Les lois de l’été turques

Le printemps dernier, j’ai eu la chance de découvrir la ville d’Istanbul accompagnée d’un couple d’amis qui vit & travaille là-bas temporairement. J’ai été très curieuse de découvrir les librairies stambouliotes et notamment l’une d’elle spécialisée en jeunesse. Tout en sachant que visiter une ou deux boutiques n’est pas représentatif de la production turque, j’ai été déçue de constater que la plupart des ouvrages (les albums en particulier) est issue de traductions (beaucoup de titres anglo-saxons et même – cocorico – quelques français).

Mon cher & tendre a eu un coup de cœur pour un album signé Shaun Tan, un artiste australien dont le coup de pinceau ne m’était pas inconnu

De retour à la maison, il y a eu de nombreuses lectures de l’album à notre p’tit bout et ne parlant pas du tout turc, il faut bien avouer que cela s’apparentait vraiment pour le papa comme pour la maman à un langage inventé de toutes pièces mais ça n’a pas empêché notre fils de nous réclamer encore et encore ce livre, dont la magie a beaucoup résidé dans les mystérieuses, oniriques, surréalistes illustrations de Shaun Tan. Et c’est tout un scénario qui s’est construit dans chacune de nos trois têtes autour d’Asla neden diye sorma

Les deux adultes parents que nous sommes ont pourtant fini par faire quelques recherches pour enfin dénicher une version française et découvrir le texte en français.

C’était une belle expérience littéraire que de s’approprier un ouvrage par les images associées à des sonorités inconnues tout en se démarquant de la lecture d’un album sans texte pourtant…

Les lois de l’été, Shaun Tan, Gallimard jeunesse, 2014

Asla Neden Diye Sorma, Shaun Tan, Desen, 2015

Nos amis, qui apprennent le turc, étaient très enthousiastes à l’idée de proposer leur propre traduction de l’album. Il faut dire que la mise en page invite à écrire à même les feuilles… En attendant la version des copains, nous avons retranscrit la traduction française sur notre exemplaire stambouliote. Nous pourrons alors faire un petit exercice de comparaison d’ici quelques temps!

Au moment de publier ce post, quelle ne fut pas ma joie de tomber sur un album turc traduit en français, coup de cœur des éditions Rue du Monde…

 

Moi, j’adore la pluie, Ozge Bahar Sunar, Ugur Altun, Laurana Serres-Giardi (trad.), Rue du monde, 2019

A la moindre goutte d’eau tombée du ciel, les rues se vident, les portes se ferment… tout le monde court se mettre à l’abri parce que personne n’aime la pluie ! Alors, Madame la Pluie boude ! Vexée d’être si mal considérée, elle décide de disparaître à jamais. Certes, les habitants profitent allègrement du grand soleil, mais, de jour en jour, l’herbe vire au jaune, l’eau se raréfie et… une petite fille est même privée de son plus grand plaisir, danser sous la pluie ! Au cœur de l’album, le lecteur découvre en effet le secret de cette fillette, qui va réussir à faire revenir la pluie : ses oreilles ne fonctionnent pas. 
N’entendant aucun son, elle ne peut danser que portée par le rythme des gouttes de pluie que son corps perçoit. C’est cette sensation magique qui la fait si magnifiquement danser… Quel bonheur que la pluie revienne pour cette fillette… mais quelle chance aussi pour les fleurs, les arbres et les poissons rouges du bassin ! Ce Coup de cœur d’ailleurs venu de Turquie nous raconte dans un style graphique très contemporain une histoire riche autour de la pluie, cet élément vital pour la nature et les humains, mais il nous fait aussi réfléchir au handicap, pour le bien de tous.

Yağmur Adam ve En Güzel Dans,Özge Bahar Sunar, Uğur Altun, Redhouse kidz, 2019

Une petite vidéo pour vous donner une idée de l’ouvrage! Dommage qu’on n’entende pas la lecture en langue turque…

Publicités

Sous la neige

A chaque saison, sa racontine, ce mois-ci nous voilà « sous la neige » avec les tout-petits de 0-3 ans accompagnés de leur maman/papa, assistante maternelle ou bien avec la crèche.

