Oooo la belle vie. Sans amour. Sans soucis. Sans problèèèème.

Aaaah ce que ça fait du bien un coup de cœur printanier…

belle vieDSC00190

Aaah la Belle Vie... Mais qu’est-ce au juste, demandez-vous, que cette Belle Vie? C’est une vie où rien  n’est impossible, évidemment. La vôtre si vous le  voulez. La vie que vous dessinerez. Alors attrapez donc la main que tend FLOC’H, sautez dans son livre et….

DSC00197

Enter a caption

tiens une maison dans les arbres,

ou allons faire une balade, en volant….DSC00196

…arrêtons nous regarder le paysage… des pyramides:DSC00198

Sinon, nous pouvons faire de la balançoire, ou faire la danse de la pluie…

DSC00200DSC00201

Il suffit de dire à cet auteur dessiné, ce mini Floc’h ce que nous désirons et hop…chuuut, tournons la page et voyons ce qu’il nous réserve: un thé dans un château Ecossais, une balade au jardin du Luxembourg, un lapin de compagnie, des glaces, une partie de tennis avec de grands noms l’Afrique, l’Asie… Qu’il est bon de se mettre dans la peau de cette petite fille curieuse pour se mettre à rêver…

« La belle vie c’est  se coucher dans un beau lit en écoutant une histoire…

-Dis moi, à propos de lit, ne serait-il pas temps de regagner ta chambre? »

DSC00202

Soyez sûr(e)s que je garde au chaud cet album grand format, d’une simplicité et d’une poésie à faire fondre les cœurs les plus durs pour le lire aux 3-6ans de l’animation « On raconte »  qui a lieu régulièrement sur le réseau des médiathèques de Villeurbanne – et parler avec eux de la Belle Vie! Ce livre est une déclaration d’amour à la magie de l’imagination et au génie des livres capables de nous faire voyager… En espérant vous avoir donner envie de voyager dans ces pages!

Album grand format – POUR TOUS

La Belle Vie de FLOC’H, éditions Seuil Jeunesse, Paris, 2014, 18 €

Guide de survie en forêt, brrrr!

Ce petit livret de rien du tout s’adresse « aux petits effrontés »…

Huit petits conseils pour ceux qui souIMG_9217haitent se rendre en forêt car….

on peut rencontrer les créatures terrifiannnntes des contes traditionnels…..

on peut croiser des animaux sauvages pas vraiment bienveillants….

A l’aide de quelques rimes malicieuses, Emilie Vivo distille des astuces dignes d’un indien d’Amérique….

Quant à Nathalie Varroit, elle illustre parfaitement le  comique des éventuelles rencontres!

Petit prix, petite édition, petit format mais grand plaisir!

Guide de survie en forêt, pour petits effrontés, Emilie Vivo, Nathalie Varroit, Auto-édition,  Avril 2015, Le Pont de Claix, 6€50.

 

Comics Crossover for ever

Cela fait quelques années maintenant que littérature jeunesse et adulte se mêlent, et dans la BD alors ???

Ça a commencé tout doucement quand on s’est aperçu que les adultes lisaient Harry Potter. En faisant grandir son héros au fil des tomes, JK Rowling avait bien compris comment garder ses lecteurs jusqu’à leur entrée dans l’âge adulte. Mais se doutait-elle pour autant que des millions de moldus bien plus âgés allaient s’emparer de son œuvre ? Puis, Twilight a lancé la mode du roman « crossover » qui n’a cessé depuis de prendre de l’ampleur. Dorénavant on ne compte plus tous ces romans qui ont fini dans certaines librairies par devenir un rayon à part entière.

Pour qualifier ce phénomène de nouveaux termes sont même apparus dans nos bouches : « crossover » et « young adults » sont devenus légion. Certains éditeurs y consacrent désormais des collections complètes, créant ainsi un genre voué à devenir une passerelle regroupant deux mondes : celui des enfants et des adultes. Les enfants acquièrent ainsi la sensation de lire des livres de vieux grands, tandis que les grands rajeunissent à coups de romans pour ados.

