Dix

Avec l’engouement général sur la pla-net Lije autour de Dix, j’ai voulu me replonger dans les Dix petits nègres avant et ai passé un temps délectable à trouver un exemplaire à me mettre sous la dent. Si avoir lu l’original est un plus, il n’est en rien obligatoire pour prendre un plaisir coupable à la lecture de cette revisite horrifique, rien que ça!

Dix petits nègres, Agatha Christie, 1940

Dix, Marine Carteron, Rouergue, 2019

Dix de Marine Carteron, c’est un peu la version 2.0 des Dix petits nègres d’Agatha Christie. C’est un clin d’œil, que dis-je, un hommage, à la reine du roman policier mais aussi à d’autres grands classiques de la littérature patrimoniale (contes et autres mythes) qui parsèment précisément ce récit à l’humour noir. On parle de 10 personnes réunies pour une émission de télé-réalité à la façon d’un escape game littéraire sur une île au sein d’un manoir macabre, puisqu’il sera le théâtre de leurs meurtres, tous plus sanglants les uns que les autres.

Si de prime abord on a affaire à des personnages stéréotypés, c’est pour mieux servir une critique de sujets sociétaux qui touchent les ados – harcèlement scolaire, usage des réseaux sociaux, drogues etc – sans trop rentrer dans les détails pour ne rien dévoiler du cœur de l’intrigue… Les petites figurines d’Agatha prennent de la hauteur chez Marine qui ajoute une dimension gore et cruelle à ce huis-clos mystérieux qu’on ne peut pas lâcher avant le dénouement. Mais quel(s) crime(s) les pensionnaires de ce collège ont-ils bien pu commettre pour être puni ainsi?

 

 

Publicités

Sélection de Noël, les romans

Les contes de Petit Duc

 

Les contes de Petit Duc, de Jérémy Fischer et Jean-Baptiste Labrune, ed. Magnani, 25,90€.

Alors là ! Mais alors là, nul doute qu’on tient là une merveille que personne ne va remarquer et ça va m’énerver. Je ne vous fais pas l’éloge de la couverture, vous voyez vous-même comme elle en jette. Et l’histoire, et bien l’histoire, elle est universelle, intemporelle, intelligente. C’est un livre dont on fait ce qu’on veut ! On le lit comme un conte aux plus jeunes qui s’amuseront des noms improbables et foufous des peuples qui sont les héros de l’histoire. Certes vous galèrerez un peu à les lire mais quelle joie quand on y parvient. Si vous butez sur ces patronymes imprononçables, refilez le bouquin à un enfant qui lit tout seul et je ne doute pas qu’il s’en emparera. Au pire, il y aura bien un adulte dans le coin qui se dira : mais c’est quoi ce livre avec de si belles couleurs ? Un roman illustré pour tous, qui fait sautiller de joie par ses sublimes illustrations et son propos fort malin !

Véronique Ovaldé et Joann Sfar - A cause de la vie.

A cause de la vie, Joann Sfar et Véronique Ovaldé, ed. J’ai Lu, 7,90€.

Voilà donc un livre dont on ne sait si c’est une BD, un roman graphique ou allez savoir quoi encore. Et quelle importance ? Quand on est à ce point pris dans le tourbillon de l’histoire et happé par la beauté des mots, plus rien d’autre ne compte que le plaisir de lire.
Un magnifique roman avec la taille d’une BD et des dessins de Sfar dedans ! Et un peu de Perec et d’Amélie Poulain. Énorme coup de cœur que j’ai serré dans mes bras en le terminant.

Dès 11-12 ans. existe aussi en grand format chez Flammarion.

Malika Ferdjoukh - Broadway Limited Tome 2 : Un shim sham avec Fred Astaire.

Broadway limited t2, un shim-sham avec Fred Astaire, de Malika Ferdjoukh, ed. Ecole des loisirs, 18,50€.

Je ne sais pas si c’est flatteur mais ce roman c’est l’équivalent d’une bouillotte en plein hiver dans une chambre humide. Je peinerai à décrire la joie de retrouver toute la maisonnée dans ce tome 2 ! Probablement le livre « jeunesse » que j’attendais le plus ces dernières années. Et il est là, il ne déçoit pas. Malika Ferdjoukh est toujours la reine de la littérature pour ados, elle sait comme personnes trouver les formules qui font mouche et les métaphores qui sonnent dans nos têtes. Encore un grand roman, à faire lire à tous les adultes.

Ados/adultes.

