manques de cadeaux (et on est certaines que c’est le cas), surtout en Littérature jeunesse (pas bien, pas bien ! ;-)), on vous propose VIVEMENT :

  • Pour les plus jeunes : le drôlissime, brillantissime, tendrissime et dernier album de Gilles Bachelet, « Une histoire d’amour » qui fait du plus basique de nos objets du quotidien des surprises et nouveautés. Une poésie au liquide vaisselle et un humour à vous faire récurer les casseroles un bon moment. Et surtout c’est un album qui sonne le : Pourquoi on ne vivra plus jamais de la même façon, dans nos maisons, et qu’on continuera – encore et toujours – à croire en l’amour.
  • Pour les plus grands « enfants », un très bel album (coup de coeur de début d’année 2017), celui de Henry Cole chez Little Urban : « Chat perdu« . Cet illustrateur américain de talent, nous emmène dans une aventure de toute beauté, tant les dessins au crayon sont travaillés, les détails des décors captivants et les situations réalistes. C’est un album sans texte magnifique, qui nous incite très vite à chercher et retrouver ce « fameux » chat perdu. Un itinéraire à travers la ville, revisitée à l’occasion.
  • Pour les ados., « Le groupe » sera un choix de roi. Si, si je vous assure. Jean-Philippe Blondel ne cessera de nous étonner, tant sa finesse psychologique est grande, concernant autant les ados que les adultes. Tant il aime nous mener par le bout du nez et nous surprendre (une chute très intelligente). Tant ses personnages sont touchants. Tant il est capable de nous donner envie de lire et d’écrire. Trop fort ! Tant ce « groupe » qui paraît tellement réservé, voire exclusif, nous semble si proche. Une belle idée du dévoilement, de la sincérité et du partage à travers le papier, les mots couchés. Se révéler enfin être celui qu’on est vraiment, faire tomber les barrières et s’assumer. Une leçon transmise aux jeunes lecteurs, mais qui nous parle aussi quand on pense être (enfin) devenus grands. C’est chez Actes sud junior. Ca se dévore.

Et si vous avez encore besoin d’idées, nous avons aimé aussi : 

Il est maintenant temps de vous souhaiter un très joyeux Noël.

Offrez et soyez gâtés ! C’est cet échange qui comble tout le monde en cette fin d’année. Et surtout lisez, lisez et partagez…

Publicités

A samedi ! Un roman graphique de St-Valentin… ça tombe bien !

a-samedi

« À samedi ! » est un roman graphique publié par Rue du Monde, ça change des albums. On s’est dit à l’OL, « tiens, tiens », une petite nouveauté, que de curiosité. Ce qui donne, du coup, un post à 4 mains et 6 yeux (vous verrez pourquoi…).

« À samedi ! » commence un mercredi, ça vous étonne ? Il faut dire que la notion de temps prime dans cette histoire. Quatre « petits » jours qui font grandir l’intrigue, font basculer les destins, règlent les problèmes, tournent les pages qui ont duré peu ou plusieurs années, réduisent à néant quelques espoirs amoureux ou – a contrario – renforcent les amitiés, les découvertes…

De nombreux personnages se croisent de mercredi à samedi : Damien, Mélodie, Mounir, Malo, Bettina, Kevin, Fatoumata, Jérémy, Malika, Myriam… Soit des collégiens, jeunes, amoureux, libres, insouciants, indécis ou niais. Soit des adultes, soucieux, parents, marqués par les contrariétés, les souvenirs, les regrets et aussi niais. Y a pas de raison !

« À samedi ! » parle aussi beaucoup d’Amour, celui qui embellit, qui fait rêver, planer. Celui qui fait lire des livres et découvrir la poésie, la belle littérature, la beauté des mots, le théâtre. L’Amour qui aveugle, qui peine, qui assomme. L’Amour incompris…. « À samedi ! », c’est aussi le monde d’aujourd’hui. La saleté des propos racistes et l’envie d’y résister, la vie de familles monoparentales, le droit d’intégration, les « délires » juvéniles, et surtout la Formidable mixité culturelle et sociale qui baigne cette génération Y. Un roman plus que contemporain !

