Jouons à la parade des contes

Si les enfants de maternelle ont eu tout un cycle pour se plonger dans les contes de fées, les élémentaires ont à leur tour pu découvrir cet univers merveilleux. Voici aujourd’hui la toute première séance qui leur a été proposée visant à se familiariser avec ce type de récit et permettant de (ré)entendre quelques-uns des contes les plus emblématiques du répertoire.

Comme abordé avec les petits, dans un premier temps, on dialogue avec les grands sur la définition du conte, qui transmet une histoire de bouche à oreille à l’origine. Qu’a-il de spécial ? Il y a des interventions d’êtres surnaturels, d’objets magiques, de fées, d’enchanteurs ou de sorcières. La dimension magique est forte, il y a la présence de métamorphose et c’est cela qui vaut aux contes le titre de merveilleux. Comment le reconnaît-on ? Le conte est reconnaissable grâce à ses phrases d’ouverture et de clôture : « il était une fois », « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » ou « tout est bien qui finit bien ». Comment est construit un conte? Le conte débute toujours par un méfait ou un manque, ensuite il y a plusieurs péripéties/aventures pour aboutir au dénouement (le mariage, la récompense, la prise de l’objet des recherches du héros, la réparation du méfait…) telles sont les points qu’on peut développer tous ensemble.

Dans un second temps, on met en place le jeu collectif à l’aide de « La Parade des contes » de Djeco.

djeco-pzl-geants-la-parade-des-contes

Pour commencer, on propose un petit jeu qui va permettre d’entendre ou de réentendre certains contes parmi les plus connus des contes merveilleux… Il y a ici un puzzle dont plusieurs pièces manquent…Nous allons donc reconstituer ensemble « la Parade des contes ». Faire piocher une pièce de puzzle aux enfants à tour de rôle; pourquoi pas dans un sac ou un chapeau noir. A chaque pièce découverte, demander à l’enfant de nommer s’il le reconnaît le personnage puis placer la pièce sur le puzzle et lire le conte ou l’extrait concerné. Afin de constituer notre heure du conte, nous avons mis de côté une dizaine de personnages et leurs livres dont voici la liste:

61qqe4artal

Le Petit Poucet : Ti poucet, Stéphane Servant, Ilya Green, Rue du monde

51da0yfa0tl-_sx258_bo1204203200_

Peau d’âne : extrait tiré de Portraits en pied des princes, princesses et autres bergères des contes de notre enfance, Jo Hoestlandt, Nathalie Novi, Thierry Magnier

511ajuw2nsl

Jack et le haricot magique : extrait de Jack et le haricot magique, Sébastien Mourrain, Milan

5188y1h3g3l-_sx341_bo1204203200_

Le stoïque soldat de plomb : extrait des Contes d’Andersen, Gründ

baba-yaga-gautier-languereau

Baba Yaga: extrait de Babayaga, Taï-Marc Le Thanh, Rébecca Dautremer, Gautier-Languereau

pinocchio

Pinocchio : extrait de Pinocchio, Edouard Signolet d’après Carlo Collodi, Laetitia Le Saux, Didier Jeunesse

Poule :

Il existe plusieurs contes ayant la poule pour héroïne tels que La Petite poule rousse (soit la version de la poule couturière avec le renard soit le récit avec le grain de blé). On peut également lire l’épisode de la « Poule aux œufs d’or » dans Jack et le haricot magique

71gatpxmnml

Fée : extrait de La Belle au bois dormant, Princesse Camcam, Père Castor Flammarion

Demander dans quels contes il y a des fées ? Quel est leur rôle ? Comment les appelle-t-on également ? On peut lire aussi la définition de la marraine tirée de Princesses inconnues ou oubliées de Philippe Lechermeier et Rébecca Dautremer chez Gautier-Languereau

648x415_loup-jour

Loup : Loup un jour, Céline Claire, Clémence Pollet, Rouergue

416mxyrlo-l-_sy299_bo1204203200_

Ogre/Géant : Barbe-Bleue, Chiara Carrer, La Joie de lire

Demander dans quels contes il y a des ogres/des géants ? 

trois-petits-cochons-heitz

Les trois petits cochons: Les trois petits cochons, Bruno Heitz, Seuil Jeunesse

Publicité

Vers Dautremer

SAMSUNG DIGITAL CAMERADe Rebecca Dautremer, on ne sait pas grand chose : née à Gap en 1971, a fait des études de graphisme, s’inspire de la photographie et travaille principalement à la gouache. Et c’est à peu près tout. Même dans un ouvrage qui lui est consacré, son Art Book, elle ne se livre pas davantage. Très discrète sur sa vie, privée et professionnelle, Rebecca Dautremer reste un mystère pour quiconque tape son nom dans Google.