Jefferson. Jean-Claude Mourlevat. Gallimard jeunesse, 2018. 13, 50 € – à partir de 9/10 ans

Comme souvent, je n’ai rien à redire sur le choix de la thématique, l’écriture, l’angle d’attaque, le style et la vivacité de cet auteur. Dans « Jefferson« , il revisite « La Ferme des animaux » en quelque sorte et nous propose un monde dans lequel les animaux parlent, réfléchissent, aiment, lisent… et dans lequel un crime est commis. Jefferson, notre héros, un hérisson très élégant et intelligent, va être accusé à tort du meurtre et va décider, avec son meilleur ami Gilbert le Cochon, de se rendre chez les humains, persuadé que s’y trouve l’énigme de cette drôle d’histoire. Ce qu’il va découvrir, dépassera bien-entendu son imagination. Une fine sensibilisation à la cause et maltraitance animale. Comme dirait l’Autre, de temps en temps simplement se placer de l’Autre côté…

L’archipel, T1 et 2. Bertrand Puard. Casterman, 2018. 16 € – dès 12-13 ans

C’est une première lecture de cet auteur, en ce qui me concerne, car je n’avais pas du tout lu la série des « Effacés« . Yann et Sacha se ressemblent comme des frères, à tel point que l’un – recherché par la police – s’appropriera l’identité de l’autre, retrouvé enfermé dans une prison (la fameuse Archipel) pour expier des fautes qu’il n’a pas du tout commis. Un récit polyphonique, un rythme soutenu, des rebondissements, de grands mystères (ben oui, pourquoi se ressemblent-ils tellement ??) et des ados qui en ont assez d’être manipulés. Bref, un bon roman d’espionnage et d’aventures. On voyage, on voyage…  Le tome 3 ne devrait tarder. Pour les amateurs de suspense.

Sauveur & fils, T4. Marie-Aude Murail. Ecole des loisirs, 2018. 17 €. À partir de 13 ans. 

Même si sa parution date un peu (janvier 2018), ça me paraît une excellente idée de cadeau pour poursuivre cette aventure littéraire avec Sauveur, son fils Lazare et tous les personnages rencontrés dans son cabinet de psychologie auxquels, tome après tome, on a fini par beaucoup s’attacher. Marie-Aude Murail a bien ce talent de nous raconter des histoires comme si on écoutait – au coin du feu (c’est mieux !) – les confidences et vies de nos voisins, de nos copains, de notre entourage… Une truculente familiarité. Et pas que de la bobologie.

J’ai suivi un nuage. Maëlle Fierpied. Ecole des loisirs, 2018. 12,50 € – À partir de 9-10 ans.

Mon réel coup de coeur de cette année ! Le sujet très particulier – la maladie psychologique – en fait un de ces romans qui encouragent à discuter, échanger pour mieux comprendre. Mais pas d’inquiétude, la thématique est finement amenée et le point de vue de l’enfant rend le sujet plus lisible et touchant. Beaucoup de tolérance et d’amour pour sa maman ! D’ailleurs, comment ne pas penser au roman d’Olivier Bourdeaut « En attendant M. Bojangles », en le lisant. Des romans qui changent profondément notre façon de voir (juger) les « dérangeantes » choses de la vie.

Marie-Curie

Marie Curie. Isabel Thomas ; A. Weckmann. Gallimard jeunesse, 2018. (Coll. Les Grandes vies). 9,90 €. À partir de 8 ans.

Ce « petit » documentaire se lit tout comme un roman, et explique simplement – avec des termes très accessibles – les origines, l’histoire et les grandes recherches et découvertes de Marie Curie. Les illustrations, au peps incontesté, appuient le propos, l’égayent mais aident aussi à la compréhension. À dispo. également dans cette collection, Nelson Mandela, Frida Kahlo, Léonard de Vinci. La vulgarisation un peu plus « glamour », nous, on ne dit pas Non !

Sirius, Stéphane Servant, Rouergue, 2017, 16,50€

Sirius, c’est deux enfants, un cochon et de l’espoir! Ce roman de science-fiction nous emmène dans un monde dévasté où plus aucun animal n’a sa place jusqu’au jour où le passé trouble de la planète resurgit. Une seule échappatoire s’impose alors aux jeunes héros: rejoindre la Montagne.

Un roman-pavé initiatique qui provoque une belle et profonde réflexion sur la condition animale et l’impact de l’Homme sur son environnement.