Émilie :  » Moi, j’ai découvert ce roman graphique dans le cadre du prix littéraire Al’terre ado. Depuis le temps que le comité de sélection espérait pouvoir intégrer un roman graphique, c’est chose faite cette année avec ce titre signé Hubert Ben Kemoun au texte et Zaü à l’image en trois couleurs, noir, rouge, gris.  A samedi, c’est un roman chorale où les personnages se croisent tous au même endroit : la ville. Cette ville qui dévoile du mercredi au samedi comment l’amour transforme les personnalités, peu importe l’âge, le sexe, les origines…Intergénérationnel et multiculturel, plongez-vous dans ce livre à la langue libérée ».

Sandrine :  » Toujours vigilante par rapport aux parutions de « Rue du monde », j’ai remarqué ce roman graphique bien vite. Une nouvelle acquisition pour le CDI. Après avoir dépassé le cheminement narratif (pas toujours évident), on se plonge ensuite au coeur de la vie de ces jeunes collégiens, indécis, parfois irréfléchis mais aussi tellement ancrés dans leur société et le présent. Profitants ! Le dessin de Zaü est expressif, le texte d’Hubert Ben Kemoun percutant. En tant que prescripteur, je réfléchis par contre à la longueur des textes, un frein pour certains. L’originalité des dessins (pour des ados-lecteurs habitués aux BD colorées) doit être aussi à dépasser. Mais c’est ce qui est appréciable, cette diversité ! »

Juliette (jeune lectrice) : « Un livre très bien mais qui est difficile à commencer, par rapport au texte. Ensuite, on se laisse aller. »

À samedi. Hubert Ben Kemoun ; Zaü. Rue du monde, 2015. 19€ – À partir de 13-14 ans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Tout ce que je lis ou que je regarde me parle de toi et moi. C’est en pensant à nous que les auteurs ont écrit leurs bouquins ou leurs poésies. Alors voilà, je peux me mettre à tes genoux pour te le dire, mais il faut que ce soit toi qui me relèves, sinon, je m’enfoncerai davantage sous la terre. Je t’aime. Comme le ciel aime l’océan, je t’aime. »

17 décembre, embrassons-nous…

 

a60399-2

D’abord il y a la couverture en noir où des amoureux s’enlacent dans un champ blanc aux adorables fleurs à la pointe dorée, et ce titre si douillet : « Embrasse-moi ! ». Puis on ouvre les pages et là… c’est une avalanche d’amour qui nous enrobe.

img_20161206_173553img_20161206_173603

 

 

Les  jolis mots de Jacques Prévert  sont croqués de manière humoristique et délicate par la plume talentueuse de Ronan Badel, le papa d’Emile.

 

Ensuite, on lit, on relit, encore et encore, avant de fermer les pages de ce bel ouvrage et de glisser à toutes les petites et grandes oreilles qui nous entourent :  « Embrasse-moi ! »

« J’aime mieux tes lèvres que tes livres »

Embrassez-vous, allez-y ! C’est noël, c’est permis !

Prévert/Badel – Gallimard – La poésie a-t-elle un âge ? – 14.90€

Parlons d’amour sans être culcul la praline!

Les papillons dans le ventre, les pétillements dans le cœur, les joues roses et les mots qui se bousculent et disent n’importe quoi devant l’Autre. Les fourmis dans les jambes, ce petit nuage rose au dessus de la tête, les mains qui ont la tremblote, ce cœur qui bat la chamade et cette irrépressible envie de rire. Vous voyez où je veux en venir?

Parce qu’il est parfois bien difficile de dire et de comprendre ce sentiment qui chamboule tout à l’intérieur pour nous les adultes, mais également et surtout pour nos plus jeunes…voici une sélection de jolis albums qui racontent les amours…

cache_19227035

Ce n’est pas très compliqué -Samuel Ribeyron, éd. HongFei 16.50€

Quand Louise demande au petit garçon ce qu’il se passe dans sa tête, celui-ci ne sait pas quoi répondre. Alors il décide d’aller y faire un tour. Et là, ce n’est pas très compliqué: il découvre…une forêt. Une forêt au fil des pages parfois silencieuse, parfois douce, ou mystérieuse. Le jour où sa Louise préférée déménage, des émotions confuses mais pas de larmes, alors le garçon décide d’aller voir ce qui se passe dans son cœur et là… ce n’est pas très compliqué non plus!

