Sur la route…

Neige ou pas, je ne peux me passer de partir en voyage. Alors ouvrir un album comme « Cartes : voyage parmi mille curiosités et merveilles du monde » me parût comme une évidence. Les patronymes des auteurs sont déjà une invitation à l’Ailleurs : Aleksandra Mizielinska et Daniel Mizielinski. Oui, de l’exotisme ! Et puis, ce terme de curiosités dans le sous-titre me plaît. Le monde recèle de nombreuses curiosités au sens de la rareté et de l’intéressement qu’elles procurent. La curiosité est aussi celle du lecteur toujours en manque de nouveaux horizons, toujours prêt à découvrir, à apprendre. C’est donc un bien « curieux » album !

Cartes, 1ère de couverture

Cartes, 1ère de couverture

Le sommaire se présente sous la forme d’un planisphère qui guide autant notre lecture (puisque que nous y trouvons des paginations) qu’un repérage géographique. Quelle bonne idée quand nous sommes toujours en quête de repères, d’orientation. Mais ça rend cet album aussi très universel. C’est un Grand Album, de son format j’entends. Des dimensions – 28X38 – qui obligent le lecteur à avoir une position confortable et qui incite une découverte à plusieurs. Un voyage à l’aise et partagé, quel régal !

En Tanzanie, p. 72

En Tanzanie, p. 72

Á la suite du sommaire, une carte du Monde s’étend sous nos yeux. Sur cette carte, on découvre de nombreuses illustrations d’animaux marins et de bateaux, qui sont (pour moi) comme un clin d’oeil à l’univers de Jules Verne, autre grand Curieux. La lecture de l’album s’effectue ensuite par des entrées selon les cinq continents. Une carte du continent avec chaque pays et chaque capitale cités. On y signale le nombre de pays contenus, ainsi que le nombre d’habitants et la superficie. Ensuite, chaque double page présente un pays plus particulièrement.

En Afrique, p. 65

En Afrique, p. 65

Alors bien-sûr tous les pays du monde ne sont pas exposés, mais cela permet de se faire déjà une idée d’une belle diversité. Entre texte et illustrations, une somme d’informations un peu hétéroclites nous permet de découvrir un pays : la capitale, la langue, le nombre d’habitants, la superficie bien-sûr mais aussi : les monuments, le patrimoine bâti, les arts et traditions populaires, les activités économiques (agriculture et industrie), les sites remarquables, la faune et la flore, la gastronomie, les personnalités, le sport ou les loisirs préférés, le folklore, les références artistiques et littéraires, et caetera. Impossible de décrire, de citer tout ce que contient chacune de ces cartes en quelques lignes. Impossible aussi de ne pas scruter chaque pleine page, chaque coin, chaque pli révélant de nouvelles curiosités. C’est simple nos yeux s’agitent, balayent, se figent, tournicotent, re-tournicotent… se baladent, à notre insu ! Si ! Si !

En France, p. 26

En France, p. 26

On pourrait se demander si ce « guide touristique » n’est pas réducteur ? Entre clichés et stéréotypes ? Mais pour ma part, l’intérêt d’un tel ouvrage est aussi d’être une encyclopédie ludique. Certes, on nous instruit, mais chaque page est aussi vecteur d’imagination, de fantaisie. Ainsi, outre le charme des dessins qui m’ont transportés, j’ai découvert en Finlande les « salmiakki », des friandises avec du chlorure d’ammonium ; en Autriche la Vénus de Willendorf, une statuette en pierre taillée il y a plus de 20 000 ans découverte près du Danube ; en Russie des ossements de mammouths, exposés au musée de Jakoutsk ; en Thaïlande un binturong (un drôle d’animal) ; à Madagascar le Fanorona, un jeu de société ; en Australie le diable de Tasmanie… Je me voyais tantôt la langue noire, tantôt chercheuse d’os, tantôt championne de Fanorona, tantôt au chaud dans un… ?

En Finlande, p. 18

En Finlande, p. 18

Quoi qu’il en soit, voyageur et/ou Curieux lecteur, vous aussi serez tenté par cette « promenade » à la découverte de l’Autre et de l’Ailleurs !

En Allemagne, p. 26

En Allemagne, p. 26

« Cartes » de Aleksandra Mizielinska et Daniel Mizielinski, chez Rue du Monde, 2012. 25€80

Publicités

4 réflexions sur “Sur la route…

  1. Gaëlle dit :

    Il n’y avait que toi, Sandrine, pour nous faire croire qu’on allait lire une critique de Kerouac sur un blog jeunesse ! Rien qu’en lisant le titre je savais que c’était toi. Comme je suis contente que l’une d’entre nous parle enfin de Cartes… Livre fabuleux dont tu as largement vanté tous les mérites. Le tournis, qu’il nous donne ce livre ! Rien que l’affiche, qui orne mes toilettes, me fait tourner la tête.
    Que ce soit la voyageuse de l’équipe qui fasse cette chronique n’a rien d’étonnant !
    Merci d’avoir parlé si bien de ce livre si beau.

    • sandrinemz dit :

      Merci Gaëlle, très sincèrement ! Mais cet album le vaut bien… et donne envie de faire le tour dans la « Rue du Monde » !

    • sandrinemz dit :

      Elsa, est-ce que tu connais « Le livre des terres imaginées » de Guillaume Duprat ? Tu aimerais aussi je pense.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s