Deux secondes en moins, Marie Colot, Nancy Guilbert, Magnard, 2018, 14,90€

Deux secondes en moins, c’est deux adolescents, un perroquet et beaucoup de musique. Ce roman de vie quotidienne mêlent deux drames très différents mais qui vont réunir nos jeunes protagonistes tous deux passionnés par le piano sous la houlette de leur professeur si lumineux et enthousiasmant.

Une bouffée d’optimisme sous des pages a priori ombragées.

Un bain d’histoires…

Avec la saison estivale, on aime instiller de petites surprises dans les racontées voilà pourquoi une racontine spéciale dédiée aux 0-6 ans a vu le jour dans ma bibliothèque. Intitulée « Un bain d’histoires », cette séance se composait d’albums, de comptines et de jeux de doigts à la nuit tombée sur le thème… de la baignade !

Pour l’occasion, tout un décor de papier a été crée, du parasol garni de guirlandes en forme de bulles de savon pour figurer la douche en passant par la fabrication d’un théâtre d’ombres à l’aide d’un simple tréteau et d’un drap.

Voilà une image tirée d’un magazine de déco qui a inspirée notre douche de papier…

 

Une petite idée aussi du contenu proposé aux enfants:

Temps d’accueil en écoutant la chanson « Ah ! c’qu’on est bien quand on est dans son bain »

Comptine d’introduction avec un poupon et les accessoires :

Que fait Benjamin
dans la salle de bain ?

Comme tous les enfants,
il se lave les dents.

Comme tous les gamins,
il se lave les mains.

Comme tous les écoliers,
il se lave les pieds.

Comme tous les marmots,
il se lave le dos.

Comme tous les p’tits loups,
il se lave le cou.

Et comme tous ses copains,
il fait son shampoing.

Théâtre d’ombres et instruments de musique : d’après Waouw, petit navire, Geert De Kockere, Noke Van den Elsacker, Rouergue

Chanson « Petit navire dans le bain » sur l’air de « Il était un petit navire » inspirée de


Parent/enfant assis en tailleur se tenaient les mains pour mimer les mouvements de la navigation…

Il était un petit navire X2
Qui n’avait ja-ja-jamais navigué X2
Ohé! Ohé!

Petit navire pour s’entraîner
Va dans le bain bain naviguer x2
Ohé ohé !

Ohé! Ohé! Matelot, matelot navigue dans le bain X2

Petit navire navigue dans le bain
Petit matelot fait plein plein de bulles X2
Ohé! Ohé

Ohé! Ohé! Matelot, matelot sait faire plein de bulles X2

Petit matelot, pour te laver !
Dans le bain, à toi de bien bien te frotter X2
Ohé! Ohé

Ohé! Ohé! Matelot, matelot va se frotter le dos X2

Ohé! Ohé! Matelot, matelot est tout propre et tout beau
Ohé! Ohé! Matelot, matelot aime bien aller dans l’eau !

Livre : Le bateau de Monsieur Zouglouglou, Coline Promeyrat, Stefany Devaux, Didier Jeunesse

Livre : Jour de lessive, Frédéric Stehr, L’école des loisirs
(chanter sur l’air de « Cinq petits ours à la rivière »)

Chanson : « Cinq petits ours à la rivière », Les Ours du Scorff

Cinq petits ours à la rivière,
S’en allaient se débarbouiller.
Ils se posaient sur leur derrière
Et se frottaient le bout du nez.
Et splitch, et splotch, et frotte et lavons…
Lavez, frottons !
Qu’ils sont mignons ces p’tits oursons,
Entourés de bulles de savon.

Quatre petits ours …
Trois petits ours …
Deux petits ours …
Un petit ours …

Livre : La soupe de bébé, Lili Scratchy, Ed. Thierry Magnier
Mise en scène du récit avec le poupon et les accessoires

Livre : Le bain de Berk, Julien Béziat, Pastel

Chanson : « Sous la douche c’est la mouche », Hélène Bohy (avec une peluche mouche)

Sous la douche c’est la mouche
qui ne veut pas se mouil- ler
Sous la douche c’est la mouche
qui tient ses ai – les pli – ées
Sous la douche c’est la mouche
qui fait semblant de pleurer

On la mouche
On la couche pas lavée
Pouah! Berk !

 

Jouons à la parade des contes

Si les enfants de maternelle ont eu tout un cycle pour se plonger dans les contes de fées, les élémentaires ont à leur tour pu découvrir cet univers merveilleux. Voici aujourd’hui la toute première séance qui leur a été proposée visant à se familiariser avec ce type de récit et permettant de (ré)entendre quelques-uns des contes les plus emblématiques du répertoire.