En introduction, notre comptine rituelle:

Qui se cache dans mon dos,

Ce sont mes p’tites mains coquines

Qui se cache dans mes mains,

Ce sont mes p’tits doigts coquins

Qui se cache dans ma bouche,

C’est ma langue qui bouge

Qui se cache dans mon sac,

Ce sont mes histoires de neige!

Lecture Neige, Kaori Tajima, Lirabelle, 2013 (existe au format livre & kamishibaï)

Chanson « Neige neige blanche »

Neige neige blanche (regarder en l’air et tendre les mains)

Tombe sur mes manches (se frotter les bras)

Et sur mon tout petit nez (se toucher le nez)

Qui est tout gelé

Neige neige blanche (regarder en l’air et tendre les mains)

Tombe sur ma tête (se frotter la tête)

Et sur mes très gros souliers (bouger les pieds)

Qui sont tout mouillés

Neige neige blanche (regarder en l’air et tendre les mains)

Viens que je te mange (se frotter le ventre)

Pose toi tout doucement (ouvrir les 2 mains en coupe)

Comme un p’tit fondant (Mmmmm)

 

Lecture Il a neigé ce matin, Steffie Brocoli, Mango Jeunesse, 2018

(album sans texte sur lequel on a proposé des devinettes à chaque double page pour présenter l’animal à découvrir sous le volet. On peut signer l’animal en langue des signes mais cette année, j’ai « joué » les couleurs de l’animal à l’aide d’un métalonotes)

Il marche sur 2 pattes. Regardez bien ses traces dans la neige. Il est couvert de plumes et caquette dans la basse-cour où chaque jour il pond un œuf. L’animal se cache derrière cette feuille pour se protéger du froid. Qui est-ce ? La poule

Il se déplace à 4 pattes, regardez bien ses traces dans la neige. Il est recouvert de poils durs, piquants et hérissés. Lorsqu’il est effrayé, il se met en boule pour se protéger. Là, il vient se blottir contre ce beau buisson pour se réchauffer. Qui est-ce ? Le hérisson

Lui aussi il a 4 pattes très courtes, regardez bien ses traces dans la neige. Il est couvert de poils raides, rayés, noirs et blancs. L’hiver, il creuse un profond terrier pour rester au chaud. Pour le moment, vous ne le voyez pas parce qu’il est caché derrière cette pierre. Qui est-ce ? Le blaireau

Lui, lui, lui, il vit aussi dans les bois, regardez bien ses traces dans la neige. Son pelage est roux avec une grande queue en panache. Ce qu’il aime par-dessus tout, c’est chasser les poules ! On dit qu’il est rusé…La preuve, il s’est dissimulé derrière la bûche. Qui est-ce ? Le renard

Lui, ses 4 pattes sont fines et agiles à la course, regardez bien ses traces dans la neige. Sa taille est élancée et son allure majestueuse. On le reconnait à sa tête garnie de bois. Il vient s’abriter derrière ce parterre de fleurs. Qui est-ce ? Le cerf

Luuiii, avec son pelage brun, il est grand et fort, regardez bien ses traces dans la neige. Lorsqu’il est en colère, il se dresse sur ses 2 pattes arrière. Avant de rejoindre sa tanière, il se tapi sous ce rocher. Qui est-ce ? L’ours

 

Lecture Dans les pas de papa, Sabine De Greef, L’école des loisirs, 2010

Cet album nous a inspiré plusieurs supports de racontée mais que l’on n’a pas pu réaliser pour ces séances en raison d’un manque de temps…Mise en scène grâce à un théâtre d’ombres inspirée par les compléments pédagogiques sur le site de l’éditeur, véritable parcours moteur autour du récit…voilà quelques pistes qu’on ne manquera pas de creuser ultérieurement!