Avec des mots simples, voilà une excursion magique dans la vie intérieure. Les illustrations riches en matières de Samuel Ribeyron nous dévoilent avec sensibilité la poésie de nos sentiments. Un délice dès 3 ans.

61I-Fyo5XNL._SX258_BO1,204,203,200_

Le petit voleur de mots – Nathalie Minne, éd. Casterman 14.95€

Drôle de collection pour ce petit voleur nocturne. Il capture avec son filet toute sorte de mots et les classe chez lui dans des bocaux: mots louches, jolis mots, mots de voyage, mots simples… Avec, il fait la fête ou invente des histoires. Quand un soir, il reste sans voix, sans mots devant une petite fille à sa fenêtre, le petit voleur entreprend sa plus importante chasse aux mots: les mots d’amour.Toutes en découpes collages , les illustrations minutieuses de Nathalie Minne révèlent la beauté des mots et abordent l’émotion d’une rencontre amoureuse. Dès 5 ans.

 

4b5809cfa940e789ceda1c6399f03e19

Jean-Michel le caribou est amoureux- Magali Le Huche, Actes Sud Junior, 12€

En voilà un autre qui perd tous ses pouvoirs le jour où il croise le regard de l’infirmière chamelle super belle Gisèle. Mais comment déclarer sa flamme quand on se met à bégayer? Sa langue ne fait que fourcher,  toutes les tentatives de Jean-Michel échouent et il finit par lui écrire une lettre. Gisèle s’excuse de ne pas avoir compris ses déclarations: elle est sourde. Alors, elle apprend à Jean-Michel son premier mot en langage des signes:  » J. E. T’. A. I. M. E… »

Le charme et la drôlerie de notre caribou préféré est un régal! Une bande dessinée à savourer et bientôt  un film d’animation

9782226318428g

Pomelo et l’incroyable trésor -Ramona Badescu et Benjamin Chaud, éd. Albin Michel Jeunesse 13€

Dans ce grand album à l’italienne, on retrouve notre petit éléphant préféré: Pomelo. C’est avec son amoureuse Stela l’étoile de mer, qu’il découvre que l’amour est un incroyable trésor. Partage, jalousie, peur, rires, complicité….un univers qu’ils ne soupçonnaient pas s’ouvre à eux. Pomelo ressent également l’amour maternel grâce à Mamamelo, fidèle à la description que lui en avait fait Papamelo : «une étoile qui brille dans le ciel»… Dès 5 ans

 

9782352410287

Les indiens ne disent rien – Richard Marnier et Aude Maurel, éd. Frimousse 17€

Deux plumes dépassent de la colline.

« A L’ATTAQUE! » « CHARGEEEEZ »! Cowboys, pirates, soldats s’égosillent tour à tour pour les mettre en garde mais rien, les indiens de disent rien. Les guerriers arrêtent alors leur jeu bruyant, se rapprochent et découvrent les deux indiens… s’embrassant!  Et c’est sans un mot que les indiens changent le court de l’histoire…

Invitation à la non-violence et à l’amour très agréable à raconter, crier, jouer à haute-voix !Les enfants sont hilares dès 3 ans

284081634Les lettres de l’Ourse – Gauthier David et Marie Caudry éd. Autrement Jeunesse 14.50€

Mon cher Oiseau…

Restée dans le Nord alors que son cher Oiseau s’est envolé vers le Sud, l’Ourse désespère et éprouve un manque terrible.  N’y tenant plus, elle entreprend un long voyage pour le rejoindre. On suit l’Ourse dans son périple grâce aux lettres pleines de tendresse qu’elle envoie à son Oiseau. Forêt inquiétante, pêcheurs malveillants, on s’inquiète et on est attendri par cette relation épistolaire d’amour -ou d’amitié -. Qui savait que l’Oiseau lui aussi avait entrepris de la revoir plus rapidement? Dès 3 ans

114007_couverture_Hres_0

La déclaration – Philippe Jalbert, éd.Seuil Jeunesse, 12.90€

 « Se décider. Choisir ses mots. Prendre son temps. Prévoir un cadeau. Le porter précieusement. Rassembler son courage… »