Comme abordé avec les petits, dans un premier temps, on dialogue avec les grands sur la définition du conte, qui transmet une histoire de bouche à oreille à l’origine. Qu’a-il de spécial ? Il y a des interventions d’êtres surnaturels, d’objets magiques, de fées, d’enchanteurs ou de sorcières. La dimension magique est forte, il y a la présence de métamorphose et c’est cela qui vaut aux contes le titre de merveilleux. Comment le reconnaît-on ? Le conte est reconnaissable grâce à ses phrases d’ouverture et de clôture : « il était une fois », « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » ou « tout est bien qui finit bien ». Comment est construit un conte? Le conte débute toujours par un méfait ou un manque, ensuite il y a plusieurs péripéties/aventures pour aboutir au dénouement (le mariage, la récompense, la prise de l’objet des recherches du héros, la réparation du méfait…) telles sont les points qu’on peut développer tous ensemble.

Dans un second temps, on met en place le jeu collectif à l’aide de « La Parade des contes » de Djeco.

djeco-pzl-geants-la-parade-des-contes

Pour commencer, on propose un petit jeu qui va permettre d’entendre ou de réentendre certains contes parmi les plus connus des contes merveilleux… Il y a ici un puzzle dont plusieurs pièces manquent…Nous allons donc reconstituer ensemble « la Parade des contes ». Faire piocher une pièce de puzzle aux enfants à tour de rôle; pourquoi pas dans un sac ou un chapeau noir. A chaque pièce découverte, demander à l’enfant de nommer s’il le reconnaît le personnage puis placer la pièce sur le puzzle et lire le conte ou l’extrait concerné. Afin de constituer notre heure du conte, nous avons mis de côté une dizaine de personnages et leurs livres dont voici la liste:

61qqe4artal

Le Petit Poucet : Ti poucet, Stéphane Servant, Ilya Green, Rue du monde

51da0yfa0tl-_sx258_bo1204203200_

Peau d’âne : extrait tiré de Portraits en pied des princes, princesses et autres bergères des contes de notre enfance, Jo Hoestlandt, Nathalie Novi, Thierry Magnier

511ajuw2nsl

Jack et le haricot magique : extrait de Jack et le haricot magique, Sébastien Mourrain, Milan

5188y1h3g3l-_sx341_bo1204203200_

Le stoïque soldat de plomb : extrait des Contes d’Andersen, Gründ

baba-yaga-gautier-languereau

Baba Yaga: extrait de Babayaga, Taï-Marc Le Thanh, Rébecca Dautremer, Gautier-Languereau

pinocchio

Pinocchio : extrait de Pinocchio, Edouard Signolet d’après Carlo Collodi, Laetitia Le Saux, Didier Jeunesse

Poule :

Il existe plusieurs contes ayant la poule pour héroïne tels que La Petite poule rousse (soit la version de la poule couturière avec le renard soit le récit avec le grain de blé). On peut également lire l’épisode de la « Poule aux œufs d’or » dans Jack et le haricot magique

71gatpxmnml

Fée : extrait de La Belle au bois dormant, Princesse Camcam, Père Castor Flammarion

Demander dans quels contes il y a des fées ? Quel est leur rôle ? Comment les appelle-t-on également ? On peut lire aussi la définition de la marraine tirée de Princesses inconnues ou oubliées de Philippe Lechermeier et Rébecca Dautremer chez Gautier-Languereau

648x415_loup-jour

Loup : Loup un jour, Céline Claire, Clémence Pollet, Rouergue

416mxyrlo-l-_sy299_bo1204203200_

Ogre/Géant : Barbe-Bleue, Chiara Carrer, La Joie de lire

Demander dans quels contes il y a des ogres/des géants ? 

trois-petits-cochons-heitz

Les trois petits cochons: Les trois petits cochons, Bruno Heitz, Seuil Jeunesse

Jouons avec le Petit Chaperon rouge

Pour cette seconde séance de TAP autour des contes avec les maternelles, on a décidé d’entrer dans l’univers du Petit chaperon rouge, découvert la semaine dernière. On discute avec le groupe de ce conte et on lit une nouvelle version de ce récit. Par exemple, j’ai choisi ce récit drolatique et entêtant que je chéris particulièrement:

loup-que-fais-tu-yveline-mehatLoup, que fais-tu? Yveline Méhat, Laure Du Faÿ, Milan, 2012