 

Lecture chantée Dans sa maison un grand cerf, Jutta Bauer, L’école des loisirs, 2012

Mise en scène à l’aide de marionnettes à doigts

 

Lecture A travers la vitre, Saori Kamino, Lirabelle, 2012 (existe au format livre & kamishibaï)

Possibilité de prolonger la lecture par une activité avec une plaque de plexiglas où l’on appliquerait de la mousse blanche afin que le tout-petit reproduise le récit et/ou fasse ses propres expérimentations sensorielles.

 

 Chanson « L’hiver est tout blanc » de Raymond Fau (chant du refrain uniquement)

L’hiver est tout blanc, tout blanc, tout blanc.
L’hiver est tout blanc de givre et de neige
L’hiver est tout blanc, tout blanc, tout blanc
Papillons de neige volant dans le vent.

 

Comptine accessoirisée d’après : Dans la neige j’ai ramassé, Caroline Pellissier, Antonin Louchard, Editions Thierry Magnier, 2006

Matériel nécessaire: 1 feuille noire, 1 pinceau, colle, éléments en papier pour représenter le bonhomme de neige, farine (talc, sable blanc etc), bâche pour protéger l’espace ainsi qu’une grande bassine

Encoller la feuille juste avant de proposer la comptine en suivant la silhouette d’un bonhomme de neige. Placer la feuille dans une bassine emplie de farine symbolisant la neige. Réciter la comptine.

 

Dans la neige j’ai ramassé…

Ce matin, dans la neige, j’ai trouvé un grand chapeau noir et je l’ai ramassé

J’ai trouvé une belle carotte et je l’ai ramassée

J’ai trouvé une pipe et je l’ai ramassée

J’ai trouvé 2 gros marrons et je les ai ramassés

J’ai trouvé 3 cailloux et je les ai ramassés

J’ai trouvé une longue écharpe rouge et je l’ai ramassée

J’ai trouvé un vieux balai et je l’ai ramassé aussi

Ramasser successivement les différents éléments en papier qui étaient dispersés dans la bassine et les mettre de côté en questionnant les enfants:

Chez moi, dans mon jardin, j’ai tout étalé, j’ai regardé, j’ai réfléchi…

Soupir et souffle sur la feuille

C’est une silhouette toute blanche toute ronde

Un bonhomme élégant

C’est un bonhomme de neige !

Avec l’aide des enfants selon leur âge, placer alors les différents éléments en papier sur la feuille pour habiller la silhouette du bonhomme de neige magiquement apparue…

 

 

Chanson « Il neige, il neige il neige » (sur l’air de il était une bergère)

Il neige (X3)

et ron et ron, des flocons tout ronds
Il neige (X3)

des p’tits bedons tout ronds (X2)

Volez flocons de neige
Et ron et ron, volez tous en rond
Volez flocons de neige
Comme des papillons ron ron (X2)

Dansez flocons de neige
Et ron et ron, dansez tout en rond
Dansez flocons de neige
En joyeux tourbillons ron ron (X2)

 

Lecture : Lutin des bois, Philippe Ug, Les grandes personnes, 2015

Livre pop-up lu à 2 voix

 

Jeu de doigts « Clic clac, dans tes mains »

Clic clac, dans tes mains
Ça les réchauffe, ça les réchauffe
Clic clac, dans tes mains
Ça les réchauffe vite et bien !

Si mes histoires vous ont plu, applaudissez !

Une ribambelle d’histoires

Place à une ribambelle d’histoires pour ce second épisode de « Je lis, tu dessines ».

Pour rappel, cette année, il y a un rendez-vous avec le groupe des 6-11 ans d’un des centres de loisirs local. L’idée est donc de proposer une activité complémentaire avec un temps de lectures d’histoires matinal à la bibliothèque qui puisse être prolongé au centre de loisirs l’après-midi par une activité plastique et ce, une fois par période.