Est-ce un bien ou un mal de cloisonner ainsi ? En créant des espaces fermés, ne prive-t’on pas la « vraie » littérature pour adultes d’une public plus jeune ?  « De mon temps », dans les 80’s, on lisait ce qu’on avait car il n’y avait pas tout ce choix, ni toutes ces cases dans lesquelles on essaie de faire rentrer des textes. C’est comme ça qu’avec les livres de ma mère j’ai fini par passer certains étés avec Eric Orsenna au fin fond des bois en Amérique du nord ou avec la Bible (je jure que c’est vrai). Si je suis complètement honnête, je me demande si je n’aurais pas préféré m’éclater avec les Kinra girls.

Je me rappelle avec émotion qu’à l’époque dans la Bibliothèque rose et de la Bibliothèque verte, on écrivait encore au passé composé et on comprenait quand même ce que ça voulait dire. Dedans, il y avait des « bicyclettes » et des « transistors » ! Maintenant je crois qu’il y a des Ipad et que c’est tout au présent (pour ne pas perdre le lecteur en route…) Des fois qu’il ait besoin d’une vieille tante pour expliquer qu’un transistor n’est pas un médicament… Vous pouvez lire à ce sujet cet article à la fois drôle et désespérant dont rien que le titre est un hommage hilarant à la série d’Enid Blyton : Le club des cinq et la baisse de niveau.

Et dans la BD alors ? Car, oui, je comptais bien vous parler de BD aujourd’hui. Ce qui m’amène à vous parler de tout ce bazar aujourd’hui c’est Craig Thomson et sa nouvelle BD Space boulettes.

https://i1.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782203099913_1_75.jpg

Quand on a l’ouvrage entre les mains (feuilletez-le), il faut peu de temps pour comprendre que cette histoire s’adresse à tous et qu’il n’y a pas d’âge pour entrer ans cette aventure bouillonnante et spatiale. Comme le dit si bien une mienne proche connaissance :

Une lecture délicieusement régressive, avec tout le pétillement, toute l’inventivité de la jeunesse, accompagnée par un dessin juste parfait, avec des couleurs sublimes, une narration d’une efficacité absolue !… Craig Thompson, que je vénère depuis la lecture de Blankets, prouve plus que jamais son immense talent, qu’il n’enferme pas dans un seul genre.
De 10 ans à… non, sans limite d’âge, lisez Space Boulettes !!

Alors je me suis dit qu’il y avait urgence à rédiger un article qui mettrait en valeur toutes ces BD que j’aime et que je considère comme des passerelles.

Rien que depuis le début d’année, j’en identifie un bon nombre qui permettent d’offrir sans crainte un chouette album à des ados ou jeunes adultes (ou à qui vous voulez si vous avez compris mon charabia en intro). Roulements de tambour…

Et les gagnants sont :

Lumberjanes, de Stevenson, Ellis, Watters et Allen. Paru chez Urban kids en février 2016, 14 €.

https://i0.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/small_image/260x350/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782365778008_1_75.jpg

De tous les titres présentés dans cet article, c’est le seul à paraître dans un label pour enfants (Urban kids) mais cette bd punchy est à lire par tous ! 5 jeunes filles scouts au caractère bien bien bien trempé assistent à de drôles de phénomènes dans la forêt où elles campent. Bon, ok, elles font pas mal de bêtises et ne sont pas un exemple à suivre à tous les coups mais qu’est-ce qu’on se marre et on n’a pas le temps de s’ennuyer. Vraiment chouette, neuf, frais, c’est la coolitude incarnée. Un souffle nouveau sur la BD pour ados. Lumberjanes a été nominée aux Eisner Awards comme meilleure publication pour adolescents et comme meilleure création originale pour la jeunesse aux Harvey Awards. C’est loin de chez nous, mais croyez-moi c’est pas rien ! D’autres titres à venir (yes!)

