Charlotte for ever…

IMG_20180731_101338

(Et oui, Charlotte continue à m’emballer, tout autant que Serge, que voulez-vous… voir par ici : critique Rouge tagada)

Louane a un lourd secret à porter, surtout pour une jeune lycéenne de 16-17 ans. Et comment vivre une telle situation sans pouvoir la partager, notamment avec ses parents ? Louane se sent seule, un peu abandonnée. Elle se confie alors à Cécile, une copine du lycée, avec qui elle n’avait pas trop d’affinités auparavant. Et pourtant, cet événement va les rapprocher et leur révéler davantage de points communs qu’elles n’auraient pu imaginer. L’une et l’autre vont s’épauler dans ce que d’aucuns nommeraient « un accident de parcours », d’autres une « belle galère » et pour la surmonter, Louane sera soulagée de pouvoir être solidement accompagnée.

Bien obligée de divulgâcher (terme tellement plus imagé… ) la thématique, celle de la grossesse précoce chez les adolescentes pour laquelle Charlotte Bousquet nous propose un récit touchant, abordant de manière juste la complexité de la situation : le sentiment de culpabilité, les doutes, les peurs, l’obligation de choisir et de se décider. L’histoire de Louane pourrait paraître si ordinaire mais bousculant tellement la vie d’une jeune fille. D’où l’intérêt de traiter, encore de nos jours, ce sujet. Et le fait que ces deux lycéennes se confient l’une à l’autre, démontre aussi ici que les relations entre jeunes sont loin d’être figées, amenant parfois de belles rencontres. Surtout que Louane et Cécile sont des jeunes filles « entières » qui au vu de la situation ne jouent pas les faux-semblants, obligées de se dévoiler, ce qui induit naturellement cette aide et solidarité.

Charlotte Bousquet nous avait déjà séduit avec ces histoires de pré-adolescents (« Rouge tagada », « Mots rumeurs, mots cutters »…) ciblant des sujets proches des jeunes lecteurs, qui se retrouvent invariablement dans ses histoires. Les dessins de Stéphanie Rubini renforçaient l’identification et un partage d’émotions.

Ici, on s’attaque aux plus grands et les sujets s’adaptent, forcément, mais ça ne les dévalorise pas pour autant. Au contraire. Je trouve que – encore une fois – ce sont des récits qui s’adressent aux jeunes avec franchise, authenticité et maturité. Un peu moins d’innocence et d’insouciance, certes. Mais on maintient l’espoir et l’idée que la vie continue même si parfois des situations changent les individus et qu’elle en devient autrement. Pas  toujours lisse (c’est sûr) mais toujours supportable et pas plus angoissante. C’est la vie… Et les figures de jeunes filles qui sont proposées se veulent tantôt débrouillardes, autonomes mais aussi fragiles et tellement encore en apprentissage, en construction et en devenir. Des attraits psychologiques qui parleront à nombre de lecteurs.

Dans « Secret pour secret« , petit changement et non des moindres, les illustrations sont de Jaypee. Même si ça nous trouble un peu, nous les habitués de Tagada, Bulles, Mots cutter & Co, le choix est judicieux. C’est un autre âge, un autre univers, d’autres relations et préoccupations (d’ailleurs les adultes ne sont pas totalement absents, mais plus en retrait, plutôt facilitateurs que décideurs). Bienvenue au lycée ! Il fallait que l’angle d’attaque en soit changé. Les dessins nous emportent dans la stratosphère juvénile, sans souci. Le choix des couleurs et des points de vue reflète bien les états d’âme de Louane et ses peurs. Là encore, on y retrouve un partage et ressenti d’émotions. Pour moi, en tout cas, le contrat est rempli !

IMG_20180731_101327

« Secret pour secret« . Charlotte Bousquet et Jaypee. Gulf stream, 2017. Coll. Les graphiques. 15 euros

« Barricades » est un autre titre, qui fait suite dans la série, abordant une thématique aussi interrogative pour des jeunes d’aujourd’hui, celle de la transidentité. Déjà embrigadé dans ma PAL.

Publicités