Avant de débuter la racontée, nous sommes revenus sur le mot « ribambelle »…Qu’évoque-t-il à ce groupe d’enfants? Si c’est une longue file de personnes ou de choses en grand nombre, c’est aussi une bande de papier présentant une suite de motifs identiques, découpés dans la bande pliée. Comme ce que les enfants vont réaliser l’après-midi même au centre de loisirs…

Déroulement de la racontée & détails des ribambelles avec une spéciale dédicace à mon autre libraire préférée Aline qui m’a permis de finaliser ma sélection-gigogne :

Guirlandes de poupées, Julia Donaldson, Rebecca Cobb, Kaléidoscope, 2013

C’est le récit qui a inspiré le thème de cette séance

 

Famille ours, Magali Attiogbé, Mango Jeunesse, 2011

Livre(s) qui se déploie(nt) à la façon des poupées gigognes/russes 

 

chanson « Quand Fanny était un bébé »

Manipulation des poupées russes, de la + petite à la + grande 

Quand Fanny était un bébé, un bébé, un bébé
Quand Fanny était un bébé elle faisait comme ça
Ouin, ouin ,ouin… (en se frottant les yeux et suçant son pouce)

Quand Fanny était une p’tite fille, une p’tite fille, une p’tite fille
Quand Fanny était une p’tite fille elle faisait comme ça
Na na na nanère euh ! (en faisant un pied de nez)

Quand Fanny était une jeune fille, une jeune fille, une jeune fille
Quand Fanny était une jeune fille elle faisait comme ça
Soupir… (mains sur les hanches et la main dans ses cheveux, levant les yeux au ciel)

Quand Fanny était une maman, une maman, une maman
Quand Fanny était une maman, une maman, une maman elle faisait comme ça
« Chut…dors mon bébé  » (en le berçant)

Quand Fanny était une grand-mère , une grand-mère ,une grand-mère
Quand Fanny était une grand-mère elle faisait comme ça
Ouille, ouille, ouille! mon dos (en se tenant le dos)

Quand Fanny était un squelette ,un squelette, un squelette
Quand Fanny était un squelette, elle faisait comme ça

Cccccccccccccrac! (claquer des dents, des doigts et des genoux)

Quand Fanny était une poussière, une poussière ,une poussière
Quand Fanny était une poussière elle faisait comme ça

Fffffffffffffffffou…(souffler sur une poussière imaginaire)

 

Matriochka, Sandra Nelson, Sébastien Pelon, Flammarion, 2009

Conte sur l’origine des poupées russes et utilisation des poupées russes déjà alignées

 

 Un cœur qui bat, Virginie Aladjidi, Joëlle Jolivet, Thierry Magnier, 2017

Récit à la façon d’un zoom 

 

De papa en papa, Emilie Vast, MeMo, 2016

« Un jour,il y a très très très très longtemps, le papa du papa du papa du papa du papa du papa, vit naître le papa du papa du papa du papa du papa. »
Ainsi commence cette longue histoire, qui de génération en génération, de papa en papa, se rapproche de nous. De page en page, les poupées russes se déploient. Les mamans leur répondent dans un livre jumeau: De maman en maman.

 

Au même instant sur la Terre, Clotilde Perrin, Rue du monde, 2011

Livre-accordéon à déplier au fil des 24 fuseaux horaires, du jour à la nuit…

 

Le livre du livre du livre, Julien Baer, Simon Bailly, Hélium, 2018

Livre-jeu qui cache un livre qui en cache un troisième, à travers un subtil enchâssement de situations et de paysages, où la même aventure semble arriver indéfiniment au jeune Thomas qui, en vacances avec ses parents, croit être perdu et trouve un livre, qui raconte l’histoire du jeune Thomas en vacances avec ses parents, qui croit être perdu… Mais bien sûr, quel que soit le lieu, les parents n’oublient jamais leur petit garçon !

 

Une histoire (presque) impossible à raconter, Bruno Gibert, Sarbacane, 2017

Que celui qui aime les histoires simples et linéaires passe son chemin ! Comme son titre l’indique, cet album se refuse à tout résumé, toute ligne droite, tout cadre précis. À peine le narrateur commence-t-il son récit qu’il se reprend par un non ! graphique et tonitruant (qui fera bien rire les enfants, lesquels vont vite se prendre au jeu) et prend une nouvelle direction – témoignant au passage des infinies possibilités d’une histoire. Tout y passe : les personnages, les situations, les rebondissements…

 

Si petit, Laurie Cohen, Marjorie Béal, Les p’tits bérets, 2013

Récit sur le principe de la comptine Trois p’tits chats

Ribambelle de personnages, livre-accordéon, guirlande de papier, dessin sur les impressions de lecture des enfants…l’animatrice a pris le relais en proposant l’activité plastique. D’autres pistes ont été développées pour faire un livre ici.

