Le loup en… bip

index

J’aime ces jours de lecture d’albums qui font rire, donnent un air gai et un sourire plein de malices. Tant on reste longtemps dans l’histoire, ailleurs, en enfantillage et en insouciance. Le loup en … bip, de Lupano, Itoïz et Cauuet fait bien évidemment partie de ces albums. Et quel super moment de lecture ! Un grand merci !!

Tout d’abord, il faut vous prévenir. La venue d’un tel album dans des temps si obscurs, d’événements saisissants et d’un système médiatique panadesque (si je puis dire) n’est sûrement pas fortuite. D’où son intérêt et son intelligence.

Ainsi, c’est une histoire (comme d’autres) qui reprend la figure si légendaire du loup. Le Grand Méchant Loup, le Cruel Loup, l’Anxiogène Loup. Tout le monde en a peur. Cette peur qui interpelle, paralyse, foudroie, donne la chair de poule, donne les jetons, fout la trouille, terrorise (tiens, tiens…). Cette peur qui flatte les experts, légitime les plans de défense, assure l’économie, abrutit la presse et déconcerte les citoyens. Cette peur insidieuse et profiteuse ? Scandaleuse ??

SAUF que le Grand Méchant Loup ne l’est pas du tout, pour preuve ce « ridicule » bip dont il est attifé, tricoté par la chouette qui est vraiment chouette, et qui lui a changé la vie. Il ne faut pas grand chose parfois… Du coup, volent en éclats les préjugés, les théories, les peurs, les profits. Une révélation qui laisse un vide, d’autant plus quand le loup déclare : « Désolé, peut-être que la peur n’est pas la seule raison de vivre ? » … À méditer.

C’est un album génialissime, humoristique (certes) mais aussi dérangeant et interrogatif. Le dessin de Mayana Itoïz (une illustratrice à suivre) provoque sympathie, émotions et rires. L’association de nouveau renouvelée entre Wilfrid Lupano et Paul Cauuet (« simple » invité…) nous renvoie aux bons « vieux Fourneaux » (BD adulte). Ainsi, en fin d’album (sur la 3ème et 4ème de couverture), nous y retrouvons avec plaisir ces trois vieux lurons à la manière d’une piste cachée. Origin(e)alité de notre histoire de slip !

Un album plus que « feel good » et surtout très malin. A lire absolument, égoïstement, généreusement. À partir de 7-8 ans.

Tome 1, on attend impatiemment la suite. L’écureuil est tellement intrigant…

Le loup en … slip. Lupano, Itoïz & Cauuet. Dargaud, 2016. 10 euros

001

Idée de génie : « Réalisez sa guirlande de slips ! » grâce au tuto,

Vous l’avez rêvé ? Dargaud l’a fait : http://www.dargaud.com/Le-Mag/Actualites/Realisez-votre-guirlande-de-slips