Ms. Marvel de Wilson et Alphona. Tome 1 paru en février 2015 (3 volumes pour l’instant), 14.95 €.

https://i1.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782809447637_1_75.jpg

Le renouveau de la super-héroïne est incarné par Kamala Khan, jeune pakistanaise musulmane qui prend les traits de Ms. Marvel bien malgré elle. En pleine crise d’adolescence Kamala se pose beaucoup de question notamment sur son identité et la religion. Une BD qui allie astucieusement vengeance, pouvoir et tourments adolescents. Avec en prime des illustrations faciles d’accès et lumineuses. Ms Marvel devrait attirer de nombreuses jeunes filles vers le comics ! Dans la série « j’ai obtenu un prix qui a de la gueule », Ms. Marvel a gagné le prix de la meilleure série à Angoulême en 2016…

Antoine et le fille trop bien, d’Alexandre Franc. Paru chez Sarbacane en avril 2016, 13.90 €.

https://i0.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782848658681_1_75.jpg

Alors, là je ne vais pas trop me fouler car j’ai déjà écrit il y a quelques jours un article qui dit tout le bien que j’en pense !

Les contes de la ruelle, de Nie Jun. Paru chez Gallimard en mars 2016, 18€.

https://i0.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782070663996_1_75.jpg

Mais regardez-moi cette jolie chose que voilà ! Sous la forme de plusieurs courtes histoires au charme fou, on ne peut que se laisser envelopper par la douceur de cet album dont les couleurs douces et la poésie vous transportent au fond de cette ruelle (qui n’a rien de glauque). Un album enchanteur à mettre entre les mains de tous, mêmes les toutes petites mimines d’enfants de 8 ans si on a envie. Un livre qui fait un bien fou ! Et qui n’a pas encore eu de prix à ce que je sache…

La ballade de Sean Hopper, Christophe Merlin (adaptation du roman de Martine Pouchain paru aux éditions Sarbacane). Paru chez Sarbacane en mars 2016,

https://i0.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782848658650_1_75.jpg

Sean Hopper n’est pas un rigolo. Colérique, fiévreux, torturé, ce gars vous fera passer par de multiples émotions contradictoires. Lorsqu’il côtoie la mort, cette ballade âpre devient lumineuse. Happée de bout en bout par cette rédemption, je ne peux que recommander vivement cet album vibrant à tous ceux qui aiment les histoires de vies torturées et habilement écrites. Un récit raconté par un petit gars à la rude vie mais qui ne cesse d’espérer une issue heureuse. Bouleversant et empli d’espoir.

Le journal d’Anne Frank, d’Ozanam et Nadji. Paru aux éditions Soleil en mars 2016, 17.95€.

https://i0.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782302048881_1_75.jpg

Cette adaptation de la première version du journal d’Anne Frank est subtile dans tous ses aspects. Le choix des teintes délicates retranscrit parfaitement l’enfermement de la cachette sans pour autant nous oppresser. On croit tout savoir d’Anne Frank mais on la découvre tout à tour espiègle, grognon, polie, amoureuse, trépignante, joueuse, optimiste… Une jeune fille étonnante qui confie librement ses pensées entre 13 et 15 ans, des écrits plein d’esprit qu’on redécouvre avec émotion.

Voilà du côté des nouveautés mais je ne peux écrire un article sur le sujet sans mentionner le phénomène Lastman initié il y a maintenant 3 ans par Balak, Vivès et Sanlaville. Série tonitruante qui brasse les genres de manière efficace et inattendue que je ne conseille toutefois pas avant 13 ou 14 ans.

https://i0.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782203090958_1_75.jpg

Parmi les titres plus anciens mais qui sont pour de formidables passerelles vers l’âge adulte je citerais :

Nonnônba, de Shigeru Mizuki. Publié chez Cornélius, 33.50€. Une nouvelle édition cartonnée est prévue pour tout bientôt, soyez patients !

Couverture nonnonbaî

Gagnant d’Angoulême en 2007, ce livre est un chef d’œuvre et figure dans mon top 10 de tous les temps. Un pavé plein de malice et de monstres yokaï, une grand-mère facétieuse et un petit garçon inoubliable. Parfait pour tous les récalcitrants du manga.