SAMSUNG CAMERA PICTURESOn poursuit par la découverte de la comptine « Promenons-nous dans les bois ». L’écoute de l’extrait sonore est accompagnée d’une petite mise en scène grâce à une peluche de loup qu’on habille au fil de la chanson (ici, la peluche du Loup qui… d’Orianne Lallemand et Eléonore Thuillier chez Auzou).

promenons-nous-dans-les-bois-benedicte-guettierPromenons-nous dans les bois, Bénédicte Guettier, Eveil et découvertes, 2012

On propose ensuite un jeu collectif basé sur la chanson « Promenons-nous dans les bois ». Le principe? L’intervenant(e) se promène avec les enfants sur un terrain clairement délimité au départ comprenant des zones refuges aux quatre coins et ce en chantant:

« Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas, si le loup y était, il nous mangerait mais comme il n’y est pas, il n’nous mangera pas, Loup y es-tu? que fais-tu? m’entends-tu? Je mets… ma culotte, mes chaussettes, mes bottes, ma chemise, ma veste etc ».

Plus on énumère de vêtements, plus la tension monte et lorsque le loup annonce prendre son fusil et arriver, les enfants courent se réfugier dans les maisons matérialisées aux quatre coins de l’aire de jeu sans se faire attraper par le loup joué par l’adulte. Variantes selon l’âge des enfants: le loup est un élève; l’élève attrapé devient loup ou se joint au loup; des obstacles à contourner sont disposés sur l’aire de jeu.

On termine la séance par une ou deux lectures dont le loup est le héros en privilégiant des titres détournés où l’image du canidé cruel et affamé évolue:

loup-douzouLoup, Olivier Douzou, Rouergue, 1995

promenons-nous-dans-les-bois-benedicte-rivierePromenons-nous dans les bois, Bénédicte Rivière, Mélanie Allag, L’élan vert, 2015

pendant-que-le-loup-ny-est-pas-eric-battutPendant que le loup n’y est pas, Eric Battut, Didier Jeunesse, 2007

 

Le Noël 2014 de l’Ouvre-livres

NOEL…NOEL…NOEL…NOEL…NOEL…

Ce n’est jamais simple de choisir parmi les merveilles de l’année et de n’en garder que quelques unes.
Ce n’est jamais simple non plus de choisir un cadeau. Nous nous réjouissons de voir que malgré les années le livre reste une valeur sûre au pied du sapin, qu’il soit en plastique ou… en sapin.
Cette année, c’est sûr, si j’avais un enfant dans mon entourage qui a autour de 3ans et demi/4 ans, il n’échapperait pas à mon coup de coeur :

narrow_calin Gros câlin de Nicholas Oldland, ed. Bayard jeunesse.

L’histoire d’un ours plein d’amour et de joie qui distribue des câlins à tout le monde ! Les arbres, les castors (des fois les deux à la fois), c’est indéniablement l’ours le plus sympa au monde. Au début ses acolytes de la forêt semblent un peu étonnés de ce débordement de tendresse mais ils s’y font bien. Mais un jour un bûcheron armé d’une grosse tronçonneuse va s’en prendre à un arbre… Je ne dirais pas comment l’histoire se termine sinon ça gâcherait tout.

***

Ce n’est jamais anodin d’offrir un livre….en fait cela peut devenir militant. Moi j’ai déjà eu droit à « Tu arrêtes avec tes cadeaux de maitresse?! » Comme si c’était le cadeau ringard, has-been …. Alors la sœur, la copine, la cousine est fière que sa progéniture ait un cadeau intelligent, « éducatif » mais le jeune, dont les copains ont tous déballé une tablette, une console, voire un écran plat ( je vous jure que ça se passe autour de moi!), risque de marmonner un merci poli…..Et pourtant…..

Soyons fous, coupons la poire en deux : inventons le livre porte-billet, le livre porte-bons cadeau, le livre cache-« participation à ce que le jeune veut pour Noël ». Histoire de transmettre quand même de belles histoires et de belles images sans passer pour la Tata craignosse et sans céder à la fashion pression (Non mais!).

Lors de mes pérégrinations urbaines, j’ai découvert quelques belles histoires, et admiré ici et là de magnifiques illustrations destinés aux jeunes lecteurs autonomes (dès 7 ans).

Le dernier opus d’Antoine Guilloppé  Little Man relate l’aventure d’un jeune garçon au centre de New York. Les buildings et autres éléments architecturaux  de La Grosse Pomme permettent à Antoine Guilloppé de mettre sa technique d’illustration au centre de cet album et de nous livrer une histoire touchante. Un plaisir toujours présent.

