Un tour du monde des contes

Découvrir un genre, celui du conte et donner l’envie de lire des contes par soi-même, découvrir différents pays du monde à partir de lecture de contes et même se repérer dans le monde, sur un planisphère, être capable de situer des pays par rapport les uns aux autres…Voilà quelques-uns des objectifs de l’accueil de classe du jour, ici avec une classe de CE1.

On va partir autour du monde et faire plusieurs escales littéraires afin d’écouter des contes typiques de chaque pays visité et avant tout, on va revenir ensemble sur ce qu’est un conte…

Ce qui est génial avec cet accueil, c’est qu’il est évolutif, en fonction des livres disponibles ou des pays choisis et qu’il permet un formidable travail de l’enseignant en amont et en aval s’il choisit la formule « passeport » et « carnet de voyage » que voilà:

A chaque escale, on va obtenir un visa délivré par le douanier-enseignant(e) qu’il(le) va apposer sur notre passeport distribué et défini collectivement  ainsi que le visa en début de séance. Le passeport sera complété pendant la racontée, au fur et à mesure des escales. Il est aussi possible de mettre en place un « carnet de voyage » que l’élève aura peut-être même confectionné lui-même et comprenant des fiche lectures, des fiches « escale » et des espaces pour les illustrations. L’enfant  pourra ainsi remplir son carnet selon les souvenirs et préférences de l’accueil de classe, colorier le pays sur le planisphère intégré au livret et pourquoi pas enrichir son recueil de ses prochaines lectures de contes, scolaires, familiales etc.

On avait pris ce modèle en ligne sur le site momes.net pour le personnaliser puis glané des tampons à l’effigie des destinations en vue sur la toile.

Voici donc UN exemple de racontée où la sanza a permis de « traverser les frontières ». N’oublions pas d’indiquer à chaque fois à l’aide de la planisphère l’emplacement des pays « visités ».

Dessous, il y a Mon premier atlas géant, de grandes cartes faciles à lire au mur ou sur le sol,

coll. « Livres géants », Gründ, 1987, aujourd’hui épuisé dont on avait parlé là.

Afrique

  • Maghreb : Nasreddine, Odile Weulersse, Rebecca Dautremer, Père CastorFlammarion, 2005
  • Burkina Faso

Si vous avez comme moi une petite coccinelle à disposition, succès garanti auprès de la classe:

intro Comptine « Une petite coccinelle s’est posée dessus»

La coccinelle de Saïdou, Patrick Hétier, Didier Jeunesse, 2017

Amérique du nord

  • « Le nom » tiré de Ours qui-se-gratte, Patrick Bertrand, Serge Ceccarelli, Actes sud junior, 2001 (conte indien)

Asie

  • Japon : Kamishibaï Yamamba ou comment gober une sorcière, Miyoko Matsutani, Eigoro Futamata, Dôshinsha , 2009
  • Inde : Les trois poissons, Les petits contes du tapis, Seuil jeunesse, Patrick Chèze, Cécile Gambini, 2006

Europe

  • Russie : Matriochka, Sandra Nelson, Sébastien Pelon, Père Castor Flammarion, 2009 (à raconter avec 5 poupées russes)

Océanie

  • Australie : La couleur des oiseaux, Muriel Kerba, Nathan, 2003 (conte aborigène)

Pôle nord

  • Léger comme un flocon, coll. Géants du monde, Rue du monde, 2007 (poème inuit)

Avez-vous déjà mis en place ce type de projet? Des retours à partager?

Une ribambelle d’histoires

Place à une ribambelle d’histoires pour ce second épisode de « Je lis, tu dessines ».

Pour rappel, cette année, il y a un rendez-vous avec le groupe des 6-11 ans d’un des centres de loisirs local. L’idée est donc de proposer une activité complémentaire avec un temps de lectures d’histoires matinal à la bibliothèque qui puisse être prolongé au centre de loisirs l’après-midi par une activité plastique et ce, une fois par période.