Couleur de peau : miel, de Jung. Paru aux éditions Soleil en septembre 2007, 17.95€. (3 volumes parus).

https://i1.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782849469507_1_75.jpg

L’autobiographie sans fard de Jung, enfant coréen adopté par une famille de belges. Un récit qui émeut et fait se poser plein de questions sur la filiation et la parentalité. Mais c’est avant tout le récit d’une enfance et adolescence, faites de complicité/rivalité avec sa fratrie. Bouleversant et attachant juste comme il faut. Je vous recommande par la même occasion le film d’animation tiré de la BD.

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill, de Regnaud et Bravo. Paru aux éditions Gallimard en juin 2007, 16€.

https://i0.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782070572991_1_75.jpg

Doit-on tout dire aux enfants, même le plus tragique ? Ici le jeune héros s’invente une maman qui vit en Amérique (na !). Tout le monde aura compris qu’il n’y a personne en Amérique mais cette BD aborde délicatement un thème compliqué sans tomber dans le pathos, comme on dit… Et puis c’est si joliment illustré.

Manuel du puceau, Retour au collège et autres Riad Sattouf tels que La vie secrète des jeunes pour tous ceux qui se posent des questions sur l’acné, l’éjaculation nocturne et autres tourments adolescents… Fous rires garantis !

https://i1.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782844143129_1_75.jpg

 

Drôle de canapé…

CE-QUON-A-TROUVÉ_couv

Ce modeste post pourrait s’intituler « dans quel état j’erre ?? » tellement le récit de Henry Clark est décalé, loufoque et du coup très original. River, Freak et Fiona – trois adolescents plutôt lambda, on va dire – vivent non loin d’une ancienne exploitation de charbon, Hellsboro, condamnée pour cause d’émanations toxiques et de feux souterrains. Du coup, la population s’est exilée et cette zone est devenue désertique. Un matin, en rejoignant leur arrêt de bus, les trois compères découvrent un canapé – posé là comme par enchantement, peut-être abandonné ? Au creux des coussins, ils trouvent quelques objets, dont le fameux crayon couleur courgette, qui vont les amener à rencontrer leur voisin excentrique, Alf (j’y aurai même vu une allusion à la série américaine des années 80′). Ce dernier va alors les emporter dans une « drôle » d’aventure, dans un monde insoupçonné où les canapés sont en fait des objets connectés, où un dictateur venu de la planète Indorsia a pour ambition de manipuler l’esprit des humains via les téléphones portables, où Hellsboro se révèle en fait être un passage vers une autre planète, où Guernica n’est pas un célèbre tableau de maître mais une IAC (intelligence artificielle caractérielle – génial !) … et où nos trois héros seront les opposants (vous vous en doutez) de cette machiavélique organisation. D’où ce titre si explicite : « Ce qu’on a trouvé dans le canapé puis comment on a sauvé le monde ! »

Un récit de science-fiction, comme je l’ai déjà dit, un brin extravagant, parfois ahurissant et surtout très humoristique. Pour certains, c’est un petit « pavé », presque 363 p. mais j’avoue que ça se lit plutôt bien, un rythme s’accentuant et un suspense qui nous tient jusqu’au dénouement. Parfois, quelques détours dans les descriptions, qui m’ont semblé en surplus mais rien de décourageant. Et une nouvelle raison qui fait que quand j’ouvre un roman pour ados de la maison d’édition « Les Grandes Personnes« , c’est pour être surprise, c’est pour m’amuser, c’est pour me rendre compte (encore et encore) que la littérature permet toutes les aventures, et surtout l’invraisemblable, le « déconnecté ». Ça fait du bien de temps en temps, de dé-lirer !

Je recommande donc cet OLNI à partir plutôt de 14-15 ans, pour des passionnés de mondes irréalistes. Lecteurs trop sérieux et trop cartésiens, s’abstenir😉

« Ce qu’on a trouvé dans le canapé, puis comment on a sauvé le monde », de Henry CLARK. Les Grandes Personnes, 2015. 16,50€

Ce roman est le premier de Henry Clark… à quand le second ?

