Archibald, une très belle série d’albums

ppm_medias__image__2017__9782226399601-xppm_medias__image__2019__9782226443410-xLa série d’albums écrits par Astrid Desbordes et illustrés par Pauline Martin ayant pour personnage Archibald a retenu mon attention. J’avais lu quelques titres épisodiquement, et puis j’ai pris le temps de relire toute la série et eu envie de vous faire part de mes impressions de lecture. Premier titre de la série : face à un enfant qui doute de la pérennité de l’amour de ses parents, Mon amour est une ode à l’amour maternel et à la liberté pour chacun de se construire tel qu’il le souhaite. Sont ensuite parus Ce que papa m’a dit, Ce que j’aime vraiment, Un amour de petite sœur, Mon ami et dernièrement Ma maison. Si je peux comprendre que l’on puisse être rétif aux illustrations, le texte est à la fois simple et profond, à la fois quotidien et philosophique, accessible dès le plus jeune âge et intéressant pour tous les âges. De chaque album transpercent des valeurs positives, dans la veine de l’éducation bienveillante, qui vont permettre à l’enfant de s’affirmer, de prendre confiance, de savoir qu’on l’aime inconditionnellement, de faire face aux épreuves, de les dépasser et d’en faire une force. Archibald n’est pas un enfant modèle, ni très sage, il peut se chamailler avec sa sœur, faire des caprices, et ne tient pas très longtemps en place. Mais il est capable aussi de s’interroger, de réfléchir et d’apprendre. Il est complexe dans ses sentiments, parfois contradictoire. Je suis presque jalouse de ne pas trouver de mots aussi simples mais aussi porteurs de sens. Des mots qui rassurent, qui fortifient, qui permettent de s’épanouir. A partager sans modération.

ppm_medias__image__2016__9782226324658-xDeux exemples avec les fins de Mon amour et d’Un amour de petite sœur : « Je t’aime parce que tu es mon enfant, mais que tu ne seras jamais à moi » « Ce que je préfère avec ma petite sœur, c’est être son grand frère ».

Astrid DESBORDES, ill. Pauline MARTIN. Albin Michel
Ma maison, 2019.
Mon ami, 2018.
Au lit, 2017.
Ce que j’aime vraiment, 2017.
Un amour de petite sœur, 2016.
Ce que Papa m’a dit, 2016.
Mon amour, 2015.

 

Dans les bouchons

Reprise des racontines à toute allure ou plutôt dans les bouchons avec une thématique sur les véhicules dont voici la trame:

Notre petit rituel pour débuter le temps de la racontée:

Qui se cache dans mon dos,

Ce sont mes p’tites mains coquines

 

Qui se cache dans mes mains,

Ce sont mes p’tits doigts coquins

 

Qui se cache dans ma bouche,

C’est ma langue qui bouge

 

Qui se cache dans mon sac,

Ce sont mes histoires qui roulent…

Jeu de doigts d’intro

1… 2 et 3,

c’est parti !

Cinq doigts voyageurs

Cinq petits doigts qui s’ennuient

S’en vont en voyage.

 

Cinq petits doigts qui s’ennuient

S’en vont cette nuit.

 

Le plus gros part en camion Vroum vroum vroum

Le 2ème part en avion Fffiiiouuuuu

Le 3ème part en auto Tut tuuut

Le 4ème en vélo Dring dring dring

Le petit dernier est parti à pied Petit petat petit petat

 

Livre fil rouge de la séance: Dans les bouchons, Aino-Maija Metsola, Gallimard Jeunesse, 2016

Un livre-puzzle cartonné explique la notion de «devant-derrière» par le biais d’un embouteillage. Il contient 6 pièces  imprimées recto-verso à détacher et à assembler pour former 2 versions du puzzle. Une fois le jeu fini, elles se rangent à l’intérieur du livre.

Nous avons ainsi reproduit l’embouteillage en plaçant les moyens de transports les uns derrière les autres et en associant une histoire, une comptine ou une chanson à chaque entrée.

Tracteur : Livre Le tracteur, Anaïs Vaugelade, L’école des loisirs, 2012 Peuf peuf peuf !

 

Livre fil rouge

Bus : chanson « Les roues de l’autobus » à mimer/bruiter tous ensemble Teuf teuf teuf !