Son parcours et sa bibliographie nous renseignent davantage sur cette grande actrice de la littérature jeunesse. Car si Rebecca Dautremer publie de nombreux albums dès 1995, le succès de masse arrive seulement huit ans plus tard avec l’album L’Amoureux, qui se vend depuis comme des petits pains lors de la Saint Valentin.

Princesse2

En 2004, le magnifique et volumineux Princesses oubliées ou inconnues explose dans les librairies. Les images sont de grands et sublimes tableaux, proposant à la fois des vues d’ensembles et des portraits délicats qui attirent le regard et ne le lâchent plus. Les illustrations parlent autant aux adultes qu’aux enfants et se retrouvent bientôt déclinées sous toutes les formes : papier à lettre, agenda, calendrier…

Capture d’écran 2013-05-04 à 11.12.31Bref, Rebecca Dautremer devient une illustratrice incontournable et enchaîne les projets. Mariée à l’auteur Taï-Marc Le Thanh (dont on ne sait d’ailleurs pas plus), ils collaborent régulièrement ensemble, notamment avec la série Séraphin Mouton qui permet à Rebecca Dautremer de changer de style, de tester d’autres formes d’illustrations. Délaissant quelques instants sa poésie habituelle, elle se fait plus enfantine, rigolote, et flirte avec les références cinématographiques et la bande-dessinée.

Depuis, Rebecca Dautremer est définitivement entrée dans la cour des grands : après la consécration de la publication de son Art Book, elle co-assure la direction artistique du long-métrage Kérity – La maison des contes, écrit par Anik Le Ray et réalisé par Dominique Monféry et conçoit un livre-objet unique, original et de toute beauté, son Petit Théâtre.

Sans oublier qu’elle fait désormais partie de la précieuse liste des illustrateurs ayant mis en images le célébrissime et populaire Alice au Pays des Merveilles de Lewis Caroll et qu’elle a exposé dans différentes galeries ses illustrations créés pour l’album Soie, écrit par l’écrivain italien Alessandro Baricco.

IMG_4271

Originaux d’Alice au pays des merveilles exposés lors de la rétrospective inédite de Saint-Paul-Trois-Châteaux

Toutefois, le fait que Rebecca Dautremer ait été l’invitée d’honneur de l’édition 2013 de la fête du livre de jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux (qui s’est déroulée du 30 janvier au 3 février 2013) a permis à l’artiste de sortir de son « antre », comme elle aime à appeler son atelier parisien. Elle s’est alors confiée à son public notamment lors des dédicaces et des journées professionnelles en évoquant tour à tour son travail passé, sa volonté de prendre du recul afin de voir vers quoi elle veut aller artistiquement dorénavant, ses futurs projets aussi…

08061101On peut ainsi s’intéresser à l’affiche que la jeune femme  a réalisé pour la fête qui avait cette année pour thème « Enchantons le réel » et qui fait tout particulièrement écho à sa démarche. Lors de sa carte blanche, Rebecca Dautremer a en effet exprimé son désintérêt pour le quotidien, son goût pour la fuite et son attraction pour le monde de l’étrange et du bizarre. Elle aime jouer avec la frontière ténue entre le rêve et le cauchemar et recherche la douceur avec un soupçon d’inquiétant dans ses illustrations. Elle ajoute qu’elle aime créer des univers pour pouvoir y inviter les lecteurs privilégiant la sensation, la poésie, loin des livres donnant des leçons…

Focus sur Soie, le roman d’Alessandro Barrico… En 1996, paraissait en Italie un petit livre qui selon son auteur ne devait pas se vendre. Il l’avait écrit pour lui, dit-il. Raté : ce livre remporta un immense succès, tant en Italie qu’en France où il est paru un an plus tard. En ce qui concerne l’histoire, voilà ce qu’on peut lire sur la quatrième de couverture de la précédente édition :

« Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des œufs sains. Entre les monts du Vivarais et le Japon, c’est le choc de deux mondes, une histoire d’amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d’une voix, la sacralisation d’un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable. »

On vous invite à (ré)écouter l’entretien donné par l’écrivain sur France Culture à l’occasion de la sortie d’Emmaüs.

