C’est une forêt extraordinaire !

Un article depuis bien longtemps en attente, mais il n’est jamais trop tôt ou trop tard, n’est-ce pas ? Pour parler de certains albums qui marquent nos instants magiques de lecture.

« La forêt » est un album qui fait partie de ceux-là. « La forêt » est une invitation à la promenade, une ode à la nature. C’est aussi une très belle déclaration faite à la vie, une fine parabole. Dans « La forêt », l’aspect immaculé des personnages – pleine page – aux yeux évidés contraste avec les couleurs vives et gaies de la végétation. Ces yeux, un peu intrigants, sont également une invitation à la découverte, l’admiration, la contemplation. Chaque page tournée nous tient en « mode » curiosité et nous permet de nous enfoncer peu à peu dans l’épaisseur de l’histoire. Les représentations collent au moment précis d’une vie, l’enfance, les « singeries » dans les arbres, l’amusement ; l’adolescence, la découverte de soi, de son image, les émotions, l’Amour ; … Il y a aussi tous les moments de joie, de tristesse, les rencontres, la solitude, la solidarité, l’accomplissement, la sérénité, l’attente…

En parallèle, on y lira une autre Histoire, avec un grand H. Celle des Hommes, des Civilisations, de l’Humanité.. « La Forêt » a alors un goût de réflexion, de pause philosophique.

C’est aussi un album très BEAU et tactile, plein de sensibilité. On y utilise l’embossage, l’évidage, les pliures pour proposer une drôle d’aventure-lecture. Les illustrations, incontestablement, en font une vraie perle littéraire. Coup de coeur assuré.

Ricardo BOZZI. La forêt. Illustré par Violeta LOPIZ et Valerio VIDALI. Gallimard jeunesse, 2018. Coll. Giboulées. 25€

« C’est ici que la forêt est le plus enchevêtrée. À chaque pas, on risque de se cogner ou de s’égratigner. Mais d’après la science et le bon sens, il est impossible de retourner en arrière. »

Cot, Cot, Codec !

7ème jour. Qui a dit que libraire c’est tranquillou ?? Car le jour des livraisons, c’est plutôt branle-bas de combat, tout le monde sur le pont, moussaillons on s’active ! Il faut réceptionner, pointer, vérifier, trier, ranger et valoriser. (Et parfois, la nuit je rêve de jongler avec des cartons… 😉 Pour dire.)

Les colis arrivent, les livres sont répartis selon les rayons, un court moment entassés. Ensuite, il faut les rendre « unique » et vendables. Ils deviennent Ce Livre que le client vient spécialement acheter.

Côté lectures, à l’approche de ce week-end pascal, on refait une petite « toilette » aux albums mis en avant pour l’occasion.

Les sempiternels « Petit ours brun » et « P’tit loup » sont bien présents, et surtout se vendent bien. Petits albums carrés, faciles à lire et pratiques à cacher, ils remplaceront nombre de lapins, d’oeufs et de poules en chocolat. Pas d’inquiétude, le petit panier pour ramasser le tout sera bien là.

Ouf ! Adrien le lapin, fidèle au poste, est l’heureux représentant de ses copains « Les drôles de petites bêtes » d’Antoon Krings. Ça non plus, ça ne vieillit pas. Pour célébrer cette fête religieuse, certains apprécieront « Le récit de Pâques » des éditions Usborne, alors que d’autres préféreront une version plus délirante comme celle d’Alex Sanders, avec « Les oeufs de Pâques des rois et reines » dans la collection Giboulées de Gallimard. Bref, là encore, il y en a pour tous les goûts… chocolatés.

Attention, plus que deux jours, pour vous décider !!

« Cot, cot, codec, c’est le rock and roll des gallinacés… »