Les roues de l’autobus
Tournent et tournent,
Tournent et tournent,
Tournent et tournent
Les roues de l’ autobus
Tournent, tournent,
Dans toute la ville

Les portes de l’autobus
S’ouvrent et se ferment,
S’ouvrent et se ferment,
S’ouvrent et se ferment,
Les portes de l’ autobus
S’ouvrent et se ferment,
Dans toute la ville

Les passagers du bus font
Badaboum, badaboum,
Badaboum,
Les passagers de l’autobus font
Badaboum,
Dans toute la ville

Les essuie-glaces du bus font
Swish, swish, swish,
Swish, swish, swish,
Swish, swish, swish,
Les essuie-glaces de l’ autobus font
Swish, swish, swish,
Dans toute la ville

Le klaxon du bus fait
Bip, bip, bip,
Bip, bip, bip,
Bip, bip, bip,
Le klaxon du bus fait
Bip, bip, bip,
Dans toute la ville

Les roues de l’autobus
Tournent et tournent,
Tournent et tournent,
Tournent et tournent
Les roues de l’ autobus
Tournent, tournent,
Dans toute la ville

Le bébé du bus fait
Ouin, ouin, ouin,
Ouin, ouin, ouin,
Ouin, ouin, ouin,
Le bébé du bus fait
Ouin, ouin, ouin,
Dans toute la ville

La maman du bus fait
Chut, chut,chut
Chut, chut,chut,
La maman du bus fait
Chut, chut, chut,
Dans toute la ville

Les roues de l’autobus
Tournent et tournent,
Tournent et tournent,
Tournent et tournent
Les roues de l’autobus
Tournent, tournent,
Dans toute la ville

 

Livre fil rouge

Camion : Jeu de doigts

Voici un camion : (Faire semblant de conduire)

Vroum Vroum Vroum

… Un volant

(Tourner un volant devant nous)

… Des pédales

(Bouger les pieds)

… Des vitesses

(Bouger le bras de droite à gauche)

… Des essuie-glaces

(Balancer les bras au-dessus de la tête)

… Et un gros moteur

(Ecarter les bras)

Pour aller à mille à l’heure !

Vroum Vroum, tut tut

 

Livre fil rouge

Vélo : Jeu chanté « A véli vélo » pour les bébés

A véli véli vélo

A vélocyclette

A véli véli vélo

A vélocyclo

A véli véli vélo

A vélocipède

A véli véli vélo

A vélomoto

 

Le vélo de Valentine, Christian Ferrari, Anne Brouillard, Lirabelle, 2006

 

Livre fil rouge

Pompiers : Au feu les pompiers, Elodie Nouhen, Didier Jeunesse, 2003

 

Livre fil rouge

Feu rouge : Circulez !, Jan Bajtlik, La Joie de lire, 2016

On propose régulièrement des histoires à bruiter grâce à une sonothèque aux enfants, cette fois-ci, nous tentons l’expérience avec les tout-petits. Les sons sont à déclencher au moment où le texte est prononcé:

Mettre les gaz

Elvis

Appuie sur le champignon

ZZZZ (ronflements)

dans le tunnel (moto)

Ambulance

Aaaaah (Freinage)

Je tente une échappée (Course cycliste)

Oh la vache

 

Conclusion Un train passe, Donald Crews, L’école des loisirs, 2017 Tchou tchouuu…. A bruiter grâce au métalo-notes en fonction des couleurs des wagons

En passant

Journée d’étude à la Bibliothèque municipale de Tours

Dessins originaux et fonds d’archives : quels témoins de la création pour la jeunesse en bibliothèque ?

2019-10-14_153205

© (Photo NR)

La  12e journée d’étude en Région se tiendra le 18 novembre prochain à la Bibliothèque municipale de Tours.

Cette  journée est coorganisée par la Bibliothèque nationale de France, le Centre National de la Littérature pour la Jeunesse, la Bibliothèque municipale et l’Université de Tours.

Avec en prime la visite du centre de ressources Patrice Wolf 😉

 voici le programme détaillé !

Journée gratuite sur inscription auprès de Marion Caliyannis de la BnF

 

L’ours… de Marie-Noëlle Horvath

Marie-Noëlle Horvath propose aux éditions la Joie de lire des livres pour bébés dont les illustrations sont réalisées à base de tissus, feutrines et broderies !

Sans texte, ces 3 titres abordent de manière atypique des thèmes essentiels tels que les chiffres, les couleurs et les formes. C’est un univers coloré, original et enchanteur que nous vous proposons de découvrir avec cette collection dédiée aux bébés dès 18 mois.

Marie-Noëlle anime aussi des ateliers dont vous pouvez avoir un aperçu ici!

Et vous pouvez la contacter sur son site internet si vous êtes intéressés.

Tiens, ça me rappelle qu’avec Emilie on était allées voir l’expo de Sandra Dufour, qui a elle aussi un talent de couturière qui aurait rendu jalouse ma grand-mère.