Le prochain épisode de « Je lis, tu dessines » se tiendra « au cœur de la nuit »…

Je suis ce que j’emi lit

L’occasion de se dévoiler un peu tout en faisant un bilan original d’une partie de mes lectures de l’année écoulée s’est présentée à moi en lisant ce post de Moka, qui a en commun avec moi cette tendance listomaniaque qu’elle met si bien en scène sur son blog et qui m’a donc inspiré la reprise de ce tag avec la chronique du jour.

Il s’agit donc de répondre aux 16 questions posées en donnant comme réponse le titre d’un livre lu dans l’année. Comme d’autres qui se sont adonnés à l’exercice sur la blogosphère, j’ai essayé de me contraindre en citant essentiellement des ouvrages estampillés jeunesse et chroniqués ici (même si vous le remarquerez en cheminant de liens en liens, les posts sont quasi exclusivement signés non pas de ma main mais par ma chère Gaëlle dont je suis les conseils passionnés). Pour la poésie des réponses, parce que ce sont des livres abordables par des ados, parce que ce sont des lectures qui m’ont plu, vous trouverez quelques références adultes.

Décris-toi : Le mot d’Abel

Comment te sens-tu ? Sentinelle de la pluie

Sentinelle de la pluie, Tatiana de Rosnay, Ed. Héloïse d’Ormesson

Décris où tu vis actuellement: Dans la forêt

Dans la forêt, Jean Hegland, Gallmeister

Si tu pouvais aller où tu veux, où irais-tu ? Entre ciel et Lou


Entre ciel et Lou, Lorraine Fouchet, Le livre de poche

Ton moyen de transport préféré : Sombres citrouilles

Ton/ta meilleur(e) ami(e) est : Rosalie Blum

Rosalie Blum, l’intégrale, Camille Jourdy, Actes sud BD

Toi et tes amis vous êtes: Le temps des mitaines

Comment est le temps ? L’aube sera grandiose

Quel est ton moment préféré de la journée ? Chaque soir à onze heures

Qu’est la vie pour toi ? Calpurnia

Ta peur? Le voleur de souhaits

Quel est le conseil que tu as à donner ? Culottées

Culottées, tome 1 & 2, Pénélope Bagieu, Gallimard BD

La pensée du jour : Deux secondes en moins

Comment aimerais-tu mourir ? A cause de la vie

Les conditions actuelles de ton âme ? Bouche d’ombre (Lou 1985)

Ton rêve ? Broadway limited

 

2018, une année sous la plume de Malika Ferdjoukh dont je compte bien poursuivre la découverte de la bibliographie foisonnante et exaltante… Une année où j’ai pu enfin m’adonner davantage au plaisir des bulles de BD, une année où la littérature adulte a trouvé sa place justement dosée aussi, une année de lectures passionnées avec mes p’tits lecteurs mais surtout avec mon p’tit bout dont l’appétit semble insatiable 😉

Et chez vous, quel portrait vos lectures de 2018 ont-elles dessiné?

