Green 1- Pink 0

Après sa série Le Grimoire  au Rubis, Béatrice Bottet nous livre un nouveau personnage dans son dernier ouvrage Pénélope Green, la chanson des enfants perdus : dans une Angleterre Victorienne bien rigide, Pénélope,  une jeune fille  de 17 ans, choisit de garder son indépendance à la mort de son père en vivant seule sans chaperon et en  poursuivant  une enquête policière mystérieuse dans les bas-fonds non recommandables de Londres, l’East-End, entourée d’un matelot français chevaleresque, d’un énigmatique mendiant handicapé et d’enfants-artistes étrangement doués.

Les personnages nous captivent par leur justesse (le lecteur s’interroge sur les intentions de chacun…), l’énigme se délie tout au long du roman  et ne donne sa clé que dans les dernières pages, la complainte des enfants perdus accompagne le lecteur sans vraiment se dévoiler et surtout, surtout nous n’assistons pas aux aventures d’ une héroïne cruche auréolée de rose. Pénélope est une rebelle (féministe avant l’heure  même si elle s’en défend), elle est  touchante car encore très naïve dans cette société  so british !

Personnellement, je n’en peux plus de tout ce rose, fushia, violine,  de ces paillettes, de ces fées insipides et de ces princesses « cuculapraline » qui squattent les mains de mes douces élèves ..pas vous ? Dans leurs jeunes mains passent trop d’histoires prémâchées voire prédigérées  sans originalité, il existe bien d’autres choses que ces stéréotypes. Les héroïnes féminines peuvent être autre chose que des quiches que diable !

Une idée (à compléter !) d’héroïnes dignes de ce nom :

La princesse et le dragon, Robert Munsch

Marre du rose, Nathalie Hense

Tout le monde veut voir la mer, Agnes de Lestrade

La rivière à l’envers.tome 2, Hannah, Jean-Claude Mourlevat

Les mots qui tuent, Agnes de Lestrade

Princesse Sakura, Tanemura Arina

Advertisements

3 réflexions sur “Green 1- Pink 0

  1. Karine de Tours dit :

    Oui, de vraies héroïnes ! Belles et pas forcément gourdes !
    Merci de résister tout comme moi à la « rosification et culculapralinisation » de nos élèves et de nos filles (la mienne ne résiste pas, à mon grand désespoir)… De mon temps de vieille, je me suis régalée avec Fantômette, héroïne vaillante et intelligente (je ne les ai jamais relu adulte, que vaut Fantômette au XXIème siècle?) , mais je n’avais que peu de choix. Aujourd’hui, je serais enfant, je me régalerais avec tous ces titres. Enfin, en tant qu’adulte, je ne me prive pas, non plus de les lire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s