 

C’est une forêt extraordinaire !

Un article depuis bien longtemps en attente, mais il n’est jamais trop tôt ou trop tard, n’est-ce pas ? Pour parler de certains albums qui marquent nos instants magiques de lecture.

« La forêt » est un album qui fait partie de ceux-là. « La forêt » est une invitation à la promenade, une ode à la nature. C’est aussi une très belle déclaration faite à la vie, une fine parabole. Dans « La forêt », l’aspect immaculé des personnages – pleine page – aux yeux évidés contraste avec les couleurs vives et gaies de la végétation. Ces yeux, un peu intrigants, sont également une invitation à la découverte, l’admiration, la contemplation. Chaque page tournée nous tient en « mode » curiosité et nous permet de nous enfoncer peu à peu dans l’épaisseur de l’histoire. Les représentations collent au moment précis d’une vie, l’enfance, les « singeries » dans les arbres, l’amusement ; l’adolescence, la découverte de soi, de son image, les émotions, l’Amour ; … Il y a aussi tous les moments de joie, de tristesse, les rencontres, la solitude, la solidarité, l’accomplissement, la sérénité, l’attente…

En parallèle, on y lira une autre Histoire, avec un grand H. Celle des Hommes, des Civilisations, de l’Humanité.. « La Forêt » a alors un goût de réflexion, de pause philosophique.

C’est aussi un album très BEAU et tactile, plein de sensibilité. On y utilise l’embossage, l’évidage, les pliures pour proposer une drôle d’aventure-lecture. Les illustrations, incontestablement, en font une vraie perle littéraire. Coup de coeur assuré.

Ricardo BOZZI. La forêt. Illustré par Violeta LOPIZ et Valerio VIDALI. Gallimard jeunesse, 2018. Coll. Giboulées. 25€

« C’est ici que la forêt est le plus enchevêtrée. À chaque pas, on risque de se cogner ou de s’égratigner. Mais d’après la science et le bon sens, il est impossible de retourner en arrière. »

soirée pyjama fluo

Chaque été, j’aime terminer l’année de racontines pour les 0-3 ans par une « soirée pyjama » en trouvant une mise en scène singulière. En 2018, c’était une invitation à un bain d’histoires! Là, c’est le fluo/phosphorescent qui a émané; on avait déjà présenté quelques titres ici.

Vous trouverez ci-dessous la trame détaillée de la séance avec les liens vers les ressources qui nous ont inspirées. Désolée pour le rendu des photos, qui n’ont pas pu être prises le Jour J en raison de la faible luminosité…

Ce soir, je vais vous raconter une histoire et j’ai besoin de votre aide parce que nous allons utiliser nos bras, nos mains et nos doigts pour la raconter. Avant ça, nous allons vérifier que nos bras, nos mains et nos doigts sont bien réveillés et tous les étirer ! Bien. Maintenant, je pense qu’on est prêts à raconter l’histoire. Nous allons commencer par lever le pouce. J’imagine que vous pensez que votre pouce est comme d’habitude mais vous vous trompez, ce soir, c’est spécial ! Ce soir, il est la clé du monde ! Vous êtes prêts ?

Ça c’est la clé du monde (pouce levé)

Et ça c’est le monde. (bras grands ouverts)

 

Dans le monde, il y a une ville (cercle avec ses bras)

Et dans la ville il y a une colline. (coupe avec ses mains au-dessus de la tête)

 

Sur cette colline, il y a une rue (index + majeur descendent du bras de haut en bas)

Et dans cette rue, il y a une maison. (toit pointu avec ses mains devant soi)

 

Dans cette maison, il y a une chambre (dessiner avec ses doigts un rectangle)

Et dans cette chambre, il y a un lit. (joindre les paumes)

 

Sur ce lit, il y a un berceau (mettre les mains en coupe)

Voyons voir ce qu’il y a dans ce berceau !

Oh ! il y a un bébé. Faisons un bisou à ce bébé ! Smac ! (embrasser les mains en coupe)

 

Maintenant, nous allons reprendre l’histoire à l’envers et voir si vous vous en souvenez bien !

 

Donc, il y a ce bébé dans le berceau

Le berceau sur le lit

Le lit dans la chambre

La chambre dans la maison

La maison dans la rue

La rue sur la colline

La colline dans la ville

La ville dans le monde

Et rappelez-vous, où est la clé du monde ? Elle est là ! C’est la clé du monde ! Clic clac! Place aux histoires…

 

Ce jeu de doigts est inspiré de la proposition de Breadcrumb et l’on a beaucoup puisé dans la vidéo produite par la bibliothèque de Toronto que voici pour présenter notre version:

 

Diego fluo, Jane Clarke, Britta Teckentrup, Gründ, 2018

Première lecture sans lampe UV afin que les tout-petits découvrent l’histoire dans toute sa gamme de couleurs fluos. C’est un livre participatif, il ne faut pas hésiter à rendre acteur les tout-petits!

