Bienvenue aux dragons, sirènes et sorcières et à leurs amis

Il faut avouer qu’il nous arrive plus rarement de présenter des documentaires. Il est encore plus rare que ceux-ci stimulent autant l’imagination que les 3 titres qui suivent, de par leur caractère fantastique qui les rapprochent de la fiction.

Atlas des sirènes de Anna Claybourne et Miren Asiain Lora, éd. Kimane, 2020.
Les légendes autour des sirènes sont réparties géographiquement et sont racontées succinctement ou plus longuement.
S’insèrent aussi des pages thématiques, par exemple sur les repaires des sirènes, de leurs palais aux grottes sous-marines. Un point commun de ces sirènes dans le monde entier est qu’elles peuvent être très serviables mais elles peuvent aussi se montrer terribles.
Et pour connaître l’histoire de Mélusine, cette sirène si discrète, mais aussi de Vadea, de Sedna, et de bien d’autres, il vous faudra lire ce livre passionnant.


L’arche aux dragons : sur la piste du dragon céleste de Curatoria Draconis et Tomislav Tomic, Milan, 2020
Cet album documentaire ravira les amateurs de fantastique. Là aussi, les dragons sont présentés par zone géographique, et de nombreuses légendes autour de ces créatures sont à découvrir. Ainsi en est-il de la vouivre qui hante nos contrées. Un bémol sur la partie livre-jeu qui incite le lecteur à collecter des indices au fur et à mesure des pages à la recherche du dragon céleste mais qui rend confus le contenu et qui n’était pas nécessaire selon moi. Par contre, les illustrations sont magiques, pleines de finesse et de dorures (!) servies par un grand format qui leur sied à ravir. Ces dragons nous font penser d’ailleurs à notre Charles tant adoré.

Mais oui vous savez : Charles à l’école des dragons de Alex Cousseau et Philippe-Henri Turin, Seuil jeunesse. Certes, Charles met plus de temps que les autres élèves pour apprendre à voler. Peut-être n’est-il pas très doué pour cracher du feu. Mais lorsqu’il déploie enfin ses ailes, Charles n’en est que plus majestueux, et son regard de poète sur le monde nous est indispensable. Je ne vais pas m’attarder sur cet album paru déjà il y a plusieurs années mais un seul conseil : (re)lisez les albums de Charles !

Et enfin, mon gros coup de cœur pour Secrets de sorcières : une initiation à notre histoire et nos savoirs de Julie Légère, Elsa Whyte et Laura Pérez aux éd. De la Martinière, 2019.

Ce livre balaye toute l’histoire des sorcières, de l’Antiquité à aujourd’hui, en passant par le Moyen-Age et la chasse aux sorcières. Arrêtons-nous un instant sur cet épisode de l’histoire si méconnu, où une femme pouvait être accusée de sorcellerie pour des raisons aussi diverses et contradictoires que « se disputer avec ses voisins, être insolente, se promener la nuit, ne pas avoir réussi à guérir quelqu’un… ou avoir réussi à guérir quelqu’un ». A tel point que certains villages se sont retrouvés dénués de presque toute la gente féminine.
Sont présentées des sorcières aussi célèbres et variées que Médée ou Hermione Granger. Et pour compléter le tout, des anecdotes et autres informations vous permettront de pratiquer la sorcellerie en toute connaissance de cause : herbier de potions, accessoires et formules magiques…
Ce livre ne cache pas son engagement et cherche à former de jeunes sorcières avisées, en faisant écho aux luttes éco-féministes récentes. Et je n’aurai pas assez d’adjectifs dithyrambiques pour qualifier les illustrations, je préfère vous laisser par vous-même juger de leur beauté.

Guide de survie en forêt, brrrr!

Ce petit livret de rien du tout s’adresse « aux petits effrontés »…

Huit petits conseils pour ceux qui souIMG_9217haitent se rendre en forêt car….

on peut rencontrer les créatures terrifiannnntes des contes traditionnels…..

on peut croiser des animaux sauvages pas vraiment bienveillants….

A l’aide de quelques rimes malicieuses, Emilie Vivo distille des astuces dignes d’un indien d’Amérique….

Quant à Nathalie Varroit, elle illustre parfaitement le  comique des éventuelles rencontres!

Petit prix, petite édition, petit format mais grand plaisir!

Guide de survie en forêt, pour petits effrontés, Emilie Vivo, Nathalie Varroit, Auto-édition,  Avril 2015, Le Pont de Claix, 6€50.

 

Ma mère est une sorcière

9782211087810FS« C’est tellement simple, l’amour » a écrit Jacques Prévert.

Rascal et Neil Desmet décrivent les péripéties d’une sorcière, Yap,  qui n’ a qu’un seul rêve : « devenir mère, avoir un petit, avoir un enfant ».

Cette sorcière a bien des pouvoirs, des pouvoirs puissants mais elle n’arrive pas à avoir d’enfants près d’elle. Elle confie ce secret à celui qui partage sa vie, son chat Bûche de Bois . Suivant ses conseils, elle s’adresse donc à un orphelinat pour adopter un enfant.

La sorcière n’a aucune préférence, elle aimerait juste adopter un enfant, qu’importent son âge, son sexe, sa couleur de peau, son état de santé, elle adopterait le premier qui se présentera à elle.

Pourtant la directrice refuse d’emblée cette adoption. Pourquoi?

Yap est une sorcière, laide comme une sorcière, mal habillée comme une sorcière, seule comme une sorcière. Elle ne convient pas, elle n’a pas les qualités requises.

Je ne vous dévoile pas la fin de cette histoire…

Alors que tout semble simple, une mère et des enfants en mal d’amour qu’il suffirait de réunir, tout devient compliqué car Yap ne correspond pas au modèle idéal de famille.

L’injustice et la complexité de la société actuelle. Rascal, en plein dans l’actualité…

L’Ecole des loisirs, 2007. 12,70€