Petites collections à petits prix

Quelques suggestions de livres à prix doux pour nos p’tits bouts…

Collection « Flap flap »chez Milan par Sylvie Bessard au prix de 3,90€ pour les titres des P’tites bêtes, Le p’tit jardin, La ferme, Les saisons

Mais aussi Les formes, Les couleurs, Les contraires, Les nombres par Philip Giordano à 5,90€

Et La maisonnette, La forêt, Le chemin, Le château par Gaël Beullier à 5,90€ qui sont un peu plus grand (10×10 cm contre 7×7 cm pour les premiers titres de Sylvie Bessard). Vous pouvez feuilletez les titres sur le blog de Poucet galet…

Collection « Mes livres à déplier » par Lucie Brunellière chez Albin Michel jeunesse au prix de 6,90€ 

Au premier abord, l’ouvrage s’ouvre et se lit comme un livre classique. Sur les rabats, un jeu de « Cherche et trouve » permet à l’enfant d’observer des dizaines de petits éléments (personnages, objets, meubles, vêtements…) dans les 4 grandes scènes illustrées (pièces de la maison, de la ferme, de l’école, de la caserne des pompiers ou encore de l’atelier du Père Noël).

Mais une fois le livre déplié, en un instant, il se transforme en l’édifice 3D qui donne son titre au petit livre carré. Au gré de ses envies, l’enfant choisira de mettre en avant le sol bien rangé ou le sol désordonné… À lui de jouer et d’imaginer mille et une histoires !

Collection des imagiers d’Ingela P. Arrhenius chez Marcel et Joachim au prix de 7€ ou 7€50 selon les titres

Ce sont de petits imagiers pour bébé sans texte, en carton épais avec des pages découpées, entre le livre cartonné et l’objet. Irrésistible pour tous les fans de vintage… et les autres.

Titres publiés: La savane, Le musée, La fête foraine, Le marché, La forêt, Noël.

Collection « Ma petite nature » chez Amaterra par Olivia Cosneau au prix de 9,50€

La collection de tout-cartons à trous qui fait découvrir la nature aux tout-petits.

D’autres titres disponibles signés Magali Attiogbé!

 

Histoires de jeunesse n°1 – avec Anne-Laure Bondoux

La littérature de jeunesse s’invite dans les podcasts aussi. Allons à la découverte de la collection de podcasts natifs « Histoires de jeunesse » chez Bayard Jeunesse éditions.

Ces podcasts dédiés aux écrivains incontournables de la littérature de jeunesse souhaitent entraîner les auditeurs dans les coulisses de l’écriture et amener les auteurs vers leurs lecteurs. Tous les passionnés de littérature jeunesse, qu’on parle des libraires, bibliothécaires, enseignants, documentalistes ou encore des jeunes lecteurs eux-mêmes, sauront apprécier ces épisodes où les écrivains sont amenés à dévoiler leur imaginaire, leurs sources d’inspirations et à s’étendre sur leur processus de création. Un bel outil pour préparer une rencontre d’auteur, découvrir sa bibliographie, plonger les ados dans l’univers des écrivains…

Anne-Laure Bondoux est la première invitée de « Histoires de jeunesse » sorti le jeudi 29 novembre 2018.  A suivre: Marie-Aude Murail, Murielle Szac, Jean-Claude Mourlevat, Clémentine Beauvais, Marie Desplechin, Antoine Dole.

Ce podcast, à retrouver le premier jeudi de chaque mois, est préparé et animé par Leslie Meyzer. Direction éditoriale : Hélène Pasquet. Réalisation : Nolwenn Thivault et Emmanuel Viau. Création musicale, habillage sonore et mixage : Emmanuel Viau. Production : Laurence Szabason. Création visuelle : Aline Lefrère.

Disponible sur toutes les plateformes de diffusion de podcasts : Apple Podcasts, Google Podcasts, SoundCloud, Spotify, Deezer et toutes les applications de podcasts pour smartphones Androïd comme Podcast Addict, Podcast Republic, Castbox…

L’Ouvre-livres vous conseille notamment ces romans d’Anne-Laure Bondoux:

Emilie vous invite à dévorer:

L’Aube sera grandiose, Gallimard Jeunesse, 2017, 14,90€ en grand format

C’est une mère & son ado de fille, une cabane et un secret de famille à dévoiler…

Sandrine vous recommande…

Tant que nous sommes vivants, Gallimard Jeunesse, 2014, 15€ en grand format ou 6,90€ en poche

Parce qu’il faut bien choisir un titre pour cette chronique, que c’est bien dans ce conte, qu’elle m’a fait perdre pied, complètement emportée et confirmé mon coup de coeur pour cette génialissime auteure… Mais vous pouvez en lire Tant d’autres…

Gaëlle vous suggère:

La vie comme elle vient, Ecole des loisirs, 2017 (nouvelle ed), 7,80 €.