 

 Ils étaient cinq dans le lit, Marie-France Painset, Atelier Saje, Didier Jeunesse, 2018

Ce récit a été adapté en jeu de doigts en dessinant les personnages avec un vernis fluorescent qui est très flashy le jour et brille sous l’effet de la lumière noire. Le faire une première fois à la lumière traditionnelle  puis une seconde fois avec la lampe UV en prévenant les enfants en amont.

Ils étaient 5 dans le lit et le petit dit : « Poussez-vous ! Poussez-vous ! »
Ils se poussèrent tous et l’un d’eux tomba du lit.   Aïe !

Ils n’étaient plus que 4 dans le lit et le petit dit : « Poussez-vous ! Poussez-vous ! »
Ils se poussèrent tous et l’un d’eux tomba du lit. Ouille !

Ils n’étaient plus que 3 dans le lit et le petit dit : « Poussez-vous ! Poussez-vous ! »
Ils se poussèrent tous et l’un d’eux tomba du lit. Bam !

Ils n’étaient plus que 2 dans le lit et le petit dit: « Pousse-toi ! Pousse-toi ! »
Et l’un d’eux tomba du lit. Boum !

Il était seul dans le lit et le petit dit :
« Snif, snif ! Ehhh ! Vous êtes où ? Je m’ennuie ! Remontez tous dans le lit ! ».

Et les voilà tous réunis, dans le lit. « Youpi ! Bonne nuit ! »

Expliquer qu’on va maintenant lire des livres fluos et/ou phosphorescents, ça veut dire qu’on va éteindre les lumières et mettre la lampe noire, ça va briller dans la pénombre 😉 Allumer la lampe UV en décomptant jusqu’à 3. Préciser qu’à la fin des histoires, on laisse un temps de libre regard et manipulation des livres & objets mis en scène.

 

Regarde dans la nuit, Emiri Hayashi, Nathan, 2016

Faire sonner chaque nombre de ce livre à compter fluo au métallonotes. Le plus? La boîte de l’instrument de musique est verte fluo 😉

 

La nuit, Hector Dexet, Amaterra, 2015

Lire le recto uniquement & bruiter certains passages de ce livre-accordéon phosphorescent:

  1. Rien
  2. Kass kass
  3. Rien + multiplaques
  4. Hou hou X3 + guiro
  5. métalonotes

Le calme de la nuit, Virginie Aladjidi, Caroline Pellissier, Emmanuelle Tchoukriel, Ed. Thierry Magnier, 2012

Diego fluo, Jane Clarke, Britta Teckentrup, Gründ, 2018

On peut ici relire Diego fluo à la faveur du néon UV et redécouvrir l’album.

Quand un enfant s’endort, Malika Doray, Annelore Parot, Seuil jeunesse, 2016 

 

Lire avec 6 boîtes à musique différentes pour illustrer les 6 rêves enfantins. A la fin, avec la complicité de parents, on peut allumer toutes les boîtes à musique en même temps pour l’apothéose onirique. Vous pouvez découvrir notre lecture sur le compte Instagram L’ouvre-livres.

On peut ici rallumer les petites lumières et proposer une dernière lecture si l’attention des enfants le permet:

Déjà, Delphine Grenier, Didier jeunesse, 2016

Pendant la manipulation des différents livres fluos/phosphorescents par les tout-petits, diffuser comme ambiance sonore :

« Good day, good night » de Rockabye baby. Il s’agit d’un label qui réenregistre des morceaux emblématiques du rock dans des versions berceuses. Guitares électriques et batteries sont remplacées par des jouets et autres instruments enfantins.


Hors contexte, voilà une photo dévoilant le dispositif qui m’a permis de diffuser la lumière noire. Le néon était fixé sur le pied en bois fait-maison afin qu’il soit au-dessus des ouvrages pour un meilleur angle.

Je lis tu joues n°2

En ce mois d’août octobre, ce sont plusieurs petits ateliers construits d’après des livres sur lesquels les enfants peuvent tourner qu’on propose aux 9-11 ans du centre de loisirs (oui, ben avec les vacances, la rentrée, tout ça, cet article a vu sa publication complètement décalée). Aujourd’hui, ce sont 4 activités qu’on vous détaille; on peut imaginer un atelier par adulte présent. L’idéal par beau temps est d’être en extérieur pour cette séance imaginée pour 1h30 environ.