Couverture-LITTLE-MAN

Little Man, Antoine Guilloppé, Gautier Languereau, Octobre 2014, 19, 90€.

Un jardin en hiver de Pauline Kalioujny est une histoire toute simple qui séduit par son jeu de couleurs (noir, blanc, rouge), par l’intrigue ( à qui donc sont ces grosses empreintes noires dans la neige??) et par la simplicité et la chaleur de ce qui ressemblerait à un conte russe. Une belle découverte.9782364745353

Un jardin en hiver, Pauline Kalioujny, Thierry Magnier, Novembre 2014, 11, 90€.

Abris d’Emmanuelle Houdart nous offre des illustrations magnifiques et les différentes significations de l' »ABRI » suivant son âge, son origine. Chaque définition est très juste et parlera sans aucun doute aux grands comme aux petits. Une belle émotion.

ob_86cf5b_abris-houdart

Abris, Emmanuelle Houdart, Les fourmis rouges, Octobre 2014, 18€.

Yéti de Christine Naumann-Villemin et Marianne Barcilon.  Voici un album de saison qui présente un personnage sympathique, attachant qui part à la recherche de la belle qui a perdu sa botte..ça ne vous rappelle rien? Le dénouement est surprenant…..

yeti_cop_new3.indd

Yéti, Christine Naumann-Villemin et Marianne Barcilon, Kaléidoscope, Novembre 2014, 12, 80€.

Pour toi de Christos et Sandrine Gambart. Un petit livre de rien du tout avec de belles illustrations et surtout surtout beaucoup, beaucoup de tendresse pour ce monstre poilu, griffu, qui sait aussi se rendre doux et câlin pour ceux qu’il aime. On en redemande!9791091338196

Pour toi, Christos et Sandrine Gambert, Points de suspension, Novembre 2014, 8€.

Je me demande de Jostein Gaarder et Akin Duzakin. Des questions sur la vie, l’amour, l’amitié, mais juste des questions…..pas de réponses d’adulte. Des illustrations magnifiques dans les tons sépia, gris, bleu….Histoire de prendre le temps….

51B1OwbsiDL._SL160_

Je me demande, Jostein Gaarder et Akin Duzakin, La joie de lire, Novembre 2014, 10€.

Histoire à la petite semaine de Rachel Corenblit et Cécile Bonbon. Un petit livre de rien du tout…perdu dans les livres de la collection Mouche….une belle histoire de transmission, des personnages frais, un texte écrit simplement sans vocable sensé capter l’intérêt du jeune lecteur (je pense à POURRI, PET, CROTTE….*). J’aime l’idée d’avoir entre les mains un carnet ligné que l’on lirait chaque jour, des illustrations colorées qui rappellent des tampons, des croquis, des collages….J’ai hâte de recevoir les autres titres de cette série ……

9782812606793FS

Histoire à la petite semaine, Rachel Corenblit et Cécile Bonbon, Editions du Rouergue, Aout 2014, 8€.
*même si je suis une fan de la taupe, Gaëlle !!

***

Quelques livres pour les tout-petits…

çavapaslatêteélisagéhin

ça va pas la tête, Elisa Gehin, Bernard Duisit, Hélium, 2014, 12,50 €

Ça va pas la tête ? : livre à tirettes et rabats où les personnages passent du sourire à la grimace pour le bonheur des plus petits. On retrouve ici la technique des tampons chère à Elisa Géhin et les couleurs acidulées qui font sa marque de fabrique. Livre pour rire, manipuler, jouer. A partir de 3 ans.

lepetitcurieuxedouardmanceau

Le petit curieux, Edouard Manceau, Milan jeunesse, 2014, 16,50 €

Quoi de mieux que le créateur en personne pour évoquer son dernier livre?! Voilà Le petit curieux présenté par Edouard Manceau…C’est une fenêtre découpée dans le livre qui invite le tout-petit à regarder le monde qui l’entoure…D’une simplicité et d’une ingéniosité remarquables!

 

abécédairexavierdeneux

L’abécédaire, Xavier Deneux, Milan jeunesse, coll. « Les imagiers gigognes », 2014, 25 €

Nouvel opus de la collection « Imagiers gigognes » aux éditions Milan signée Xavier Deneux. Cette fois, il réinvente le genre de l’abécédaire. Chaque lettre est mise en scène: page de gauche la lettre en relief, page de droite la forme correspondante en creux. Le contour en volume se détache de la page et invite l’enfant à toucher chaque caractère pour mieux les mémoriser. En vis-à-vis, un mot illustré en creux vient faire écho à chaque lettre pour lui donner vie et sens. Un véritable outil ludique, presque magique, à la fabrication soignée et solide, qu’un enfant pourra découvrir sans risquer de le casser.