Parce que la vie comme elle vient, elle vient pas toujours très bien mais il faut quand même apprendre à danser sous la pluie comme nous l’a enseigné Sénèque…

 

Sélection de Noël, les romans

Les contes de Petit Duc

 

Les contes de Petit Duc, de Jérémy Fischer et Jean-Baptiste Labrune, ed. Magnani, 25,90€.

Alors là ! Mais alors là, nul doute qu’on tient là une merveille que personne ne va remarquer et ça va m’énerver. Je ne vous fais pas l’éloge de la couverture, vous voyez vous-même comme elle en jette. Et l’histoire, et bien l’histoire, elle est universelle, intemporelle, intelligente. C’est un livre dont on fait ce qu’on veut ! On le lit comme un conte aux plus jeunes qui s’amuseront des noms improbables et foufous des peuples qui sont les héros de l’histoire. Certes vous galèrerez un peu à les lire mais quelle joie quand on y parvient. Si vous butez sur ces patronymes imprononçables, refilez le bouquin à un enfant qui lit tout seul et je ne doute pas qu’il s’en emparera. Au pire, il y aura bien un adulte dans le coin qui se dira : mais c’est quoi ce livre avec de si belles couleurs ? Un roman illustré pour tous, qui fait sautiller de joie par ses sublimes illustrations et son propos fort malin !

Véronique Ovaldé et Joann Sfar - A cause de la vie.

A cause de la vie, Joann Sfar et Véronique Ovaldé, ed. J’ai Lu, 7,90€.

Voilà donc un livre dont on ne sait si c’est une BD, un roman graphique ou allez savoir quoi encore. Et quelle importance ? Quand on est à ce point pris dans le tourbillon de l’histoire et happé par la beauté des mots, plus rien d’autre ne compte que le plaisir de lire.
Un magnifique roman avec la taille d’une BD et des dessins de Sfar dedans ! Et un peu de Perec et d’Amélie Poulain. Énorme coup de cœur que j’ai serré dans mes bras en le terminant.

Dès 11-12 ans. existe aussi en grand format chez Flammarion.

Malika Ferdjoukh - Broadway Limited Tome 2 : Un shim sham avec Fred Astaire.

Broadway limited t2, un shim-sham avec Fred Astaire, de Malika Ferdjoukh, ed. Ecole des loisirs, 18,50€.

Je ne sais pas si c’est flatteur mais ce roman c’est l’équivalent d’une bouillotte en plein hiver dans une chambre humide. Je peinerai à décrire la joie de retrouver toute la maisonnée dans ce tome 2 ! Probablement le livre « jeunesse » que j’attendais le plus ces dernières années. Et il est là, il ne déçoit pas. Malika Ferdjoukh est toujours la reine de la littérature pour ados, elle sait comme personnes trouver les formules qui font mouche et les métaphores qui sonnent dans nos têtes. Encore un grand roman, à faire lire à tous les adultes.

Ados/adultes.

Jefferson. Jean-Claude Mourlevat. Gallimard jeunesse, 2018. 13, 50 € – à partir de 9/10 ans

Comme souvent, je n’ai rien à redire sur le choix de la thématique, l’écriture, l’angle d’attaque, le style et la vivacité de cet auteur. Dans « Jefferson« , il revisite « La Ferme des animaux » en quelque sorte et nous propose un monde dans lequel les animaux parlent, réfléchissent, aiment, lisent… et dans lequel un crime est commis. Jefferson, notre héros, un hérisson très élégant et intelligent, va être accusé à tort du meurtre et va décider, avec son meilleur ami Gilbert le Cochon, de se rendre chez les humains, persuadé que s’y trouve l’énigme de cette drôle d’histoire. Ce qu’il va découvrir, dépassera bien-entendu son imagination. Une fine sensibilisation à la cause et maltraitance animale. Comme dirait l’Autre, de temps en temps simplement se placer de l’Autre côté…