Un jeune chevalier lapin se prépare à rendre visite à sa bien-aimée. On suit les affres de son excitation,  son émotion, sa gêne… Petits lecteurs et grands vont se régaler de cette lecture d’une drôlerie si poétique! L’amour est un jeu d’enfant s’amusent à dire certains et bien ce livre offre une fin si savoureuse qu’il nous est impossible de vous la révéler Dès 6 ans

Matcha – Eva Offredo, éd.La Joie de Lire 12.90€

Matcha, petite grenouille verte et malicieuse aimerait bien avoir des petits avant l’hiver. Beau comme un samouraï, son nouveau voisin est une aubaine pour réaliser ses plans. Délicate et savoureuse histoire d’amour entre batraciens qui nous invitent à découvrir la culture japonaise (avec lexique des mots utilisés en 4ème de couverture). 5 ans et +

Gros coup de cœur pour les illustrations bicolores faites grâce à des tampons fabriqués maison!

matcha_img_pmweb

9782746731264_1_75

Les morceaux d’amour – Géraldine Alibeu, éd. Autrement Jeunesse 16.50€

Album à partager avec les plus de 8 ans. C’est l’histoire d’un jeune homme qui revient de la guerre, invalide. C’est l’histoire d’une jeune fille qui tombe amoureuse au premier regard. Et son amour est si fort qu’elle est prête à lui donner tout, jusqu’à manquer elle-même de disparaître…

Livre accompagné du DVD du court-métrage >Court métrage ici

Et enfin…

410N1Z3EJWL

Livre de coeurs- Stéphane Delabruyère et Sylvia Schildge, éd. Thierry Magnier 13.20€

Les photographies de cœurs cachés dans la nature de Sylvia Schildge subliment le texte poétique de Stéphane Delabruyère. Une feuille figée dans une flaque gelée, une tache de café en forme de cœur sur une serviette en papier et ainsi au fil des pages nous faisons le tour du cœur. Premiers émois, palpitations intenses, cœurs brisés, nouveaux battements… Pour les petits et les grands!

Ce bouquet de quelques pages fleurs bleues vous est offert parce qu’on est tout(e)s d’accord dans les parages pour dire qu’il faut s’aimer, se le dire, se le lire, se le transmettre: TOUS LES JOURS et SANS MODÉRATION. Non mais oh! ❤

« Ils ne savaient pas que sous les ombrages se cachait l’amour et son aiguillon, et qu’il transperçait les cœurs de leur âge, les cœurs de chasseurs de papillons » G.Brassens, La chasse aux papillons.15-les-indiens

A comme Aujourd’hui

Voilà je suis heureuse de marquer mon retour dans l’OL avec ce roman, « A comme Aujourd’hui ». Non pas que je n’ai rien lu pendant un an – ce n’est pas sensé rassurer… – mais juste qu’une autre vie, studieuse, m’avait monopolisée et demandée une autre énergie et un autre temps. Alors j’en profite pour dire merci aux copines d’avoir continué à oeuvrer et à faire vivre ce blog qui nous passionne toutes.

Voilà « A comme Aujourd’hui » c’est un peu ce que l’on a l’impression de vivre parfois : plein de vies en même temps. OU c’est la chanson de La Grande Sophie qui revient comme une musique de fond. Vous savez « Quelqu’un d’autre ». OU c’est parfois une pensée non maitrisée : « tiens, si je vivais une autre vie » ! Sauf que dans le cas de A, ce n’est ni une impression, ni une chanson ou une pensée. C’est Sa vie.

Chaque jour, et donc à chaque chapitre, il change de corps. Il devient un autre. Cet autre n’est jamais très « éloigné », se trouvant souvent dans le même périmètre géographique que le précédent et en tout cas à peu près du même âge. C’est dans le corps d’adolescents que A se retrouve chaque nouveau matin, filles ou garçons. Et là, il doit suivre le cours des choses, s’adapter à son « personnage » présent. Faire semblant de rien, habiter un corps sans intervenir, interagir. Il doit être obéissant A, le plus discret possible et le plus modulable. Sauf que A, un matin, se réveille dans la peau de Justin. Ce dernier a une petite amie, Rhiannon et A décide de ne plus faire semblant. Même si le risque est de se faire découvrir…