 

Matériel

1 ardoise + 1 feutre pour compter les points

Crayons + feuilles blanches + appareil photo

Sélections de livres

 

  • 1,2,3 soleil

Un joueur (la sentinelle) se place face à un mur. Les autres joueurs se placent en ligne à environ 20 pas de lui (distance à adapter en fonction de l’âge des enfants). La sentinelle tape 3 fois le mur et commence la narration d’une histoire, des temps de lecture très courts (une phrase, un groupe de mots, un mot) qui permettent aux autres joueurs d’avancer tout en restant attentifs à la narration de l’histoire. À chaque fois que la sentinelle interrompt sa lecture et se retourne, les joueurs doivent obligatoirement s’immobiliser. Si la sentinelle constate qu’un des joueurs avance, bouge, ou perd l’équilibre, il le renvoie à la ligne de départ. Le premier joueur à atteindre le mur gagne le droit de finir la lecture de l’histoire, d’en choisir une autre ou de prendre la place de la sentinelle.

Sélection :

Devinettes en herbe, Chiara Armellini, La Joie de lire, 2016

Dans les poches d’Alice Pinocchio Cendrillon et les autres, Isabelle Simler, Editions Courtes et longues, 2015

(sur ces titres, les enfants peuvent deviner de quoi il s’agit et avancer en même temps 😉 c’est une façon de glaner des points bonus )

 

Haïkus des tout-petits, Alain Serres, Judith Gueyfier, Rue du monde, 2016

La ronde des contes, Mélusine Thiry, Hongfei, 2011

Comptines des sorcières, Françoise Bobe, Benjamin Chaud, Bayard jeunesse, 2004

Avec toi, Pauline Delabroy-Allard, Hifumiyo, Thierry Magnier, 2019

 

  • Histoires en mouvements

On choisit plusieurs histoires dans lesquelles des noms de personnages ou des mots sont cités fréquemment. On dresse une liste de mouvements correspondant à chaque terme retenu. Les joueurs ayant mémorisés ces mouvements se placent en ligne. L’adulte commence la lecture. A chaque énoncé d’un mot-clé, les joueurs doivent exécuter le mouvement déterminé au préalable. Le lecteur peut aussi exécuter les gestes en même temps que le groupe d’enfants pour dynamiser le jeu.

Sélection :

Boucle d’or, Julia Chausson, Actes Sud Junior, 2012

– Grand(e): sauter à cloche pied

– Moyen(ne) : mettre les mains sur les hanches

– Petit(e): taper dans ses mains

 

Les deux maisons, Didier Kowarsky, Samuel Ribeyron, Didier Jeunesse, 2004

– Sucre: sauter à pieds joints

– Sel: s’accroupir

– Terre: tourner sur soi-même

 

Les trois petits chats, Anne Fronsacq, Eglantine Ceulemans, Père Castor-Flammarion, 2014

– Maman : lever les mains en l’air

– Chatons : sautiller

-Chat : imiter le chat

– Souris : se coucher

 

Va t’en gros loup méchant, Anne-Marie Chapouton, Vanessa Gautier, Père Castor-Flammarion, 2018

Lapins : imiter le lapin

Loup : imiter le loup

Fraise : se gratter la tête

 

Les trois boucs, Jean-Louis Le Craver, Rémi Saillard, Didier Jeunesse, 1999

Poilu : s’asseoir

Velu : danser

Barbu : pas chassé

Troll : marcher lourdement

 

  • Le Cadavre exquis

Dans cette variation du cadavre exquis, il s’agit pour les enfants de créer individuellement des phrases poétiques/rigolotes/farfelues/dégoûtantes à l’aide des titres de livres (différentes caisses de livres sont à leur disposition). Selon le nombre d’enfants, on peut également créer sa phrase en binôme.

Sélection :

Prévoir de petits papiers blancs + des crayons pour que les enfants écrivent les mots/verbes à conjuguer manquants. Prévoir un appareil photo pour immortaliser leurs créations.

  • Le téléphone arabe conté

A partir d’un album court ou d’une histoire simple. Raconter l’histoire dans le creux de l’oreille d’un enfant puis faire circuler. Le dernier participant raconte l’histoire à voix haute. Comparer la version finale à la version initiale.

Sélection :

D’après Il était une fois …contes en haïkus, Agnès Domergue, Cécile Hudrisier, Thierry Magnier, 2013

On avait déjà proposé ce type de séance dans le cadre des TAP et c’était retracé ici.