En ce qui concerne la genèse du projet, il faut préciser que ce livre a été imaginé et édité par Jonathan Bay et Antoine Ullmann (qui s’occupe de la revue Dada) chez Tishina. Il s’agit là du premier opus de leur collection. On peut même dire que leur maison a vu le jour sur l’idée de mettre en images ce texte de Barrico sous la plume de Rebecca Dautremer, que les deux compères ont contacté au culot, confirme l’illustratrice. Leur ligne éditoriale ? Publier de la littérature contemporaine illustrée. Mais alors, pourquoi évoquer ce titre dans l’Ouvre-livres ? Et bien d’une part, parce que les livres d’images ne sont pas uniquement pour les enfants, ça on en est intimement persuadé, et d’autre part, parce qu’on imagine facilement cette (future) collection entre les mains d’ados, pour amener les jeunes lecteurs vers d’autres horizons littéraires… On aime aussi le grand soin dans les choix des techniques employées et notamment des papiers : la couverture a été marquée à chaud, le papier utilisé pour la jaquette permet à celle-ci de se déplier en une magnifique affiche (et ce sans traces de plis !)…Toutes ces précisions ayant été amoureusement dévoilées en fin d’ouvrage, prouvant là l’implication dans ce projet !

P1000893

P1000892

P1000891

Comme elle en a l’habitude, Rebecca Dautremer n’a pas sollicité l’écrivain lors de l’élaboration des images. En revanche, elle s’est renseignée sur l’époque du cadre du roman, et ce pour pouvoir mieux s’en détacher après ; elle dessine après digestion, dit-elle. À la (re)lecture de Soie, on est frappé par l’alternance des techniques exploitées (peinture, collage, crayon) mais surtout par le fait que le choix de chacune semble motivé par l’envie de susciter un sentiment différent chez le lecteur :

– lors de ses recherches, elle a trouvé quelques photos noir & blanc colorisées qui lui ont inspiré l’aspect de ses illustrations – certaines sont légendées donnant l’impression de véritables souvenirs glanés,

– quelques portraits caricaturaux au crayon retranscrivent le malaise du héros Hervé Joncour tout au long du récit,

– la série d’images érotiques semblables à des diapositives grâce à la marge plus large,

– les vignettes reprenant une scène du roman mot par mot,

– les pseudos icônes religieuses de Sainte Agnès, etc.

Elle accorde une grande importance à la conception : le cadre, la lumière, le placement des éléments etc. La mise en couleurs passerait presque pour du repos, plaisante-t-elle. Elle a ainsi opéré un minutieux travail sur les cadrages, créant des jeux de flous avec les différents plans de l’image à l’instar des techniques du cinéma, de la photographie et de la BD qu’elle affectionne.

 P1000894         P1000895

On aime les instants qu’elle cristallise, tels des arrêts sur images nostalgiques : les miettes dans le vent, les gouttes d’eau figées en l’air, les reflets dans l’eau, les jeux d’ombres aussi. Elle a souhaité s’amuser de l’attention de Baricco pour le rythme graphique, pour les tailles des paragraphes, pour les alinéas récurrents, pour les phrases brèves en étudiant tout particulièrement le placement de ses images afin de recréer des silences, du rythme, des blancs… Par exemple, ses petits crayonnés représentent des temps d’expression du texte selon elle.  Elle a par ailleurs choisi de concevoir elle-même la maquette pour maîtriser jusqu’au bout les contraintes matérielles : la taille du blanc tournant, la tête de chapitre, la taille des illustrations…

Rebecca Dautremer a su subtilement intégrer sa propre interprétation du texte. Elle a notamment bousculé la narration en créant un duo de spectateurs, proche du coryphée [Dans le théâtre antique grec figurait un chœur, personnage collectif qui présentait et commentait l’action en faisant généralement preuve de bon sens et d’humanité. Le chœur exprimait ses sentiments par l’intermédiaire du coryphée en déclamant des vers, en chantant et en dansant même]. Ses personnages apparaissent lors de scènes clé du récit :

08061102

08061103

08061104

Mais Rebecca Dautremer ne veut pas se cantonner à la seule illustration jeunesse. Elle se remet en question malgré son succès et aimerait se concentrer sur la qualité, déclare-t-elle. Elle tend donc à (ré)apprendre à dessiner et à produire de nombreuses planches de recherche pour enfin sortir du style dans lequel elle s’est retrouvée enfermée… et quitter l’étiquette « Princesses » qu’on lui a collée.

IMG_4275

De gauche à droite : pochette de l’album « Nerfs du temps » du groupe La Milca, Pochette de l’album « Dusty rainbow from the dark » de Wax Tailor puis dessins inédits pour le projet « Une bible ».

Côté projets, elle travaille à nouveau sur un livre en collaboration avec Philippe Lechermeier, intitulé Une bible. Il traitera de l’Ancien et du Nouveau Testament. Sortira également prochainement un film d’animation intitulé Miles, quasi anagramme d’Elvis, l’album qui a servi de point de départ à ce  road-movie en duo avec Taï-Marc Le Thanh.

Emilie & Marie.