Nouveautés contées

Parce que ces trois nouveaux titres donnent des idées d’activités pour aborder sous d’autres angles encore les contes de fées…
a-linterieur-des-mechants-cltilde-perrin
A l’intérieur des méchants, Clotilde Perrin, Seuil Jeunesse, 2016
D’abord, A l’intérieur des méchants…Clotilde Perrin a choisi trois des méchants les plus effrayants des contes de fées et nous livrent leurs moindres secrets. Loup, ogre et sorcière sont ainsi décortiqués grâce aux différents volets à soulever et on retrouve également pour chaque personnage l’un des contes où il sévit.
Idée d’activité: Au tour des enfants de dresser la fiche d’identité de leur personnage de conte favori en présentant ses points forts et ses points faibles, en imaginant son plat préféré, son passe-temps ou encore son objet fétiche tout en n’oubliant pas de le dessiner sous toutes les coutures, de la tête aux pieds jusqu’aux entrailles.
int_loup-ok_opt-31
reclamez-des-contes-delphine-jacquot
Réclamez des contes, Delphine Jacquot, Les Fourmis rouges, 2016
Ensuite, Réclamez des contes…Delphine Jacquot a sélectionné seize contes bien connus qu’elle a revisité sous forme de « réclame », autrement dit de publicité à l’ancienne. Chaque personnage promeut un produit donnant une nouvelle tonalité à l’histoire…
Idée d’activité: Au tour des enfants de créer leur affiche publicitaire et le slogan associé vantant un conte, un personnage, un objet magique etc. On peut faire aussi le lien avec cet autre album où la publicité s’invite entre les pages du récit:
petit-chapubron-rouge
Le petit chaPUBron rouge, Alain Serres, Clotilde Perrin, Rue du monde, 2010
reclamez-dp6-1024x702
contes-au-carre-loi%cc%88c-gaume
Contes au carré, Loïc Gaume, Thierry Magnier, 2016
Enfin, Contes au carré… Loïc Gaume illustre au trait noir et avec quelques aplats de couleurs une quarantaine de contes sous la forme de quatre vignettes composées de pictogrammes et de courts textes.
Idée d’activité: Les éditions Thierry Magnier ont conçu un dossier pédagogique où l’on pourra découvrir les caractéristiques du pictogramme, travailler la relation entre le texte et l’illustration, la chronologie du récit.
contes-au-carrecc81-4-blog

Jouons au quizz façon « béret »

Afin d’achever ce cycle autour des contes de fées de façon ludique, on peut mettre en place un quizz géant en adaptant le jeu du Béret. Pour cela, il vous faut un béret, un ballon, une balle, un chiffon ou un foulard et 2 équipes.

Comme l’explique Wikipédia, les joueurs de chaque équipe sont numérotés de 1 à x (x étant le nombre de joueurs de chaque équipe). Les deux équipes se placent face à face, sur deux lignes parallèles distantes (sans être classés par ordre de leur numéro) dans un carré plus ou moins grand, variable en fonction de l’âge et du nombre de participants.

L’adulte appelle un numéro. La saisie du « béret » et la course vers les camps se font avec une main derrière le dos. Les joueurs annoncés doivent récupérer, de leur main libre, le béret placé au centre du carré et le ramener derrière un camp sans se faire toucher par leur adversaire.

Là, on modifie les règles traditionnelles à notre sauce: le joueur qui a saisi le béret obtient le droit de répondre à la question du quizz. S’il a la bonne réponse, son équipe marque un point. S’il ne sait pas ou se trompe, son adversaire à la possibilité de donner une réponse. S’il a la bonne réponse, c’est son équipe qui marque un point, s’il se trompe, le joueur ayant saisi le premier le béret va se concerter avec son équipe pour fournir une autre réponse. Si la réponse est correcte, l’équipe marque un point, si elle est fausse, c’est l’équipe adverse qui se concerte etc.

La partie se joue aux points. On peut bien-sûr mettre en place plusieurs manches, chaque manche s’arrête lorsque chaque joueur/numéro a été appelé une fois.

Quelques exemples de questions:

Qu’arrive-t-il à Pinocchio lorsqu’il ment ? 

De quels matériaux sont constituées les maisons des 3 petits cochons ? 

Quel fruit empoisonne Blanche Neige ? 

Qui a écrit la Petite sirène ? 

Quel animal rencontre le Petit chaperon rouge dans la forêt ? 

Citer  2 contes où une fée apparaît.

Citer 2 objets magiques.

Par quelle phrase commence traditionnellement un conte de fée? 

Onlikoinou

Onlikoinou, c’est un nouveau rendez-vous littéraire sur les ondes de l’Autre Radio, une émission pour parler de toutes les littératures de jeunesse, des plus petits aux jeunes adultes.

lautreradio

Vous y trouverez l’actualité du livre et des éditeurs, des interviews d’auteurs et d’illustrateurs, des chroniques, des lectures de textes et d’albums…le tout animé par Véronique Martin, bibliothécaire, et Simon Roguet, libraire à M’Lire, à Laval en Mayenne. C’est le 1er dimanche du mois à 11h ou disponible en podcast.