Parce qu’ils le valent bien, un petit tour du côté des Grandes Personnes, qui sont tout compte fait de « Grands » enfants : http://www.editionsdesgrandespersonnes.com

DSCN4281

Ce qu’on a trouvé dans le canapé… sur mon canapé ! Rien à voir…

Antoine et la fille trop bien

On est encore un peu loin des vacances d’été mais…

-Imaginons que vous ayez un(e) ado dans les parages qui raffole des albums de Max de Radiguès : 520 km et Un été en apnée.

-Supposons que pour une raison que vous seul connaissez, vous ayez envie de lui faire plaisir en lui offrant une BD dans le même esprit.

-Partons du principe que votre libraire (ou votre blogueur) vous a déjà forcément convaincu d’offrir Cet été-là. Deux solutions s’offrent à vous : filer rattraper le temps perdu en acquérant l’album des cousines Tamaki ou bien fouiner encore parmi les nouveautés.

Dans ce cas, tout frais sorti des cartons, je ne peux que vous recommander de sauter sur Antoine et la fille trop bien d’Alexandre Franck publié chez Sarbacane (13,90€).

image

Antoine vit dans une famille aisée et passe ses étés dans une grande demeure avec ses parents de droite. Lui, la droite ou la gauche il s’en fout un peu. Son truc c’est Einstein et la relativité. Un intello en somme, mais plutôt cool. Avec les filles, c’est le néant. Quand débarque Adèle, la fille d’amis (de droite) de ses parents, Antoine se sent grandir d’un coup. MAIS débarque son grand frère, l’affreux et malpoli Alexandre qui revient de pension pour mettre le boxon. Vacances houleuses, vacances heureuses ? En tout cas pas le temps de s’ennuyer avec cet énergumène dans les pattes. La mère frôle l’infarctus à chaque instant en compagnie de ce fils maudit. Antoine, qui avait déjà tendance à s’effacer, devient transparent en présence de cet aîné diabolique.

Je recommande vivement cet album aux ados et aux adultes qui préfèrent revivre leur pénible adolescence en lecture plutôt qu’en vrai (ouf, ce n’est pas possible) !

 

 

 

Atelier philo

L’atelier philosophique est une activité qui permet d’aborder avec les enfants des thèmes extrêmement variés, avec pour objectif d’apprendre à se poser des questions, à développer un sens critique et à s’ouvrir au débat. Il n’est pas conçu pour apporter d’emblée des réponses mais pour les faire naître par la confrontation aux autres grâce à l’échange d’avis. Pour amorcer ce type de dialogue, voilà quelques documents à exploiter à la maison, en classe, durant les TAP ou encore à la bibliothèque afin de construire ses séances et qui présentent diverses approches.

Côté Jeunesse

Outre le développement des bibliographies thématiques autour de notions philosophiques (la différence, la vie et la mort, le bien et le mal, la liberté etc ) apparaissent de nouvelles collections de récits philosophiques tels que « Les contes philosophiques » chez Actes sud junior. Ci-dessous quelques collections de documentaires destinés aux enfants:

Oscar Brenifier signe notamment plusieurs collections tournées vers la philosophie:

l'amour selon Ninon Oscar Brenifier

Petits albums de philosophie chez Autrement

Ninon se pose beaucoup de questions et interroge son entourage pour essayer d’y voir plus clair. Mais chaque début de réponse pose une nouvelle question…

l'amour et l'amitié

Philozidées, Philozenfants et Les Petits philozenfants chez Nathan

Tous ces titres constituent une initiation au questionnement et proposent d’aider les enfants à se construire et à devenir des citoyens avertis, autour de pistes de réflexion pour construire sa propre pensée sur la vie, sur soi, sur les autres aussi.

grandes questions philo

Les grandes questions philo des 7-11 ans volume 1 et 2 chez Bayard

Ces 30 questions de philosophie, initialement publiées dans le journal Astrapi à la rubrique « Pense pas bête », s’efforcent de répondre aux questionnements des enfants, en partant de leur quotidien et montrant qu’il existe plusieurs réponses possibles. L’enfant peut ainsi se forger sa propre opinion sur la mort, la vie, l’amitié, l’argent, la peur, la beauté, la justice, le rire etc.