***

Quelques romans…

Puisque tout le monde en parle, faisons de même !

LivreDePerle300Le livre de Perle, Timothée de Fombelle, ed. Gallimard jeunesse, 17 €.

Le nouveau Timothée de Fombelle est une fois encore savoureux, savant mélange de conte, de roman historique de roman à l’eau de rose ; il est quasi impossible à raconter ! C’est le livre de Perle avec une majuscule parce qu’il s’agit que quelqu’un, Joshua Perle. Dedans il y est question de personnages venus d’une époque différente, de collections d’objets, de boutique de guimauves, de valises qui s’entassent, de marais, de guerre, d’amour… Je ne vous en dit pas plus mais sachez que c’est un livre exigeant qui requiert une attention soutenue… Pour bons lecteurs donc, plutôt autour de la 4e. Mais c’est une merveille qui embaume la guimauve et la lagune de Venise (ok, elle sent pas très bon.) Vous pouvez lire par ici ce que le génial Michel Abescat en a dit car il en parle mieux que moi. Et une interview très chouette de l’auteur par . Au passage le roman a quand même gagné la Pépite du livre pour ado…

Coups de coeur de mes collègues à la librairie mais que je n’ai pas eu le temps de lire, je cite  :

Humains de Matt Haig publié chez Helium (15,90 €) HUMAIN_couverture_2014.04

et La guerre des singes de Richard Kurti chez Thierry Magnier (18,80 €).

singes

Tous deux pour bons lecteurs aussi.

Pour ma part je réitère quelques fameux livres de cette année que j’ai particulièrement aimés :

20140518-171457.jpg Eleanor et Park dont la critique déjà publiée sur ce blog est , roman subtil sur l’amour et le malaise adolescent qui m’a vraiment transportée.

Tant que nous sommes vivants Également le très bon roman d’Anne-Laure Bondoux, Tant que nous sommes vivants, dont on lira la critique ici.

Pour ceux qui aiment les romans qui remuent les tripes, Philippe Arnaud frappe fort avec son roman publié chez Sarbacane, Indomptables.

couv-indomptables

Ne vous fiez pas à cette couverture sur laquelle deux enfants semblent s’amuser follement ! Plus jeunes, certes ils s’amusaient sur la plage mais avec le temps vint la détresse et l’exil. C’est l’histoire bouleversante de deux enfants africains qui se nourrissent l’un de l’autre, passent des heures à discuter dans un confortable manguier. Il y a Jean-Jules et Mohamadou. Il y a aussi Olivia qui vit en France et qui est en souffrance. 3 enfants, 3 ados qui grandissent à une même époque mais dans des conditions bien différentes. Enfants, la vie des 2 garçons est plutôt légère mais avec les années le père de Mohamadou se radicalise. Plus question de s’amuser ou même d’écouter la radio. Mohamadou trouve refuge ailleurs, puis lorsque ce n’est plus possible, l’exil lui tend les bras. Jean-Jules et son ami ne se quitteront plus. C’est un roman bouleversant qui m’a subjugué par tous ces aspects tantôt doux, tantôt amer, tantôt joyeux ou désespéré. On n’oubliera pas de sitôt ces 2 héros.

***

Quelques documentaires…

Bestiaire des grands et des petits de Julie Colombet propose de grandes illustrations colorées et une entrée originale dans le documentaire. Il s’agit d’une suite de vérités scientifiques liées à la taille des animaux très cocace. Un moment agréable.

100278743

Bestiaire des grands et des petits, Julie Colombet, Acte Sud Junior, Novembre 2014, 16 €

painperdudupetitpoucet

Le pain perdu du Petit Poucet et autres recettes de contes de fées, Seymourina Cruse, Marie Caudry, Thierry Magnier, 2014, 21,20 € 

Ici, il ne s’agit pas des contes traditionnels réécrits mais plutôt d’une mise en scène humoristique et gourmande à la façon de Seymourina Cruse. Pour chacun des 14 contes revisités, ce sont 2 à 4 recettes originales et faciles à réaliser, tantôt sucrées, tantôt salées mais toujours avec une saveur de l’enfance qui nous sont proposées. Par exemple, au menu de Boucle d’or et les trois ours:

– la soupe au pistou de Papa ours

– le crumble aux mûres de Maman ours

– la gâteau au yaourt et miel de bébé ours

Chaque conte est illustré par une grande double-page signée Marie Caudry où les détails savoureux bouillonnent.