onlikoinou

Pour la première émission, diffusée dimanche 5 février dernier, l’invité spécial était le romancier Vincent Villeminot, venu évoquer sa riche actualité 2017 dont le succès d’U4 chez Nathan Syros. On a beaucoup aimé la lecture en direct des livres suivants, parce que, finalement, quoi de mieux que de lire un livre pour le découvrir :

potage-papotage

 Potage papotage de Mathis chez Thierry Magnier

buffalo-belle 

Buffalo Belle d’Olivier Douzou au Rouergue

bou-et-les-3-zours-elsa-valentin

 Bou et les trois Zours d’Elsa Valentin et Ilya Green à l’Atelier du Poisson soluble

un album qu’on cite souvent sur le blog ici ou voire là encore

 

 

A samedi ! Un roman graphique de St-Valentin… ça tombe bien !

a-samedi

« À samedi ! » est un roman graphique publié par Rue du Monde, ça change des albums. On s’est dit à l’OL, « tiens, tiens », une petite nouveauté, que de curiosité. Ce qui donne, du coup, un post à 4 mains et 6 yeux (vous verrez pourquoi…).

« À samedi ! » commence un mercredi, ça vous étonne ? Il faut dire que la notion de temps prime dans cette histoire. Quatre « petits » jours qui font grandir l’intrigue, font basculer les destins, règlent les problèmes, tournent les pages qui ont duré peu ou plusieurs années, réduisent à néant quelques espoirs amoureux ou – a contrario – renforcent les amitiés, les découvertes…

De nombreux personnages se croisent de mercredi à samedi : Damien, Mélodie, Mounir, Malo, Bettina, Kevin, Fatoumata, Jérémy, Malika, Myriam… Soit des collégiens, jeunes, amoureux, libres, insouciants, indécis ou niais. Soit des adultes, soucieux, parents, marqués par les contrariétés, les souvenirs, les regrets et aussi niais. Y a pas de raison !

« À samedi ! » parle aussi beaucoup d’Amour, celui qui embellit, qui fait rêver, planer. Celui qui fait lire des livres et découvrir la poésie, la belle littérature, la beauté des mots, le théâtre. L’Amour qui aveugle, qui peine, qui assomme. L’Amour incompris…. « À samedi ! », c’est aussi le monde d’aujourd’hui. La saleté des propos racistes et l’envie d’y résister, la vie de familles monoparentales, le droit d’intégration, les « délires » juvéniles, et surtout la Formidable mixité culturelle et sociale qui baigne cette génération Y. Un roman plus que contemporain !

Émilie :  » Moi, j’ai découvert ce roman graphique dans le cadre du prix littéraire Al’terre ado. Depuis le temps que le comité de sélection espérait pouvoir intégrer un roman graphique, c’est chose faite cette année avec ce titre signé Hubert Ben Kemoun au texte et Zaü à l’image en trois couleurs, noir, rouge, gris.  A samedi, c’est un roman chorale où les personnages se croisent tous au même endroit : la ville. Cette ville qui dévoile du mercredi au samedi comment l’amour transforme les personnalités, peu importe l’âge, le sexe, les origines…Intergénérationnel et multiculturel, plongez-vous dans ce livre à la langue libérée ».

Sandrine :  » Toujours vigilante par rapport aux parutions de « Rue du monde », j’ai remarqué ce roman graphique bien vite. Une nouvelle acquisition pour le CDI. Après avoir dépassé le cheminement narratif (pas toujours évident), on se plonge ensuite au coeur de la vie de ces jeunes collégiens, indécis, parfois irréfléchis mais aussi tellement ancrés dans leur société et le présent. Profitants ! Le dessin de Zaü est expressif, le texte d’Hubert Ben Kemoun percutant. En tant que prescripteur, je réfléchis par contre à la longueur des textes, un frein pour certains. L’originalité des dessins (pour des ados-lecteurs habitués aux BD colorées) doit être aussi à dépasser. Mais c’est ce qui est appréciable, cette diversité ! »