les petits platons Edwige Chirouter

Edwige Chirouter chez Les petits Platons

Cette collection éponyme est destinée aux enfants et adolescents. Les titres, écrits par des philosophes de métier, abordent sous la forme de fictions d’une soixantaine de pages la vie et l’œuvre des grandes figures de la pensée. Nous vous invitons à découvrir tout particulièrement les ouvrages signés Edwige Chirouter, universitaire dont les recherches portent sur la philosophie avec les enfants et la littérature de jeunesse.

Philo-fables Michel Piquemal

Michel Piquemal et ses Philo-fables chez Albin Michel Jeunesse

Il est ici question de faire de la philo avec les 8/9 ans par le biais de 60 courtes histoires, fables, paraboles ou contes. Les enfants ont soif de questionner en grand, de « philosopher » et de réagir à des thèmes essentiels. Nous avons délaissé la philosophie classique européenne qui ne raconte pratiquement pas d’histoires (elle préfère définir des concepts, des notions) et nous sommes allés puiser dans les traditions du monde entier ; nous y avons trouvé des histoires qui amusent, étonnent et donnent à réfléchir sur l’amitié, le bonheur, la justice, le droit, le destin, la mort, la vérité, le détachement, la pauvreté… Chaque histoire est : introduite par deux ou trois mots-clés, resituée dans son origine, suivie d’un court questionnement qui apostrophe le lecteur : « Dans l’atelier du philosophe », + une introduction + un sommaire des titres + un index des mots-clés dixit l’auteur.

piccolophilo

Série Piccolophilo de Michel Piquemal et Thomas Baas (ill.) chez Albin Michel Jeunesse

Les aventures de Piccolo sont riches d’enseignements, tandis que les jeux proposés en complément des histoires apportent d’utiles éléments pour tester et réfléchir sur ces sujets.  Un album pour aider l’enfant à grandir et se construire et pour favoriser les échanges, la communication entre les membres de la famille, entre l’enfant et les autres. Destinée aux 5-8 ans.

Les-goûters-philo

Collection « Goûters philo », Brigitte Labbé, Michel Puech, Milan

« En 1999, Brigitte Labbé et moi sommes partis de l’idée que la philosophie n’était pas réellement accessible à tous, qu’il fallait inventer un moyen de la transmettre en sortant complètement des habitudes et des codes du lycée, des examens, des manuels » explique Michel Puech sur son site. Ces petits volumes sont beaucoup utilisés en classe et vous retrouverez ainsi en fin d’ouvrage quelques conseils pour organiser un goûter philo réussi.

les-ptits-philosophes

La BD Les P’tits philosophes publiée dans Pomme d’Api ou rassemblée dans deux recueils chez Bayard

Les 2 tomes rassemblent les principales questions philosophiques parues dans la rubrique « Les P’tits philosophes » du magazine Pomme d’Api. Fruit de la collaboration de philosophes, de pédagogues et d’auteurs pour la jeunesse, chaque question a fait l’objet d’une conversation avec de jeunes enfants pour être le plus juste possible. Chaque thème a été complété par des citations de philosophes, des sagesses ou des proverbes qui pourront nourrir et approfondir la réflexion.

Côté DVD

ce n'est qu'un début

Ce n’est qu’un début, Jean-Pierre Pozzi et Pierre Barougier, 2010  

Documentaire adulte

Ils s’appellent Azouaou, Abderhamène, Louise, Shana, Kyria ou Yanis, ils ont entre 3 ans et 4 ans quand ils commencent à discuter librement et tous ensemble de l’amour, la liberté, l’autorité, la différence, l’intelligence… Durant leurs premières années de maternelle, ces enfants, élèves à l’école d’application Jacques Prévert de Le Mée-sur-Seine, dans une ZEP de Seine-et-Marne, ont expérimenté avec leur maîtresse, Pascaline, la mise en place d’un atelier à visée philosophique.