Avant de débuter la racontée, nous sommes revenus sur le mot « ribambelle »…Qu’évoque-t-il à ce groupe d’enfants? Si c’est une longue file de personnes ou de choses en grand nombre, c’est aussi une bande de papier présentant une suite de motifs identiques, découpés dans la bande pliée. Comme ce que les enfants vont réaliser l’après-midi même au centre de loisirs…

Déroulement de la racontée & détails des ribambelles avec une spéciale dédicace à mon autre libraire préférée Aline qui m’a permis de finaliser ma sélection-gigogne :

Guirlandes de poupées, Julia Donaldson, Rebecca Cobb, Kaléidoscope, 2013

C’est le récit qui a inspiré le thème de cette séance

 

Famille ours, Magali Attiogbé, Mango Jeunesse, 2011

Livre(s) qui se déploie(nt) à la façon des poupées gigognes/russes 

 

chanson « Quand Fanny était un bébé »

Manipulation des poupées russes, de la + petite à la + grande 

Quand Fanny était un bébé, un bébé, un bébé
Quand Fanny était un bébé elle faisait comme ça
Ouin, ouin ,ouin… (en se frottant les yeux et suçant son pouce)

Quand Fanny était une p’tite fille, une p’tite fille, une p’tite fille
Quand Fanny était une p’tite fille elle faisait comme ça
Na na na nanère euh ! (en faisant un pied de nez)

Quand Fanny était une jeune fille, une jeune fille, une jeune fille
Quand Fanny était une jeune fille elle faisait comme ça
Soupir… (mains sur les hanches et la main dans ses cheveux, levant les yeux au ciel)

Quand Fanny était une maman, une maman, une maman
Quand Fanny était une maman, une maman, une maman elle faisait comme ça
« Chut…dors mon bébé  » (en le berçant)

Quand Fanny était une grand-mère , une grand-mère ,une grand-mère
Quand Fanny était une grand-mère elle faisait comme ça
Ouille, ouille, ouille! mon dos (en se tenant le dos)

Quand Fanny était un squelette ,un squelette, un squelette
Quand Fanny était un squelette, elle faisait comme ça

Cccccccccccccrac! (claquer des dents, des doigts et des genoux)

Quand Fanny était une poussière, une poussière ,une poussière
Quand Fanny était une poussière elle faisait comme ça

Fffffffffffffffffou…(souffler sur une poussière imaginaire)

 

Matriochka, Sandra Nelson, Sébastien Pelon, Flammarion, 2009

Conte sur l’origine des poupées russes et utilisation des poupées russes déjà alignées

 

 Un cœur qui bat, Virginie Aladjidi, Joëlle Jolivet, Thierry Magnier, 2017

Récit à la façon d’un zoom 

 

De papa en papa, Emilie Vast, MeMo, 2016

« Un jour,il y a très très très très longtemps, le papa du papa du papa du papa du papa du papa, vit naître le papa du papa du papa du papa du papa. »
Ainsi commence cette longue histoire, qui de génération en génération, de papa en papa, se rapproche de nous. De page en page, les poupées russes se déploient. Les mamans leur répondent dans un livre jumeau: De maman en maman.

 

Au même instant sur la Terre, Clotilde Perrin, Rue du monde, 2011

Livre-accordéon à déplier au fil des 24 fuseaux horaires, du jour à la nuit…

 

Le livre du livre du livre, Julien Baer, Simon Bailly, Hélium, 2018

Livre-jeu qui cache un livre qui en cache un troisième, à travers un subtil enchâssement de situations et de paysages, où la même aventure semble arriver indéfiniment au jeune Thomas qui, en vacances avec ses parents, croit être perdu et trouve un livre, qui raconte l’histoire du jeune Thomas en vacances avec ses parents, qui croit être perdu… Mais bien sûr, quel que soit le lieu, les parents n’oublient jamais leur petit garçon !

 

Une histoire (presque) impossible à raconter, Bruno Gibert, Sarbacane, 2017

Que celui qui aime les histoires simples et linéaires passe son chemin ! Comme son titre l’indique, cet album se refuse à tout résumé, toute ligne droite, tout cadre précis. À peine le narrateur commence-t-il son récit qu’il se reprend par un non ! graphique et tonitruant (qui fera bien rire les enfants, lesquels vont vite se prendre au jeu) et prend une nouvelle direction – témoignant au passage des infinies possibilités d’une histoire. Tout y passe : les personnages, les situations, les rebondissements…

 

Si petit, Laurie Cohen, Marjorie Béal, Les p’tits bérets, 2013

Récit sur le principe de la comptine Trois p’tits chats

Ribambelle de personnages, livre-accordéon, guirlande de papier, dessin sur les impressions de lecture des enfants…l’animatrice a pris le relais en proposant l’activité plastique. D’autres pistes ont été développées pour faire un livre ici.

Le prochain épisode de « Je lis, tu dessines » se tiendra « au cœur de la nuit »…