A comme aujourd'hui

« A comme Aujourd’hui » n’est pas une nouveauté. Désolée ! Mais c’est le roman qui m’a le plus plu, au cours de l’été dernier. L’idée est originale. C’est bien écrit et comme nombre de romans édités par Les Grandes Personnes, malgré le format et le nombre de pages, ça se laisse lire tranquillement. Ça emporte. Et puis c’est aussi une réflexion sur la vie. Pourquoi moi et pas un autre ? Ainsi, A « traverse » nombre de corps et de personnalités aux problématiques différentes. Il y a déjà la question de genre, c’est vrai. Mais il y a les adolescents lambdas, les jumeaux, les dépressifs, les toxicomanes, les gays, les amoureux, les studieux, les respectueux… qu’il nous fait voir au plus près, de l’intérieur, en toute intimité. Autant d’identités, ça fait réfléchir. Et puis, il y a lui aussi : A, qui ne veut plus être ce qu’il est. Et pourtant…

Bref, un retour dans l’OL à la fin d’une année, à la veille d’une toute nouvelle qui pointe fortement le bout de son nez. C’est l’époque des résolutions… Être (ou pas) quelqu’un d’autre ?!

extrait – p. 12 « Cela fait des années que je rencontre des gens sans jamais rien apprendre d’important sur eux, et ici, ce matin, avec cette fille, je sens poindre une envie de faire véritablement connaissance. C’est peut-être un moment de faiblesse de ma part, ou, au contraire, une preuve de courage. Quoi qu’il en soit, je décide de saisir l’occasion. Je décide de creuser davantage. »

A comme Aujourd’hui, David LEVITHAN, Les Grandes Personnes, 2013. 978-2-36193-173-5

Freak city, de Kathrin Schrocke

À Montreuil, en règle générale, j’aime aller flâner autour des pépites, les lauréats bien sûr mais aussi les nominés. Dans la catégorie « roman ado européen », j’y avais repéré ce livre écrit par une allemande et publié chez « La joie de lire ». Le titre « Freak city » m’a interpellé tout d’abord. Il me replongeait momentanément dans La Monstrueuse Parade de Tod Browning, film culte américain. En puis, en lisant la quatrième de couverture, je me suis rendue compte qu’il correspondait à un de mes thèmes de prédilection professionnels. Ayant des élèves en secteur tertiaire, notamment aide à la personne, je suis toujours à la recherche de  récits autour de sujets tels que la petite enfance, la vieillesse, la maladie, l’inter-générationnel, le handicap. Freak city correspond à ce dernier.

Mika, un adolescent « normal », aux préoccupations normales (les filles, la drague, la sexualité…), va remarquer Léa. Il la trouve séduisante, voire même excitante. Mais alors qu’il met en place tout ce qu’il faut pour l’approcher, la pécho (comme dirait l’autre), il se rend compte que Léa est sourde. Un autre monde s’ouvre alors à lui, lui qui aime écouter de la musique sans arrêt, lui qui est entouré de bruit à longueur de journée, lui qui peut entendre, parler. Il va alors décider d’apprendre la langue des signes, décider d’apprivoiser et de conquérir le coeur de Léa malgré l’étonnement de son entourage, malgré les préjugés de ses camarades, malgré les réticences évoquées par les uns et les autres. Mika, qui a toujours eu l’impression d’être passif, consommateur, va agir, réagir, et aimer.

C’est un récit à la première personne du singulier. Le narrateur est un adolescent. Un point de vue intéressant, je trouve. Le thème de la surdité est abordé de manière fine avec cette confrontation entre deux univers bien différents, et les clashs que cela peut engendrer. Comment faire quand on ne se comprend pas, qu’on peut difficilement communiquer ? Mika – même si je trouve qu’il apprend très, très vite la langue des signes… – donne une belle leçon de persévérance et de tolérance. Bon c’est sûr il rêve de « pécho » Léa mais en définitive, il change aussi sa façon d’être, de faire, de penser. C’est une rencontre formatrice et jamais dans l’apitoiement. En fait, c’est juste une histoire de deux adolescents qui se rencontrent et font un pied de nez à la notion de « normalité ».

Un roman sympathique, pas un grand coup de coeur, mais une lecture agréable et un intéressant « voyage » au pays du handicap et de la surdité. À partir de 14 ans.

Freak city, de Kathrin Schrocke, La joie de lire, coll. « Encrage », 2013. 16,50 €
Freak

1ère de couverture – Freak city