 

Dans le même esprit culinaire,

enviesd'enfance

Envies d’enfance, 55 recettes illustrées par Junko Nakamura, Stéphanie Rigogne-Lafranque, Rouergue, 2013, 18 €

On grandit, on accumule les expériences, les goûts, on stratifie nos souvenirs. Et puis, un jour, on s’aperçoit qu’il y a des choses que l’on a oublié de faire depuis longtemps, des choses essentielles et futiles: regarder l’âge que l’on a au fond des verres comme on le faisait à la cantine, sourire de toutes ses dents au dos des cuillères, creuser la mie du pain jusqu’à ce qu’il n’en reste que la croûte, faire un volcan avec sa purée, manger sa glace en commençant par la pointe du cornet, lécher le beurre des tartines, éplucher les clémentines en une seule fois pour que la peau ne se déchire pas, goûter les confitures avec les doigts ou encore manger le chocolat en poudre à la cuillère… Certaines saveurs, certains gestes nous ramènent irrémédiablement à l’enfance, c’est en cultivant cette insouciance, cette douceur que l’on retrouvera le temps du réconfort.

Dans ce répertoire de recettes promptes à raviver les plus chers de nos souvenirs d’enfance, se sont glissées 7 histoires imaginées par Stéphanie Rigogne-Lafranque. Voici le titre évocateur de quelques-unes de ces précieuses bulles d’enfance:

– comment se pelotonner sous la couette sans en perdre une miette

– comment quelques plats peuvent sécher des larmes

– comment de l’ennui naît la magie

– comment la nostalgie a du bon

Les illustrations délicates de Junko Nakamura, par empreintes de papiers découpés, apportent une douceur supplémentaire à ces tendres morceaux de cuisine… A expérimenter en famille!

Depuis 20 ans, le Rouergue s’est branché !

Bon je dois avouer que mon titre – jeu de mot est un peu « flop ! flop ! », sans une petite explication. Tout le monde connaît les fameuses éditions du Rouergue, qui ouvraient en 1993 (mince j’étais jeune moi à ce moment là…) leur super département jeunesse, avec ces petits albums qui en ont fait sa renommée. Depuis, cet éditeur qui avait semé quelques graines, bien bonifié ses premières pousses, a pris racine – fortement, fermement – dans le paysage de la littérature pour la jeunesse française. Le Rouergue s’est logé, perché, sur les plus hautes branches de ce qui fait aujourd’hui notre passion, avec des ouvrages destinés aux petits, tout-petits, et ados. Bref, « le Rouergue s’est branché… » Comprendo, maintenant, mon jeu de mots ?

Pour fêter tout cela, comme il se doit, c’est donc avec l’image de l’arbre que les éditions du Rouergue ont décidé de marquer cet anniversaire et de continuer à nous surprendre, nous enchanter (forêt enchantée…). Bien que je sois persuadée que le choix de ce symbole fort que soit l’arbre n’ait absolument rien à voir avec ma démonstration alambiquée, quoi que… ?

Pour l’occasion, c’est Olivier Douzou (ne me dites pas que ce nom vous est inconnu, je me fâche !) et José Parrondo qui ont concocté un superbe album : Forêt-Wood ! Dans cet album, inutile d’espérer y découvrir notre grandes essences forestières françaises. Les arbres y sont peu communs, imaginaires et poétiques.

foret-wood

1ère de couverture de « forêt-wood »

Mais là où Le Rouergue continue (selon moi) à demeurer une pétillante, et revivifiante maison d’édition, c’est par cette idée de proposer aux jeunes lecteurs de dessiner – à leur tour – leur arbre imaginaire (ce qui ne cache en rien la forêt !). Ainsi, depuis octobre 2012, des arbres les plus étonnants, drôles, sympathiques qui soient sont postés sur ce site : http://foretwood.tumblr.com/

Ce qui devient, au fur et à mesure et pour reprendre les termes exacts de l’éditeur, « une forêt virtuelle de zéro hectare mais un espace infini, comme l’imaginaire des enfants et des créateurs ».

Le Rouergue, un arbre Remarquable… qui reste « branché » ! (la boucle est bouclée, et TOC !)

Forêt-wood, de Olivier Douzou et José Parrondo, Editions Du Rouergue, mars 2013, 17 €