Juliette (jeune lectrice) : « Un livre très bien mais qui est difficile à commencer, par rapport au texte. Ensuite, on se laisse aller. »

À samedi. Hubert Ben Kemoun ; Zaü. Rue du monde, 2015. 19€ – À partir de 13-14 ans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Tout ce que je lis ou que je regarde me parle de toi et moi. C’est en pensant à nous que les auteurs ont écrit leurs bouquins ou leurs poésies. Alors voilà, je peux me mettre à tes genoux pour te le dire, mais il faut que ce soit toi qui me relèves, sinon, je m’enfoncerai davantage sous la terre. Je t’aime. Comme le ciel aime l’océan, je t’aime. »

Créons une carte à jouer contée

Pour cette séance, on va solliciter la créativité des enfants en leur proposant de confectionner une carte à jouer autour d’un conte de fée qu’ils auront choisi (on peut aussi mettre en place un tirage au sort pour avoir une plus grande variété de contes à présenter).

Vous distribuez des fiches au format A5 avec au recto une silhouette comme celle-ci par exemple:

silhouetteLes enfants n’ont plus qu’à habiller la silhouette qui prendra les attributs de leur personnage préféré, qu’il soit humain ou animal; c’est plus facile pour les plus jeunes, pas toujours à l’aise avec le dessin, question timing, cela permet de faire une carte complète en une séance d’une heure environ et chaque enfant part avec les mêmes conditions matérielles. Les plus rapides pourront aussi dessiner le décor du conte (forêt, château, compagnons etc).

Au verso, les enfants doivent nommer les éléments suivants:

  • nom du personnage (l’enfant peut évidemment choisir le héros du conte mais aussi un personnage secondaire)
  • titre du conte
  • lieu(x)
  • objet(s) magique(s)
  • amis ou famille
  • ennemis
  • etc

Une fois les cartes complétées, on propose aux enfants de raconter leur conte à l’aide de leur carte. Suivant l’âge des enfants, ils peuvent reprendre les catégories de la carte à jouer ou bien raconter à leur façon le conte. Vous aurez alors de bien belles surprises!

 

Printemps des Poètes 2017

bandeau_pdp

Du 4 au 19 mars prochain aura lieu le 19ème  Printemps des Poètes, avec, à l’honneur,  le continent africain et sa riche production francophone.

Et si on prenait le temps de lire, déclamer, écrire de la poésie ? On ne le fait jamais assez et les enfants aiment se confronter aux jeux de mots, aux rimes, aux sons … L’histoire du soir pourrait-elle laisser un peu de place au poème?

Jean-Pierre Siméon et son équipe proposent différentes références d’ ouvrages destinés au jeune public, des anthologies, des recueils magnifiquement illustrés:

415kmhgut2l-_sx336_bo1204203200_

61h34ehamyl-_sx419_bo1204203200_

rue-du-monde

canari

Sur le site du Printemps des Poètes, le répertoire d’actions permet aux enseignants, bibliothécaires et autres passeurs de poèmes de faire une agréable pause vitaminée, n’hésitez pas à  le piller au fil des années. Le Printemps des Poètes et son partenaire l’OCCE  invitent les établissements, de la maternelle au lycée, à participer à l’opération PhotoPoème, qui propose d’allier poème et production plastique ou graphique, photographie et numérique.

Le poème mis à l’honneur cette année est composé par Tanella Boni .

Comme un oiseau bleu
porteur de grains multicolores
dans un jour qui se meurt

je marche la parole haute
dans une forêt de lianes
sur une toile d’araignée

poème est mon nom d’initiation
espoir mon code passeur d’étoiles

Tanella Boni,
Extrait de « Jusqu’au souvenir de ton visage », Alfabarre / 2011

Mars débutera donc sous la chaleur saharienne, à l’écoute du « chant multiple des Afriques »*. On s’entrainera à prononcer le nom de l’immense Léopold Sedar-Senghor, et on réfléchira aux couleurs du frère blanc….pour commencer.

* J.P. Siméon, Introduction 19ème Printemps des poètes.

bandeau_pdp.png