L’archipel, T1 et 2. Bertrand Puard. Casterman, 2018. 16 € – dès 12-13 ans

C’est une première lecture de cet auteur, en ce qui me concerne, car je n’avais pas du tout lu la série des « Effacés« . Yann et Sacha se ressemblent comme des frères, à tel point que l’un – recherché par la police – s’appropriera l’identité de l’autre, retrouvé enfermé dans une prison (la fameuse Archipel) pour expier des fautes qu’il n’a pas du tout commis. Un récit polyphonique, un rythme soutenu, des rebondissements, de grands mystères (ben oui, pourquoi se ressemblent-ils tellement ??) et des ados qui en ont assez d’être manipulés. Bref, un bon roman d’espionnage et d’aventures. On voyage, on voyage…  Le tome 3 ne devrait tarder. Pour les amateurs de suspense.

Sauveur & fils, T4. Marie-Aude Murail. Ecole des loisirs, 2018. 17 €. À partir de 13 ans. 

Même si sa parution date un peu (janvier 2018), ça me paraît une excellente idée de cadeau pour poursuivre cette aventure littéraire avec Sauveur, son fils Lazare et tous les personnages rencontrés dans son cabinet de psychologie auxquels, tome après tome, on a fini par beaucoup s’attacher. Marie-Aude Murail a bien ce talent de nous raconter des histoires comme si on écoutait – au coin du feu (c’est mieux !) – les confidences et vies de nos voisins, de nos copains, de notre entourage… Une truculente familiarité. Et pas que de la bobologie.

J’ai suivi un nuage. Maëlle Fierpied. Ecole des loisirs, 2018. 12,50 € – À partir de 9-10 ans.

Mon réel coup de coeur de cette année ! Le sujet très particulier – la maladie psychologique – en fait un de ces romans qui encouragent à discuter, échanger pour mieux comprendre. Mais pas d’inquiétude, la thématique est finement amenée et le point de vue de l’enfant rend le sujet plus lisible et touchant. Beaucoup de tolérance et d’amour pour sa maman ! D’ailleurs, comment ne pas penser au roman d’Olivier Bourdeaut « En attendant M. Bojangles », en le lisant. Des romans qui changent profondément notre façon de voir (juger) les « dérangeantes » choses de la vie.

Marie-Curie

Marie Curie. Isabel Thomas ; A. Weckmann. Gallimard jeunesse, 2018. (Coll. Les Grandes vies). 9,90 €. À partir de 8 ans.

Ce « petit » documentaire se lit tout comme un roman, et explique simplement – avec des termes très accessibles – les origines, l’histoire et les grandes recherches et découvertes de Marie Curie. Les illustrations, au peps incontesté, appuient le propos, l’égayent mais aident aussi à la compréhension. À dispo. également dans cette collection, Nelson Mandela, Frida Kahlo, Léonard de Vinci. La vulgarisation un peu plus « glamour », nous, on ne dit pas Non !

Sirius, Stéphane Servant, Rouergue, 2017, 16,50€

Sirius, c’est deux enfants, un cochon et de l’espoir! Ce roman de science-fiction nous emmène dans un monde dévasté où plus aucun animal n’a sa place jusqu’au jour où le passé trouble de la planète resurgit. Une seule échappatoire s’impose alors aux jeunes héros: rejoindre la Montagne.

Un roman-pavé initiatique qui provoque une belle et profonde réflexion sur la condition animale et l’impact de l’Homme sur son environnement.

Deux secondes en moins, Marie Colot, Nancy Guilbert, Magnard, 2018, 14,90€

Deux secondes en moins, c’est deux adolescents, un perroquet et beaucoup de musique. Ce roman de vie quotidienne mêlent deux drames très différents mais qui vont réunir nos jeunes protagonistes tous deux passionnés par le piano sous la houlette de leur professeur si lumineux et enthousiasmant.

Une bouffée d’optimisme sous des pages a priori ombragées.