Plusieurs fois par mois, assis en cercle autour d’une bougie allumée par Pascaline, ils apprennent à s’exprimer, s’écouter, se connaître et se reconnaître tout en réfléchissant à des sujets normalement abordés dans le système scolaire français en classe de… terminale. Il n’y a plus de bon ou de mauvais élève lors de ces moments privilégiés : juste de tout jeunes enfants capables de penser par eux-mêmes avec leurs mots à eux, pleins de spontanéité, de bon sens et de poésie. Et qui font déjà preuve, parfois, d’un incroyable esprit citoyen.

c'est quoi l'idée

C’est quoi l’idée ? Tanguy de Kermel, 2013
D’après l’œuvre originale d’Oscar Brenifier et Jacques Després
DVD (volume 1 et 2)

C’est quoi l’idée propose 26 sujets de 5 min traités avec originalité pour mieux comprendre et apprendre à penser l’abstrait : la Liberté ; les Adultes ; Grandir ; Les Règles ; La Liberté ; La bagarre etc. Avec l’aide d’Hugo, un personnage à l’insatiable curiosité, C’est quoi l’idée accompagne l’enfant dans le cheminement de sa pensée autour de grandes questions existentielles.

qui voilà + coucou nous voilà

DVD fiction Jeunesse Qui voilà + Coucou nous voilà, Jessica Laurén, 2011

Au sein d’un univers aux couleurs pastels, Nounourse et ses amis jouent, se bagarrent et se réconcilient. Sur des sujets réalistes teintés d’humour, voici 8 histoires pour aborder le quotidien des tout petits : dormir pour la première fois chez un copain, être malade, être le meilleur, faire le ménage, avoir un petit frère…D’après les albums de Stina Wirsén.

Côté Adulte

Aborder-la-philosophie-en-classe-a-partir-dalbums_822

Aborder la philosophie en classe à partir d’albums de jeunesse, Edwige Chirouter, Hachette édition, 2011

Parce que la littérature, à travers la fiction, nous offre une pensée sur le monde et la condition humaine, elle permet aux élèves d’apprendre à réfléchir rigoureusement sur les grandes interrogations philosophiques. Alors, pourquoi ne pas amener les élèves de l’école élémentaire à penser par eux-mêmes à partir de la littérature de jeunesse ? Tel est l’objectif de cet ouvrage qui se propose de mettre en place des ateliers de réflexion philosophique dans les classes. À partir d’un large choix bibliographique permettant des mises en réseau d’ouvrages de littérature de jeunesse sur les questions philosophiques, il offre des progressions précises à organiser sur une année scolaire: « l’amitié, l’amour et la différence », « grandir, vieillir, mourir », « l’art et le beau », « l’ignorance et la connaissance » et « le travail et l’argent ». 

Un même dispositif est mis en place:

– constitution d’une bibliographie sur le thème choisi

– mise en réseau et lecture des livres dans la classe pour préparer la séance qui a lieu quelques jours après

Pour chaque thème traité, on trouve une introduction comprenant quelques repères notionnels, la culture littéraire commune à la classe (=choix de textes lus et à disposition des élèves), pour aider les élèves à penser (=questions que l’enseignant peut utiliser pour aider les élèves dans leur réflexion), 4 séances à réaliser en classe, 1 bibliographie complémentaire sur le thème abordé. Pour prolonger ce travail, certains outils peuvent être mis en place: un cahier de philosophie (pour écrire ses idées, garder la trace de ce qui a été dit pendant la discussion, donner son sentiment, garder en mémoire ce que l’ont veut exprimer lors de la prochaine séance etc),  la production d’affiche, l’exposition de dessins, l’écriture d’un texte (album, recueil de réflexions, conte philosophique)

Enfin,ne ratez pas la belle bibliographie générale autour de la philo à l’école primaire en fin d’ouvrage!

Côté idées et outils

Pour terminer, encore d’autres conseils pour mettre en place un atelier philo avec des enfants, on vous renvoie à l’activité « Goûter philo » tirée de La bibliothécaire jeunesse : une intervenante culturelle : 60 animations pour les enfants de 18 mois à 11 ans, Dominique Alamichel, 2006 (attention, l’animation ne figure plus dans la nouvelle édition!)

A noter, la collection « Philo et citoyenneté » à L’Initiale. Pour accéder aux fiches philo destinées aux 5/8 ans, rendez-vous sur le blog de L’Initiale! Chaque fiche correspond à un livre édité par L’initiale. On pourra donc s’appuyer sur l’album pour débattre ensemble.

l'initiale

J’aime bien aussi l’idée d’Isabelle Léger de l’excellent blog Ecole Petite Section proposant aux enfants de dessiner pendant le débat. Elle a pu constater que cela les aidait à mieux se concentrer et que les enfants participaient plus. Comme quoi : on peut faire deux choses à la fois !

Vous avez déjà mis en place ce type d’activité?! Vous exploitez d’autres outils philosophiques?Partagez avec nous votre expérience!

IMG_1081-0

Charlotte et les autres

Pour beaucoup d’entre vous la ville de Sevrier n’évoquera pas grand-chose. Si je précise : au bord du lac d’Annecy ; vous devez déjà mieux situer. Au cas ou vraiment ça ne vous dirait rien du tout voilà de quoi vous faire une petite idée :

 
C’est donc au bord de ce lac idyllique que se tiendra les 23 et 24 avril 2016 la 4e édition du festival Sevrier BD. Cette année le festival s’ouvre davantage aux auteurs pour la jeunesse et nous sommes très fiers de vous annoncer la venue de …

 


Images de Charlotte Gastaut

Et oui, vous ne rêvez pas ! Charlotte Gastaut sera bien parmi les invités du festival et sera entourée d’autres auteurs pour la jeunesse.

Parmi eux la scénariste Flora Grimaldi qui écrit pour les enfants et les ados :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On comptera aussi parmi les invités Nauriel, illustratrice de la série Nanami 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yrgane Ramon, sera là aussi en présence de la fameuse Cath (et son chat)…

CATH-ET-SON-CHAT-T5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La journée du vendredi, réservée aux enfants des environs sera animée par Elodie Balandras illustratrice pour la jeunesse mais aussi  coloriste notamment de la série des Quatre soeurs de Malika Ferdjoukh.

Illustration de Cati Baur mise en couleur par Elodie Balandras.

Pour les plus jeunes Camille Dubois dédicacera ses célèbres Zoé la princesse parfaite !

 

En parlant de Zoé, il y en aura une autre en compagnie de son scénariste Laurent Dufreney :

zoé

Pas d’inquiétude si vous n’avez pas d’enfants parfaits vous pourrez toujours leur offrir un Mortelle Adèle signé par Miss Prickly

mortelle-adele-jaime-lamour-tome-4-mr-tan-mis-L-JXR5k2

 

 

Pour la première fois cette année le festival proposera des animations pour les bébés et les enfants.

Le matin vous pourrez emmener vos bébés assister à la lecture du conte en tissu tiré de l’histoire de Stephane Servant Le Machin. 

 

Le conte présenté est celui qui sera utilisé lors du festival. Vous pouvez le louer sur le chouette site de l’association Passerel. Spectacle dès 1 an.

Pour les plus grands, des séances de kamishibai rythmeront les après-midis, notamment avec l’histoire d’Anuki le petit indien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce superbe Kamishibai Anuki est en vente sur le non moins super site La bulle que je conseille à tous les professionnels du livre.
Cet article ne vous raconte pas tout mais uniquement le programme jeunesse, tous les renseignements sur les auteurs invités sont sur le site de Sevrier bd !

Le festival se tiendra au complexe d’animation de Sevrier au 2000 route d’Albertville. Ouvert le samedi de 10 à19h et le dimanche de 10 à 18h.

Tarifs d’entrée : gratuit pour les moins de 12 ans, 1€ pour les 12/18 ans, 3 € pour les adultes.

affichesevrierbd2016facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustration de Rubén Pellejero, illustrateur du nouveau Corto Maltese et invité d’honneur du festival SEVRIER BD 2016 (rien que ça!)